Les impasses de la « transition énergétique »

Un coût aberrant de la tonne de CO2 évitée

3 juillet 2022. L’heure est à la lutte contre le réchauffement climatique. La classe politique européenne en fait le leitmotiv de tous ses discours mais oublie le seul objectif qui vaille : réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre au niveau planétaire. Elle s'en tient à une vision d'ingénieur et de technocrate : « décarboner » nos activités au niveau européen à quelque prix que ce soit...
Il s'ensuit sur les citoyens et les entreprises une pression fiscale en passe de devenir insupportable, avec des résultats très loin de compenser l'accroissement de la consommation de charbon dans les pays émergents, en Chine ou en Inde...

En France, le « scénario national bas carbone » (SNBC, 2016) table sur un coût de l’ordre de 32 à 85 milliards d’euros par an pour le développement des énergies renouvelables, l’isolation des logements, etc. Attendons-nous dans un proche avenir à des montants très supérieurs pour les aides à la commercialisation de véhicules électriques, de batteries et de piles à hydrogène (note).

Pour nous rendre compte de ce que cela signifie, cet objectif de « transition énergétique » conduit à réduire de quatre mille euros le revenu annuel dont chaque ménage français dispose pour la satisfaction de ses besoins (alimentation, logement, santé, éducation, culture et loisirs). Dit d'une autre manière, ces milliards d'euros  permettraient d'augmenter de 1000 euros net par mois les salaires de chacun de nos enseignants (au nombre d'un million) ainsi que de nos infirmiers et aides-soignants (un million) !

Nous assumons donc le choix collectif de faire passer les « énergies nouvelles renouvelables » (ENR) avant l'éducation et la santé alors qu'elles ne représentent en France qu'une fraction minime de notre consommation d'énergie primaire (3% au mieux d'après le graphique ci-après) et ne progressent que lentement malgré nos efforts dispendieux  (Chiffres-clé de l'énergie 2021).

CONSOMMATION D'ÉNERGIE PRIMAIRE PAR ÉNERGIE Total : 2 650 TWh en 2020 (données corrigées des variations climatiques), Ministère de la Transition écologique

Nos énergies renouvelables croissent moins vite que la demande d'énergie

Les investissements dans les ENR sont-ils du moins cohérents ? Répondent-ils à l'objectif de réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? Craignons que non. Malgré un coût supérieur à cent euros par tonne de CO2 évitée (Christian Gérondeau, Écologie, la grande arnaque, Albin Michel, 2007), les énergies renouvelables peinent à satisfaire ne serait-ce que l'accroissement de notre consommation d'énergie.

Ainsi, les 62 éoliennes géantes du parc éolien marin de Saint-Brieuc mises en service en 2023 (puissance installée : 496 mégawatts) pourront tout au plus fournir l’électricité de cent mille climatiseurs, soit le dixième seulement de ceux qui auront été achetés dans l’année et l'ensemble des éoliennes déjà en service dans toute la France (puissance installée : 19 gigawatts) ne pourront alimenter qu'une petite fraction des millions de climatiseurs que les ménages se disposent à acheter dans les prochaines années (note). En 2019, ces éoliennes ont produit environ 34 TWh, contre 400 TWh pour les 56 réacteurs nucléaires.

Les ENR déployées en Europe sont surtout très loin de compenser la progression des énergies fossiles et du charbon en particulier dans les pays émergents. Ainsi, la Chine en est à ouvrir une nouvelle centrale à charbon chaque semaine en bonne partie pour fabriquer et nous livrer les composants de nos ENR !

Le résultat est sans appel comme le constate avec dépit le média Transitions & Énergies : « En 2021, la consommation mondiale d’énergie primaire a augmenté de 5,8% par rapport à 2020 et s’est établie à un niveau supérieur à la consommation d’avant la pandémie de Covid-19 (+ 1,3% par rapport à 2019). C’est aussi un niveau de consommation d’énergie jamais atteint dans l’histoire. Cette hausse de la demande a été avant tout tirée par les économies émergentes les plus peuplées, la Chine et dans une moindre mesure l’Inde. Les émissions de CO2 liées à l’énergie ont augmenté dans les mêmes proportions que la consommation, atteignant près de 33,9 milliards de tonnes en 2021, soit 5,9% de plus qu’en 2020 » (Statistical Review of World Energy 2022).

