Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> Le dictionnaire de l'Histoire
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité

Le dictionnaire de l'Histoire

chevalerie



 

À partir de Charlemagne, on privilégie la guerre à cheval. Les guerriers à cheval ou « chevaliers » bénéficient d'une innovation technique : l'étrier, qui leur donne une grande stabilité. Conjugué à une armure en cuir ou en métal, il leur assure une quasi-invincibilité face aux fantassins (combattants à pied).

D'origine paysanne aussi bien que noble, les premiers chevaliers sont des hommes avant tout assez aisés pour s'offrir le luxe d'un cheval et d'une armure. Ils vivent dans les villes comme dans les campagnes. Ils partagent leur temps entre la guerre, la chasse et les tournois, ces derniers étant parfois plus meurtriers que la guerre elle-même.

Dès l'An Mil, en France puis dans le reste de l'Europe occidentale, noblesse et chevalerie en viennent à se confondre : les nobles adoptent les pratiques guerrières des chevaliers et bon nombre de chevaliers se hissent dans la noblesse. Celle-ci devient héréditaire et prend la forme d'un groupe social fermé. Les seigneurs empêchent tout fils de paysan d'y accéder et la solidarité familiale préserve tout fils de chevalier d'en être exclu.

Adoubement d'un futur chevalier

L'adoubement des futurs chevaliers

L'entrée dans la chevalerie se fait dans la quatorzième année au cours d'une cérémonie appelée « adoubement ». Aux temps carolingiens, il ne s'agit que d'une cérémonie informelle. Mais peu à peu, elle se ritualise. Le postulant se voit remettre par son père ou son oncle l'épée et le baudrier (protection de la poitrine en cuir ou en métal), symboles de sa vocation. Puis il reçoit un coup au visage, la « paumée », souvenir d'un ancien rituel de passage (c'est afin qu'il garde le souvenir de ce jour !). Enfin, il se livre à quelques exercices par lesquels il démontre son aptitude au combat.

L'Église s'immisce dans ce rituel profane en introduisant bénédiction et nuit de prières. Elle va jusqu'à en faire un sacrement à la fin du XIIe siècle. Par cette christianisation de l'adoubement, elle met au pas les chevaliers et leur transmet ses idéaux de paix et un certain code de l'honneur. Ainsi les chevaliers s'engagent-ils dans la défense de « la veuve et de l'orphelin ». L'Église encourage aussi les « trêves de Dieu », c'est-à-dire les pauses dans les guerres privées qui mettent régulièrement à feu et à sang les campagnes.

Voir : Féodalité, Église et chevalerie
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Quel homme politique a-t-on surnommé le Tigre ?

Réponse
Publicité