Le Club Herodote.net

Berlin-Santiago 1973

Berlin-Santiago 1973

BERLIN, août 1973

Festival Mondial de la Jeunesse dédié à « la solidarité anti-impérialiste, à la paix et à l’amitié ».

26 000 jeunes venus du Monde entier avec en vedette la délégation chilienne avec laquelle j’ai passé tout le festival. 

Nous n’avions pas encore vingt ans, nous avons failli étouffer quand est apparue Angela Davis fraîchement libérée grâce à une énorme solidarité internationale. 

Valentina Terechkova, première femme cosmonaute, et Yasser Arafat étaient les autres invités d’honneur d’une gigantesque fête de l’humanité de la jeunesse internationale.

Nous avons ri, chanté, dansé, aimé et travaillé tous ensemble à l’avenir du Monde; partout résonnait « El pueblo unido jamàs serà vencido »

 

SANTIAGO, 11 septembre 1973

Je me demande depuis cinquante ans ce que sont devenus mes amis chiliens, invités à séjourner en RDA après le Festival.

Ont-ils été arrêtés à l’aéroport, torturés, assassinés par la junte de Pinochet ?

S’ils ont vécu, je suis certain que leurs enfants et leurs petits-enfants défilent aujourd’hui dans les rues de Santiago avec un T-shirt de Salvador Allende.

Que constituait donc son crime ? Allende était possédé par deux fatales déterminations, rendre le cuivre à son pays afin de financer les réformes destinées à affranchir son peuple de la misère et surtout toujours respecter les institutions, ne jamais être mis en défaut sur la légitimé de son action.

Une nouvelle voie révolutionnaire non violente !

C’était un inacceptable exemple pour les colons nord-américains. Et si cela faisait tache d’huile dans toute l'Amérique latine ?

Le monde connaît maintenant la culpabilité de la CIA et de la multinationale américaine ITT qui ont joué un rôle plus que trouble dans la déstabilisation du gouvernement, en finançant entre autres le salaire des chauffeurs routiers pour qu’il se mettent en grève et bloquent le pays, en finançant aussi le manque à gagner des petits patrons afin qu’ils refusent le travail de leurs salariés, organisant le chaos économique, le blocage du pays, la pénurie « communiste » et orchestrant ainsi la désillusion populaire.

Le 10 septembre, veille du coup d’état, le général Pinochet réaffirmait à Allende son légalisme et celui de l’armée. Vous connaissez l’abominable suite.

« Travailleurs de ma patrie, ayez foi dans le Chili et dans son destin.

 D’autres hommes dépasseront ce moment gris et amer où la trahison prétend s’imposer. 

Continuez en sachant que bien plus tôt que tard, ils ouvriront les grandes avenues par lesquelles passent les hommes libres, afin de construire une société meilleure » 

Dernière déclaration de Salvador Allende le 11 septembre 1973 avant que la radio ne soit coupée.

josé alvarez

Publié ou mis à jour le : 15/10/2023 18:25:20

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net