La naissance des sciences en Grèce

Vincent raconte les sciences à l'époque hellénistique

3ème épisode

La naissance des sciences en Grèce : l'époque hellénistique

Voici le 3e et dernier épisode de notre triptyque sur la naissance des sciences dans le monde grec ! On s’intéresse ici à la période hellénistique dominée par l’éclat d’Alexandrie.

A la fin du IVe siècle, les conquêtes d’Alexandre le Grand permettent d’étendre l’emprise des Grecs depuis l’Egypte jusqu’à l’Inde.

La ville nouvelle d’Alexandrie s’impose très vite comme un creuset des sciences grâce à sa célèbre bibliothèque fondée en même temps que le phare par Ptolémée Ier. Elle attire aussitôt les meilleurs savants du monde grec, à commencer par Euclide venu tout exprès de Cyrène. C’est le premier mathématicien à faire des démonstrations bien carrées à partir de postulats soigneusement posés. En ce sens, c’est vraiment le fondateur des mathématiques modernes, et son œuvre sert encore aujourd’hui de référence.

Cette époque bouleverse aussi les connaissances en géographie puisque les Grecs peuvent voyager librement de Marseille jusqu’en Inde ou en Asie Centrale. Et comme tout le monde admet que la Terre est ronde, la question est de savoir si on en a presque fait le tour. Pour répondre à cette question, le plus simple est de mesurer sa circonférence.

C’est encore un Alexandrin originaire de Cyrène qui se distingue dans ce domaine : Eratosthène. Il mesure l’écart angulaire entre Assouan et Alexandrie en comparant simplement la taille des ombres, et il trouve 7,2°. Sachant que les 2 villes sont séparées de 5000 stades, il peut en déduire combien font 360° : il obtient 39 375 km, qui correspond quasiment à la vraie valeur. Ça prouve que c’est beaucoup plus rapide d’aller en Inde par l’est que par l’ouest. Heureusement pour lui, Christophe Colomb n’aura pas connaissance de cette mesure…

En astronomie, c’est Aristarque de Samos qui fait un pas de géant à la même époque : installé à Alexandrie ou bien peut-être à Athènes, il est le premier à suspecter que la Terre tourne autour du Soleil, et non l’inverse. Et pour ça, il utilise une vraie démarche scientifique :

par l’observation des phases de la lune, il en déduit que le soleil est beaucoup plus loin, donc beaucoup plus gros. Par conséquent, le soleil doit être le corps central autour duquel tourne la Terre, mais aussi toutes les autres planètes. Et en plus comme les étoiles ne se déplacent pas dans le ciel, ça doit vouloir dire qu’elles sont beaucoup, beaucoup plus lointaines que le Soleil. Tout est juste dans ces réflexions !

Le problème, c’est que cette théorie ne va pas rencontrer beaucoup de succès. C’est le grand problème de cette époque : les nouvelles idées n’arrivent plus à émerger face aux anciennes théories bien arrimées.

La théorie d’Aristarque est surtout connue grâce à un homme exceptionnel : Archimède. Il habite à Syracuse, au cœur de la Grande Grèce qui maintient intact l’héritage de Pythagore. En maths Archimède détermine notamment le nombre Pi avec une précision inégalée. C’est le 1er à trouver qu’il vaut 3,14 et des poussières. En physique il comprend le principe du bras de levier qui permet de décupler la force exercée. Il précise aussi l’expression de ce qu’on appelle encore aujourd’hui la poussée d’Archimède qui explique qu’on flotte dans l’eau. C’est aussi un ingénieur remarquable qui réalise de nombreuses machines de guerre et agricoles. Ça lui donne un rôle essentiel dans la défense de Syracuse face aux Romains en 212 av JC.

La légende dit qu’il aurait enflammé les voiles des bateaux ennemis avec de grands miroirs en bronze, mais ça relève clairement du mythe. En tout cas, il meurt bel et bien au cours de ce siège et ça, c’est très symbolique du nouvel ordre qui est en train de se mettre en place.

Les Romains sont en train de remplacer les Grecs en tant que principal moteur civilisationnel. Or ce sont des pragmatiques peu intéressés par les grandes théories abstraites : leur essor va marquer le déclin inéluctable des scientifiques.

Les savoirs anciens parviennent quand même à se maintenir à Alexandrie, jusqu’à arriver entre les mains de Claude Ptolémée vers 150 après JC. Il écrit 2 ouvrages qui serviront de référence en Europe pendant les 1300 prochaines années : sa Géographie révèle une connaissance du monde à peine plus étendue qu’à l’époque hellénistique. Son Almageste compile le calcul des anciens astronomes grecs, mais en plaçant la Terre au centre et en rejetant l’idée qu’elle puisse tourner sur elle-même.

Si Thalès était l’alpha, Ptolémée est un peu l’omega du savoir antique dans le domaine des sciences. Par la suite, l’ascension du christianisme va encore accentuer cette régression scientifique, et pour l’illustrer on va terminer par une femme pas comme les autres : Hypatie.

C’est une Alexandrine professeur de science et de philosophie qui vivait autour de l’an 400, avec 2 points particuliers : d’abord c’est une femme, ce qui n’est pas banal au sein d’une culture gréco-romaine très machiste. Ensuite c’est une païenne, une espèce en voie de disparition dans le secteur. Finalement, elle est lynchée et tuée en 415 par une bande armée au service de l’évêque d’Alexandrie. C’est très symbolique :

L’Eglise est en train de mettre un terme à la libre pensée qui prévalait jusqu’alors, figeant les dogmes et bloquant tous les progrès ultérieurs de la science. Le monde antique est déjà en train de s’éteindre, et avec lui les dernières lueurs du génie grec qui avait révolutionné la connaissance de l’Univers.

Voilà, cette mini-série sur la naissance des sciences dans le monde grec est terminée. Au besoin je vous mets un lien vers les 2 précédents épisodes. Merci à tous pour votre fidélité et à bientôt pour d’autres aventures !

Vincent Boqueho
Publié ou mis à jour le : 2021-11-13 19:39:33

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net