Maria by Callas - Une voix, une femme, un destin - Herodote.net

Maria by Callas

Une voix, une femme, un destin

Quarante ans déjà. En 1977, à Paris, disparaissait « La » Callas, victime d’une crise cardiaque. Cantatrice mythique dotée d’une personnalité atypique, mélange de simplicité et de distance, elle va devenir une icône des années 60, au même titre que des stars comme Marilyn Monroe ou Warhol. Derrière la célébrité, le mystère persiste pourtant.

En portant La Callas au pinacle, le public a aussi laissé dans l’ombre Maria, cette femme à la vie tumultueuse. Née à New York, elle aura une adolescence grecque avant de devenir une grande cantatrice, puis une idole. Ce film de Tom Volf, riche d’archives inédites, dévoile une partie du mystère. En salle le 13 décembre 2017.

Maria by CallasDepuis longtemps déjà, La Callas fait l’objet d’un véritable culte. Il ne manquait à la déesse qu’un monument pour honorer sa mémoire et perpétuer l’adoration qu’elle suscite. Ce monument est un film.

Son réalisateur, Tom Volf, est la parfaite illustration de l’élan irrépressible que peut déclencher ce personnage hors-norme. Lui qui ne savait quasiment rien de Maria Callas, va tomber sous son charme au point d’être très vite saisi par « le désir farouche » de faire un film.

Un travail de longue haleine puisqu’il aura fallu cinq ans pour mener ce projet à terme. Projet très vaste, au demeurant, puisqu’il inclut la publication de deux livres (note) et la mise en place d’une exposition !

Toutes ces recherches auront permis de recueillir de nombreux témoignages mais aussi de retrouver des films et des images inédites. En particulier la seule copie existante de l’interview que La Callas a accordée à David Frost en 1970.

Une interview d’autant plus capitale qu’elle sert de fil conducteur au film de Tom Volf et permet de suivre, à jalons réguliers, l’écart qui se creuse entre Maria, la personne réelle, et La Callas, l’icône en formation qui finira projetée au firmament des célébrités. Un écart qui devient progressivement un fossé, puis un gouffre impossible à combler.

Maria a-t-elle voulu de son destin ? Elle répond elle-même en affirmant qu’en ce temps-là, dans les années 1930, les enfants obéissaient aux décisions de leurs parents. Or sa mère, qui a choisi de quitter New York pour la ramener avec elle en Grèce, a décidé qu’elle serait une grande chanteuse. C’est donc à 13 ans que Maria entame le long chemin qui fera d’elle La Callas. Un chemin très dur, qui exigera un travail permanent tout au long de sa vie. Par étapes, il lui permettra de conquérir l’Europe, puis le monde.

La montée vers l’Olympe de l’art lyrique

Un chemin pavé de difficultés. En janvier 1958, n’est-elle pas contrainte d’annuler une représentation à laquelle assiste le Président de la République italienne ? Causé par le froid intense, ce faux pas la poursuivra de nombreuses années. Les archives montrent l’âpreté des journalistes n’hésitant pas à la harceler sur ce sujet pourtant si délicat.

Un chemin pavé de terribles déceptions personnelles aussi. N’a-t-elle pas été séduite par Aristote Onassis, le célèbre armateur grec, dont elle sera la maîtresse pendant huit ans, avant de se voir délaissée pour Jacqueline Bouvier Kennedy, la veuve du président américain mort à Dallas ? Onassis ne daignera même pas l’informer de son mariage. Une blessure, une de plus, dont la voix de Fanny Ardant, qui lit des extraits de la correspondance privée de la cantatrice, donne toute la mesure grâce à son timbre si particulier.

Cette blessure vient s’ajouter à l’immense fatigue d’une vie toute entière dédiée à un art sublime mais qui exige une énergie surhumaine. L’un des traits les plus marquants du film réside précisément dans la présentation d’airs en lien avec les moments forts de la vie de Maria : Casta Diva pour son entrée à Paris en 1958, la Habeneraau au moment de sa liaison avec Onassis, puis, lorsqu’elle s’achève, La Somnambule, avec ce texte si évocateur : « Pourquoi t’es-tu fanée si vite, toi rose qui n’a duré qu’un jour comme l’amour ? »

La richesse des images recueillies par Tom Volf permet aussi d’assister à la mutation de l’ensemble du monde artistique, une transformation d’où surgiront les stars des années 60 et qui va aussi toucher La Callas. Sa personnalité singulière et ses interprétations vont entrer en résonance avec un public toujours plus vaste. L’émotion qu’elle pouvait créer va fasciner et lui donner une place unique dans l’histoire de l’art lyrique.

Vanessa Moley
Publié ou mis à jour le : 2019-04-30 15:51:36

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux