Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
Zoulous
Zoulou
• 16 décembre 1838 : bataille de la Rivière de sang
• 22 janvier 1879 : victoire des Zoulous à Isandhlwana
• 21 mars 1975 : Inkhata et l'espoir d'un royaume zoulou
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Chaka (1787 - 1828)

Le fondateur de la nation zoulou


Chaka est le fondateur de la nation zoulou, qui donnera du fil à retordre aux colons boers et aux soldats britanniques lors de la colonisation de l’Afrique australe.

Fils d'un roitelet local, Chaka (on écrit aussi Tchaka ou Shaka) s'affirme très vite comme un guerrier d'exception.

Révolutionnant l'art du combat, il constitue un État voué à la guerre en rassemblant autour de lui des guerriers de diverses origines, en mal d'aventures et de richesses.

Tous ses sujets mâles sont astreints au service militaire et ne peuvent se marier qu'après 15 ans de service. Rebaptisés par Chaka Amazoulou (« Ceux du ciel »), plus tard abrégé sous la forme Zoulou, ils se signalent par des vertus combatives remarquables.

Ils disposent d'un grand bouclier tressé et de deux sagaies, l'une pour être lancée en direction de l'ennemi, l'autre, plus courte, pour le combat au corps à corps. Si un combattant perd cette sagaie sur le champ de bataille, il est immédiatement mis à mort.

Les régiments, les impi, sont constitués par classe d'âge. Au combat, l'armée se déploie en demi-cercle ou en croissant, le centre étant chargé de fixer l'adversaire. En avant, les éclaireurs sont répartis sur deux lignes, la plus avancée étant formée de jeunes conscrits. Sur les ailes se tiennent les combattants les plus rapides à la course car ils ont pour mission de contourner l'adversaire. Les vétérans constituent une réserve à l'arrière.

Chaque régiment compte un millier de combattants et à la fin de son règne, Chaka alignera un total d'environ 30 000 guerriers après s'être constitué, en deux décennies, un royaume aussi vaste que la France, au nord de la rivière Orange.

Mais c'est au prix d'une terreur sans nom...

Quand ses guerriers attaquent une tribu, ils ne font pas de quartier. Ils massacrent un maximum d'hommes, épargnant au mieux quelques garçonnets qui leur serviront de supplétifs. Ils s'emparent des femmes et du bétail. Les ennemis qui arrivent à survivre n'ont d'autre issue que de s'approprier un autre territoire, d'où une extension de la guerre et de ses ravages par cercles concentriques.

Encensé par ses soldats à qui il assure butin et femmes à profusion, Chaka n'en devient pas moins de plus en plus paranoïaque. Il fait assassiner les sorciers et les devins dont il craint l'influence, mais aussi les femmes enceintes de ses oeuvres, pour éviter d'être renversé par un fils.

Après sa disparition mystérieuse, probablement assassiné par son demi-frère Dingane, celui-ci lui succède à la tête du peuple zoulou. C'est alors que survient le Grand Trek.

Dingane va devoir affronter les colons blancs venus du Cap, qui ont profité du dépeuplement de la région par les guerres zouloues pour s'y installer.

André Larané

Épisode suivant Voir la suite
• 16 décembre 1838 : bataille de la Rivière de sang

Publié ou mis à jour le : 2017-11-05 21:15:04

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quand remontent les premiers camps de concentration ?

Réponse
Publicité