L'Antiquité en cartes animées

Vincent raconte l'Inde classique (de 185 av. JC à 530)

L'Inde classique (de 185 av. JC à 530 apr. JC)

Dans l’épisode 5, nous avons terminé notre histoire de l’Inde avec la chute de l’empire Maurya. Plusieurs siècles de divisions vont s’écouler jusqu’à l’essor de l’empire Gupta.

En 185 av JC, c’est la dynastie des Shunga qui a pris le relais des Maurya sur la plaine du Gange. Elle encourage l’hindouisme tandis que le royaume du Satavahana plus au sud valorise davantage le bouddhisme.

Plus à l’ouest, les Grecs de Bactriane échouent à conquérir la plaine du Gange et restent cantonnés sur la plaine de l’Indus. Puis vers 140 av JC, l’arrivée des Yuezhi en Asie Centrale provoque à la fois l’éclatement de la Bactriane et l’installation des Scythes plus à l’ouest. En 90 av JC sous l’impulsion de leur roi Mauès, ils entament des conquêtes vers l’est aux dépens des Indo-Grecs, puis aux dépens de l’empire Shunga. Ils fondent ainsi le royaume indo-scythe, qui mélange les différentes cultures.

Affaiblis, les Shunga sont renversés au profit de la dynastie des Kanva. Finalement en 27 av JC, le Satavahana met un terme à la puissance du Maghada en s’emparant de sa capitale Pataliputra.

Ce sont les peuples venus d’Asie Centrale qui vont perpétuer le rayonnement de la civilisation indienne. Dans les années 70 après JC, les Kouchans conquièrent l’empire indo-scythe. Les Scythes subsistent plus au sud où ils forment un état plus ou moins vassal des Kouchans. Leur principal adversaire est le Satavahana, royaume indien toujours puissant. Les Kouchans et les Scythes forment alors un creuset entre les cultures steppique, grecque et indienne où l’art peut s’épanouir.

Idéalement placés au centre de la Route de la Soie, les Kouchans permettent les échanges entre l’Inde, la Chine et Rome. Ca les encourage à conquérir une partie de la plaine du Gange vers 120 après JC. L’empire kouchan connaît son apogée peu après sous le règne de Kanishka, qui favorise la diffusion du bouddhisme jusqu’en Chine.

En 203, le Satavahana se fragmente et perd sa prééminence. Puis vers 250, l’empereur perse Shapur Ier conquiert l’empire kouchan et ne laisse plus qu’un royaume affaibli qui s’étend du Gandhara à la Bactriane. L’Inde retrouve ainsi une fragmentation en petits royaumes.

C’est à nouveau du Magadha, ancien cœur de l’empire Maurya, que va venir le renouveau. La dynastie Gupta règne alors sur un petit territoire autour de Pataliputra. En 320, Chandragupta Ier monte sur le trône et étend son autorité sur les états voisins, restaurant la puissance du Magadha. Son fils Samudragupta lui succède en 335. Durant ses 40 ans de règne, il étend fortement son royaume vers l’ouest et le sud, donnant naissance à l’empire Gupta.

Son fils aîné lui succède, mais il subit une défaite contre le royaume indo-scythe. Il est alors éliminé par son frère Chandragupta II qui s’empare du trône en 380. Après 34 ans de guerre, il parvient à s’emparer du royaume indo-scythe et fait de Ujjain une deuxième capitale. A sa mort en 415, l’empire Gupta est à son apogée : c’est l’époque classique où s’épanouit la culture indienne. Trois principales religions s’y côtoient : le bouddhisme, le jaïnisme et l’hindouisme. Celui-ci connaît une évolution avec l’essor de deux grandes divinités, Vishnou et Shiva. La littérature est florissante et l’art, essentiellement religieux, atteint un grand raffinement. Les sciences sont dominées par l’astronomie et les mathématiques : en particulier, l’introduction du zéro achève le système de numération indien qui sera plus tard récupéré par les Arabes, puis par les Européens. Le commerce est florissant : outre la Route de la Soie terrestre déjà ancienne et la voie maritime vers l’Arabie et l’Afrique, une nouvelle route maritime s’ouvre en direction de la Chine : cela conduit à diffuser la culture indienne vers l’Asie du sud-est jusqu’en Indonésie. Le bouddhisme et l’hindouisme s’y propagent en parallèle.

Les 40 ans de règne de Kumaragupta, qui succède à Chandragupta, sont paisibles. Une nouvelle menace apparaît dans les dernières années, celle des Huns Hephthalites, qui ont fondé un empire en Asie Centrale. Skandagupta, qui monte sur le trône en 455, parvient à les repousser, mais ces incursions affaiblissent l’empire qui connaît des difficultés financières. Certains vassaux proclament leur indépendance, et les successeurs de Skandagupta ne parviennent pas à enrayer le déclin. L’empire Gupta se replie sur son territoire originel tandis que les Huns s’avancent sur l’Inde à partir de 500. L’avènement de leur roi Mihirakula marque l’apogée de l’empire hephthalite. Il tente de conquérir la plaine gangétique mais est battu par une coalition de rois indiens. Finalement, l’Inde retrouve son découpage traditionnel en petits royaumes, ce qui n’empêche pas l’épanouissement de l’art et une certaine prospérité économique. Les prochains bouleversements seront liés à l’arrivée de l’islam.

Dans le prochain épisode, on va revenir sur l’empire romain qui connaît alors un véritable cataclysme avec la chute de Rome et de l’empire d’Occident.

Vincent Boqueho

Publié ou mis à jour le : 2022-04-04 17:06:28

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net