Vers un monde multipolaire

Mésopotamie : la naissance de l’Assyrie et de la Babylonie

En 1810 av. J.-C., les Amorrites contrôlent la plupart des villes de Mésopotamie. Celle-ci est structurée en royaumes dont les frontières fluctuent beaucoup au gré des batailles et des retournements d’alliances. A cette époque, le roi amorrite Shamshi-Adad règne à Ekallatum : dominé un temps par la ville d’Eshnunna, il reprend le pouvoir en 1810 av. J.-C. et entame alors de vigoureuses conquêtes qui s’achèvent par la prise de Mari en -1794. Il s’empare au passage d’Assur, qui est déjà une cité commerciale florissante et qui donnera plus tard son nom à l’Assyrie.

Hammourabi, premier conquérant de notoriété universelle

Notons qu’à la même époque au sud, la ville de Larsa s’empare d’Isin, mettant fin à 2 siècles de conflits entre les 2 cités.

Le règne de Shamshi-Adad en Haute-Mésopotamie dure 40 ans, jusqu’en 1775 av. J.-C.. Son royaume ne résiste guère à sa mort, mais cette puissance éphémère servira de référence aux futurs rois d’Assur.

Le roi amorrite Hammurabi règne alors sur Babylone, depuis 1792 av. J.-C.. Il parvient à contenir la puissance des villes voisines grâce à un efficace jeu d’alliances. Cependant, le royaume d’Elam est redevenu la première puissance dans la région et arbitre même les conflits en Mésopotamie. En 1764 av. J.-C., il lance une attaque massive sur la plaine.

Hammurabi lève une vaste coalition qui parvient à repousser les Elamites après de rudes combats. Cela confère une nouvelle aura à Babylone : un an plus tard, Hammurabi s’attaque à Larsa qui avait refusé la coalition et s’empare de toute la Basse Mésopotamie. Puis il poursuit sur sa lancée en s’emparant d’Eshnunna, de Mari, et d’Assur, fondant ainsi le plus grand empire depuis celui d’Akkad.

A cette même époque, Alep étend aussi sa domination en s’emparant notamment de Qatna : les royaumes de Yamkhad et d’Elam deviennent ainsi les 2 grandes puissances encadrant l’empire babylonien.

Hammurabi reste surtout connu pour le code de lois qu’il a fait rédiger. Cependant, ses conquêtes s’avèrent moins durables puisque l’empire perd ses régions septentrionales dès sa mort en 1750 av. J.-C.. Hammurabi apparaît donc comme le fondateur de la Babylonie, comme Shamshi-Adad était le fondateur de l’Assyrie. Cette division de la Mésopotamie en 2 parties va déteindre jusque dans la langue : l’akkadien se divise peu à peu en 2 dialectes, le babylonien et l’assyrien.

Le successeur d’Hammurabi doit aussi faire face à des révoltes au sud sur fond de grave crise économique : il parvient à les mater, mais la puissance de l’empire décline rapidement. Ces difficultés internes sont aggravées par des menaces permanentes aux frontières. La principale est due à un nouveau peuple venu du Zagros et promis à un brillant avenir : les Kassites. Babylone finit par perdre l’extrême sud du royaume vers 1640 av. J.-C.. Les Kassites contribuent également à affaiblir l’Elam : le royaume finit par éclater et la dynastie au pouvoir disparaît.

Pour Babylone, le coup de grâce est donné par un nouveau peuple qui a pris de la vigueur en Anatolie : les Hittites. Ceux-ci affaiblissent durablement le royaume de Yamkhad, puis lancent un raid jusqu’à Babylone en -1595. La ville est pillée et la dynastie amorrite disparaît : c’est la fin de la période amorrite en Mésopotamie, qui aura duré plus de 400 ans. Très loin de chez eux, les Hittites ne restent guère dans le pays et repartent avec les richesses pillées. Le vide va rapidement être comblé par les Kassites. Ceux-ci vont marquer l’Histoire de la région pour les 440 ans à venir, comme les Amorrites avaient marqué les 400 dernières années.


Publié ou mis à jour le : 2020-05-09 09:38:32

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net