L'Antiquité en cartes animées

Vincent raconte Alexandre le Grand

Alexandre le Grand : épopée et héritage (de 336 à 280 av. J.-C.)

Dans cette vidéo, on va s’intéresser à l’incroyable épopée d’Alexandre le Grand et aux royaumes fondés dans son sillage.

En 336 av. J.-C., le roi de Macédoine Philippe II vient de rassembler une bonne part de la Grèce sous son autorité. Il tente une première attaque sur l’empire perse, mais qui est repoussée. Peu après, il est assassiné par un officier et son fils Alexandre lui succède à l’âge de 20 ans.

Éduqué par Aristote, il prend rapidement les choses en main : il mate une révolte de l’Illyrie, de la Thrace, et surtout des cités grecques. Sa répression est impitoyable : Thèbes est entièrement rasée. En 334, il peut entamer la conquête de l’empire perse qui est alors dirigé par Darius III. Il remporte une première victoire à la bataille du Granique qui lui ouvre la voie vers Sardes, puis conquiert la côte ionienne avant de rejoindre Gordion. Selon la légende, il y tranche le fameux nœud gordien, ce qui symbolise sa décision de poursuivre au-delà du domaine traditionnel d’influence des Grecs. La flotte perse reprend le contrôle de la côte, aidée par l’agitation des cités grecques, mais Alexandre préfère se porter au-devant de l’armée perse qui s’avance vers lui. Non seulement la victoire d’Issos anéantit l’ennemi, mais elle lui redonne en plus le soutien des cités grecques. Afin de couper les bases arrières de la flotte perse, il s’empare de la Phénicie pendant qu’Antigone, l’un des futurs héritiers de l’empire, se charge d’anéantir la résistance perse en Anatolie. Puis Alexandre gagne l’Égypte où il est accueilli en libérateur. Il y fonde Alexandrie, promise à un brillant avenir. Les Grecs de Cyrénaïque lui prêtent allégeance.

Darius III ayant rassemblé une nouvelle armée, Alexandre le Grand s’avance en Mésopotamie où il décime les forces perses à la bataille de Gaugamèles. Tandis que l’Arménie lui prête allégeance, il peut ainsi entrer dans Babylone, Suse, Persépolis qu’il incendie, et Ecbatane. Darius III est pourchassé et tué par ses propres satrapes, mettant fin à la dynastie des Achéménides.

Alexandre passe ensuite 2 ans à asseoir son autorité sur les possessions asiatiques de l’empire perse, puis il se dirige vers l’Inde, au-delà même des anciennes frontières. Il remporte une victoire contre un roi indien et souhaite poursuivre jusqu’au Gange, mais les Grecs et les Macédoniens de son armée, épuisés, refusent de continuer plus loin. Alexandre le Grand rentre à Babylone aux commandes d’un empire immense, mais il n’a pas le temps de le consolider : il meurt d’une maladie brutale en 323 à l’âge de 32 ans.

Faute d’héritier viable, le général Perdiccas assure une régence tandis que les satrapies sont réparties entre les autres officiers d’Alexandre. Ceux-ci se rebellent contre Perdiccas pour l’empêcher de se proclamer empereur. C’est le début des guerres des diadoques qui vont entraîner le morcellement de l’empire. Perdiccas échoue face à la coalition et il est tué par son propre officier Séleucos, qui obtient en récompense la Babylonie.

Antigone tente de reprendre le flambeau impérial en Asie, soulevant à son tour une coalition des autres diadoques : une guerre longue et indécise s’engage. Dans le même temps, Séleucos étend son emprise sur l’Iran, mais il se heurte à l’empire indien des Maurya qui vient de connaître une expansion rapide depuis la plaine du Gange.

En 306, la division de l’empire en 5 royaumes est officialisée : la Macédoine de Cassandre, la Thrace de Lysimaque, l’Asie Mineure d’Antigone, l’Égypte de Ptolémée, et l’immense royaume de Séleucos. Celui-ci fonde Séleucie du Tigre, sa nouvelle capitale.

C’est pourtant l’Égypte qui devient le royaume le plus prospère. Ptolémée Ier fait d’Alexandrie sa capitale et embellit considérablement la ville nouvelle : il fait construire le célèbre Phare, puis la bibliothèque destinée à rassembler tous les savoirs anciens. Il favorise avec succès le mélange de la culture grecque et des traditions égyptiennes, et se fait proclamer pharaon, fondant la dynastie des Lagides.

Pendant ce temps-là, la guerre contre Antigone se poursuit. Elle se solde par la mort d’Antigone en 301 à la bataille d’Ipsos : Lysimaque récupère l’ouest de l’Asie Mineure, Ptolémée, Chypre et la côte sud, et Séleucos, la Syrie. Antioche est fondée sur la Méditerranée et va connaître un essor rapide.

Les anciens alliés deviennent bien vite rivaux : le Levant se retrouve au centre des conflits entre Séleucos et Ptolémée. Par ailleurs, les guerres de succession en Grèce conduisent à l’émergence de la dynastie des Antigonides. Plus au nord, le royaume de Lysimaque est pris en sandwich et partagé entre Séleucos et les Antigonides. C’est la fin des guerres des diadoques qui auront duré 42 ans.

À l’ouest de la Grèce, le général Pyrrhus a profité des troubles pour se tailler un royaume en Epire. Il tente d’asseoir son autorité sur le sud de l’Italie et la Sicile, mais échoue face à l’alliance de Rome et de Carthage. Pendant ce temps, la Macédoine perd son contrôle sur les cités grecques.

À cette époque, la Thrace tombe sous la domination des Celtes qui sont alors en pleine expansion. Parmi eux, les Galates franchissent l’Hellespont et ravagent l’Asie Mineure avant de s’installer dans une région qui deviendra la Galatie.

Ils se retrouvent voisins de plusieurs royaumes hellénisés qui ont repris leur indépendance : la Bithynie, la Paphlagonie et le Pont sur la côte nord de l’Asie Mineure, l’Arménie et l’Atropatène plus à l’est. Peu après, le royaume de Pergame prend son indépendance vis-à-vis des Séleucides. Le royaume de Cappadoce suit son exemple quelques années plus tard.

Si l’héritage d’Alexandre le Grand est un échec politique, il aura contribué à diffuser durablement la culture hellénistique jusqu’aux portes de l’Inde. L’âge classique de la Grèce est terminé, mais la période hellénistique va voir l’essor de nouveaux savants dont le creuset se trouve dorénavant à Alexandrie.

C’est ce que nous verrons dans le prochain épisode qui traite du dernier âge de gloire de l’Égypte antique.

Vincent Boqueho

Publié ou mis à jour le : 2022-02-11 16:34:43

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net