Autant dire que les Européens se fourvoient en voulant diminuer les émissions de gaz à effet de serre par la « décarbonation » de nos activités sans rien changer au consumérisme qui pousse chacun à consommer plus d'énergie d'année en année. C'est vouloir une chose et son contraire, selon la « politique de l'oxymore » (Bertrand Méheust, 2009)... Mais peut-être cette « décarbonation » à coup d'investissements coûteux cache-t-elle une tentative de sauver le capitalisme par des aides massives ? C'est en tout cas ce que suggère l'historien des énergies Jean-Baptiste Fressoz (voir la vidéo ci-dessous).

Sélectionner les actions dont le coût par tonne de CO2 évitée est le plus bas

Nous sommes dans l'impasse en raison d'une erreur de raisonnement. L'objectif légitime, ô combien ! est de réduire les émissions planétaires de gaz à effet de serre. Au lieu de garder l'oeil sur cet objectif en sélectionnant les investissements les plus efficaces en terme de CTCE (coût par tonne de CO2 évitée), les dirigeants européens se focalisent sur la multiplication des ENR (éolien, solaire ou autre) sans se soucier d'évaluer leurs résultats. C'est une aberration qui vaudrait la ruine à n'importe quelle entreprise privée.

Comme l'État ne peut pas pressurer à l'infini les citoyens, les entreprises et même les milliardaires, il importerait qu'il fasse les choix les plus judicieux en terme de rapport coût/résultat, par exemple entre l'éolien (plusieurs centaines d'euros par tonne de CO2 évitée) et la reforestation en France et dans les pays pauvres (quelques euros par tonne de CO2 évitée selon Christian Gérondeau).

Le remplacement au pas de charge des voitures à moteur thermique par des voitures électriques peut quand à lui déboucher sur un coût par tonne de CO2 évitée infini (autrement dit une augmentation des émissions de CO2) si l'électricité vient de centrales à charbon comme c'est encore le cas en Allemagne.

Certaines décisions, sans toucher directement à la « transition énergétique », peuvent être dommageables pour le climat. Ainsi les Européens ont-ils signé un traité de libre-échange avec le Brésil pour s'alimenter en soja. Mais a-t-on comparé le bénéfice financier qu'ils tirent de ce traité aux émissions de CO2 qui en résultent (mise en coupe réglée de l'Amazonie) ? Peut-être qu'en se privant de ce bénéfice financier, ils auraient diminué les émissions planétaires de CO2 à un coût imparablement bas ?

La lutte contre le dérèglement climatique, plus que jamais cruciale, réclame un projet de société véritablement politique. Dans un essai publié en 2020 (Le Climat et la vie, manifeste pour une écologie globale), j’ai ainsi évoqué des dispositions incitatives destinées à réduire très vite nos besoins en énergie avec un coût par tonne de CO2 évitée (CTCE) très bas ou même négatif (c'est le cas quand un salarié se rapproche de son travail et peut se dispenser de l'usage quotidien d'une voiture : il gagne en bien-être et en même temps réalise des économies). Ces initiatives visent à promouvoir une « sobriété choisie » (ne plus avoir besoin d’une voiture ou se satisfaire d'une petite diesel plutôt que d'une grosse électrique) plutôt qu’imposer une « sobriété contrainte » (payer chacun, chaque année, plus de 1000 euros de taxes pour des éoliennes sans profit pour notre bien-être).

Exemples parmi d’autres :
• Tel couple explique à son maire : « Nous avons besoin de deux voitures pour nous rendre l’un et l’autre à notre travail ; si vous mettez en place une navette autocar, en correspondance avec le train, nous n’aurons plus besoin que d’une voiture. » Et le maire, constatant que leur cas n’est pas isolé, de mettre en place la navette.
• Des villageois se plaignent : « Le lycée, le collège, la poste, la maison de santé… sont éparpillés dans tout le canton et nous gaspillons notre temps et le carburant de la voiture à courir d’un endroit à l’autre. » Les maires du canton et le préfet vont dès lors concevoir un plan sur quelques années pour concentrer les services et les commerces dans le bourg principal, afin qu’ils soient tous accessibles à pied.
• Les syndicats professionnels proposent à leurs adhérents, pour chaque catégorie de produit (eaux minérales, farines, yaourts, lessives, etc.), un emballage standard et réutilisable unique, avec un prix de consigne. Les industriels conservent la liberté de l’adopter ou de lui préférer un contenant jetable (et soumis à une taxe de recyclage).

Les dispositions de ce genre sont applicables partout dans le monde et peuvent très vite faire école. Puissions-nous y réfléchir, en débattre, et, s’il y a lieu, engager notre pays et l’Europe dans une voie d’avenir porteuse d’espoir.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2024-02-12 11:32:12
Michel (06-12-2023 18:43:36)

Une question me semble essentielle : la qualité de l’air et c’est pourquoi je trouve incontournable de se doter de véhicules électriques à défaut d’autres solutions actuelles.

