L'Abbé de l'Épée (1712 - 1789) - Providence des sourds - Herodote.net

L'Abbé de l'Épée (1712 - 1789)

Providence des sourds

Charles-Michel Lespée, dit l'Abbé de l'Épée, est à l'origine de la première école pour les sourds(-muets). Il la destine à des enfants pour la plupart issus de familles pauvres ou indigentes. 

C'est à la suite d'une rencontre fortuite avec des sœurs sourdes, vers 1760, que l'abbé s'est intéressé à leur instruction. Il élabore pour ses élèves une pédagogie alors inédite, qui repose non sur l'articulation et la parole vocale mais sur la langue des signe utilisée par les sourds pour communiquer entre eux.

La langue des signes, une langue à part entière

Forgées dès le Moyen Âge, notamment dans les monastères où l'on faisait vœu de silence, les langues des signes ne sont pas des copies de la langue orale. Ce sont des langues visuelles dont la grammaire se structure selon un ordre objet-sujet-verbe ! L’action s’énonce à la fin de la « phrase » (rien à voir avec l'ordre propre à la langue française orale : sujet-verbe-complément).

D'autre part, la langue des signes ne se structure pas avec des mots mais selon l’ordre de la pensée, ce qui permet de dire plusieurs choses en même temps.

Vocation fortuite

La leçon de l'abbé de l'Épée (24 novembre 1712, Versailles -  23 décembre 1789, Paris), huile de Nachor Genouvrier d'après une esquisse de Frédéric PeyssonL'Abbé de l'Épée organise son enseignement de façon collective alors que, jusque-là l'éducation d'un enfant sourd était individuelle et dispensée par un percepteur, puisque centrée sur l'apprentissage de la parole.

L'abbé est donc à l'origine d'une double « révolution » : il accorde une validité à la parole gestuelle et non plus seulement vocale ; il met l'instruction à la portée des enfants dont les parents n'ont pas les moyens de s'offrir les services d'un précepteur. Sa méthode bénéficie rapidement d'une consécration internationale. Le roi Louis XVI en personne lui accorde sa reconnaissance en 1778 et le monde entier évoque avec admiration la « méthode française ».

Le 21 juillet 1791, soit deux ans après la mort de l'abbée de l'Épée, l'Assemblée nationale transfère l'école des sourds-muets de son domicile (rue des Moulins, Paris) à un ancien séminaire où elle se trouve toujours, sous le nom d'Institution Nationale des Sourds-Muets (254, rue Saint-Jacques).

La méthode de l'abbé est aujourd'hui contestée, notamment parce qu'elle dénature la syntaxe et la structure grammaticale de la langue des signes naturelle des sourds pour la rapprocher de celles de la langue française.

Elle n'en a pas moins eu un immense mérite. Elle a en premier lieu remis en question le postulat de Platon pour qui la parole créait le raisonnement (le Cratyle). Elle a aussi conduit à une éducation bilingue : langue des signes française et langue française, ainsi qu'à une prise de conscience identitaire et culturelle des sourds.


Épisode suivant Voir la suite
• 14 mai 1796 : Jenner découvre la vaccination
Publié ou mis à jour le : 2019-09-13 16:03:08

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net