842

Les serments de Strasbourg

Les serments de Strasbourg (14 fvrier 842) ont t rdigs en langue romane (ancien franais) et en langue tudesque (ancien allemand) par le comte Nithard, abb de Saint-Riquier et petit-fils de Charlemagne. Lui-mme serait mort deux ans plus tard, aprs avoir crit le rcit de la guerre fratricide entre ses cousins: Histoire des fils de Louis le Pieux.

Les serments de Strasbourg tmoignent de l'mergence des langues europennes modernes l'poque carolingienne.

Les serments en version originale (latin)Les serments en franais moderne

Les langues populaires ont commencé à être reconnues en Europe occidentale lors du concile de Tours de 813. à l'occasion de ce concile, sous le règne de Charlemagne, les évêques de l'ancienne Gaule ont préconisé l'emploi des langues populaires dans les prêches et les homélies, en lieu et place du latin qui avait depuis longtemps disparu de l'usage commun.

Les serments de Strasbourg sont les premiers documents où le latin cède la place aux langues vulgaires, le roman pour la partie occidentale du « Regnum francorum », le tudesque pour la partie orientale.

Le mot tudesque vient de l'adjectif germanique tiudesc, qui signifie « populaire ». Cette racine se retrouve aussi dans le mot tiudesc-Land qui signifie le « pays du peuple ». Au fil du temps, il se transformera en Deutschland, nom actuel de l'Allemagne (*). Mais malgré l'épisode de Strasbourg, les langues populaires devront patienter pendant sept siècles avant de connaître une consécration officielle !

Le manuscrit des serments de Strasbourg
Extrait du manuscrit de Nithard rapportant le serments de Strasbourg en langue romane. Le texte est rédigé sur parchemin, en écriture dite caroline. Cette écriture cursive, plus simple que l'écriture en capitale des Romains, a été inventée par les moines copistes du temps de Charlemagne, d'où son nom.
Les serments de Strasbourg en langue romane (extrait)
« Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun
salvament, d'ist di in avant, in quant Deus savir
et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fadre
Karlo et in aiudha et in cadhuna cosa, si
cum om per dreit son fadra salvar dift, in o
quid il mi altresi fazet et ab Ludher nul plaid
nunquam prindrai, qui, meon vol, cist meon fadre
Karle in damno sit »
« Pour l'amour de Dieu et pour le peuple chrétien et notre salut commun,
A partir d'aujourd'hui, en tant que Dieu me donnera savoir
et pouvoir, je secourrai ce mien frère
Charles par mon aide et en toute chose,
comme on doit secourir son frère, selon l'équité, à condition qu'il fasse
de même pour moi, et je ne tiendrai jamais avec Lothaire aucun plaid
qui, de ma volonté, puisse être dommageable à mon frère Charles. »

en savoir plus

Publi ou mis jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20/an!

Actualits de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimdia
vidos, podcasts, animations

Galerie d'images
un rgal pour les yeux

Rtrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivit Herodote.net