Michel J. (28-09-2023 10:42:04)

Pensant renouveler mon Scenic diesel de 215 000 kms au compteur et 4,1 l/100 je suis en train de courir les concessionnaires : Hier l’un me disait que le malus pour un véhicule thermique allait jusqu... Lire la suite

Arnaud (23-04-2023 08:53:02)

Si la question des choix de société en France et dans le monde est essentielle elle ne doit pas masquer des enjeux physiques et techniques ni mener à distordre les faits: - la consommation d’énergie ... Lire la suite

erbe (02-11-2022 22:30:57)

Je n’ignore rien des problèmes et risques imputables au nucléaire, je dis juste : il faut choisir ! réduire massivement et rapidement nos émissions de GES Si c’est bien l’objectif qui fait consen... Lire la suite

ouafouaf (02-11-2022 16:27:40)

Sans avoir tout lu -et merci de m'en excuser, juste une question : la VOITURE ELECTRIQUE. Tout le monde va s'y précipiter pour avoir meilleure conscience, une belle affaire pour une relance de la prod... Lire la suite

Jacques Groleau (02-11-2022 15:01:12)

Il m'est souvenir d'une thèse de doctorat, soutenue il y environ 10 ans par un universitaire : une éolienne "consomme" pour sa fabrication, son fonctionnement, son entretien et son recyclage (complet,... Lire la suite

Christian (22-08-2022 05:04:09)

On peut sans doute dater des années 1968/1972 la véritable prise de conscience des problèmes écologiques, même si ceux-ci n’étaient pas totalement absents jusque-là des réflexions des décideurs politi... Lire la suite

Christian (02-08-2022 08:50:35)

Les catastrophes écologiques et autres font partie de l’Histoire, hélas ! Avec les incendies et les inondations qui se multiplient partout dans le monde, on a l’impression que la situation ne s’es... Lire la suite

Xavier G. (06-07-2022 02:44:19)

Ce sujet, capital pour l'avenir de nos sociétés mérite bien mieux qu'une tribune aux arguments aussi légers : comme mentionné dans une autre réponse : comment expliquer que l'isolation entrainerait l'... Lire la suite

Patrice (05-07-2022 10:09:07)

Bonjour, j'ai moi aussi envie de donner mon avis sur ce sujet "non historique" car actuel (pas de recul suffisant pour juger de la pertinence ou non de la "transition énergétique"). Je lis certains ... Lire la suite

Durand (04-07-2022 16:36:58)

Merci de cette mise au point sur ce sujet et cette politique énergétique suicidaire. A propos du réchauffement et de son rapport au gaz carbonique, il faut aussi souligner qu'il n'y a pas grand'chose ... Lire la suite

Guy Walch (04-07-2022 15:24:35)

Cet article n'a en effet aucun rapport avec l'histoire et sa méthodologie rigoureuse. De plus, il est léger et partial. Je suis convaincu de l'importance vitale pour l'humanité (pas la planète) de la ... Lire la suite

Xav (03-07-2022 21:53:48)

Merci pour cet article d'une grande justesse qui rappelle des données physiques incontournables. C'est bien votre formation d'ingénieur qui vous permet de vous référer au réel, dimension ignorée de no... Lire la suite

Xuani (03-07-2022 17:46:16)

A propos des énergies "propres", il vaut la peine de lire l'éditorial de la revue "Science" dans l'édition du 23 juin 2022, intitulé "The Matter of a clean energy future" ; ce texte, qui est en clair ... Lire la suite

Bernard (03-07-2022 11:59:24)

Quelques questions naïves : 1/ Y a-t-il réellement réchauffement climatique (interrogation iconoclaste qui en fera hurler plus d'un, mais pourtant ô combien légitime : avez-vous consulté la liste et l... Lire la suite

antigrippe (03-07-2022 10:53:46)

M.Larané, Sans doute avec la bonne foi de l'ignorance (je ne voulais pas le croire moi aussi) vous traitez du "changement climatique" comme si NOS RESPONSABLES N'Y ÉTAIENT POUR RIEN. Quelles peuvent... Lire la suite

Philippe (03-07-2022 10:00:53)

Il est évident que la transition écologique est une impasse. Toutefois, M. Larané, ce serait bien d’écrire un article sur l’Allemagne, pays que je dénonce depuis des années comme étant un de nos enne... Lire la suite

jacomons (03-07-2022 09:11:28)

Bravo pour ce rappel bien utile dans l'illusion écologique au tout renouvelable ! Techniquement impossible sans moyen de stockage . Sauf erreur de ma part, le calcul sur les éoliennes ne tient pas com... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net