Georges Clemenceau - « Le Tigre » raconté par la presse - Herodote.net

Georges Clemenceau

« Le Tigre » raconté par la presse

De sa jeunesse à sa mort, en 1929, Georges Clemenceau a marqué de son empreinte l'histoire de la IIIe République. Dès la naissance de celle-ci, en 1870, à la suite de la défaite de Sedan et de la chute du Second Empire, le voilà aux premières loges en tant que maire de Montmartre.

Son activité se reflète dans la presse, à laquelle il a voué une passion incommensurable. En voici quelques aspects sélectionnés par Julie Duruflé (Bibliothèque Nationale de France, Retronews).

Un appel de G. Clémenceau, maire de Montmartre (23 septembre 1870)
G. Clémenceau témoin de l'insurrection du 18 mars 1871, à Montmartre

Le Français (18 mars 1871) oppose un article de son confrère Le National aux dires de G. Clémenceau sur les origines de l'insurrection qui va donner naissance à la Commune.

À l'Assemblée nationale, le 25 mars 1871

Dans Le Petit Marseillais (25 mars 1871), G. Clémenceau, élu député de Paris, s'oppose à Thiers sur l'attitude à prendre à l'égard de l'insurrection qui vient d'éclater à Paris.

G. Clémenceau fonde La Justice (16 janvier 1880)

Le député a besoin d'un journal pour porter ses idées et asseoir son influence. Ce sera La Justice

Clemenceau relance l'Affaire Dreyfus (13 janvier 1898)

Après la malheureuse affaire de Panama qui l'a chassé de l'assemblée, Clemenceau repart à l'offensive en prenant fait et cause pour le capitaine Dreyfus. Comme il tient une chronique dans le journal L'Aurore, il obtient que celui-ci publie le 13 janvier 1898 la plaidoirie de Zola avec un titre qui fera date et dont la paternité lui revient : J'Accuse...!

Clemenceau revient à L'Aurore le 2 juin 1903 en qualité de rédacteur en chef

Après avoir démissionné de L'Aurore, Clemenceau a fondé son propre hebdomadaire, Le Bloc, dont il a été l'unique rédacteur pendant un an. Ses retrouvailles avec L'Aurore signe son retour à l'avant-scène.

En 1906, à 65 ans, Clemenceau entre au gouvernement pour la première fois

Le Petit Journal (14 mars 1906) présente le gouvernement Sarrien avec, à l'Intérieur, un vieil homme dont on n'a pas fini d'entendre parler...

En 1909, après trois ans à la tête du gouvernement, Clemenceau doit remettre sa démission

L'Humanité du 21 juillet 1909 applaudit la chute du cabinet Clemenceau. Le quotidien socialiste de Jean Jaurès se montre très dur sur son bilan de trente mois...

Le 16 novembre 1917, Clemenceau apparaît comme l'homme providentiel, même pour L'Humanité

Le 16 novembre 1917, le président de la République propose à son ennemi intime de former un gouvernement de la dernière chance. L'Humanité elle-même s'y montre favorable...

Le Jour de Gloire

Le Petit Parisien du 12 novembre 1918 commet un impair de taille à la Une en confondant l'armistice avec un acte de capitulation. L'armistice suspend seulement les hostilités...

Neuf coups de revolver sur M. Clemenceau (19 février 1919)

Émotion unanime après l'attentat d'Émile Cottin, comme le montre la Une du Petit Journal.

Les Allemands signent le traité de Versailles « sans protester »

L'Homme Libre, fondé par G. Clemenceau en 1913, détaille scrupuleusement les termes du traité de Versailles.

Mort de M. Clemenceau le 24 novembre 1929

L'Ouest-Éclair évoque respectueusement la carrière du « Père la Victoire ».

En conclusion, on peut se reporter aussi au dossier multimédia du réseau Canopé consacré à Clemenceau, avec vidéos, entretiens, chronologies etc.


Épisode suivant Voir la suite
• 18 mars 1871 : la Commune de Paris
Publié ou mis à jour le : 2019-02-13 17:02:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net