L'Histoire en quatrième

Les mouvements libéraux

Suite à la Révolution française et aux guerres napoléoniennes, des courants idéologiques inédits traversent l'Europe en tous sens: nationalisme, socialisme, positivisme... La politique n'est plus seulement l'affaire des souverains comme sous l'Ancien Régime.

 

En 1815, tandis que la France est envahie et Napoléon 1er chassé du pouvoir, les souverains de toute l'Europe se réunissent à Vienne pour redessiner la carte du continent.

Le tsar de Russie, l'empereur autrichien et le roi de Prusse tentent avec le nouveau roi de France de restaurer l'ordre ancien, fondé sur l'autorité des rois. C'est la Sainte Alliance.

Mais derrière les apparences, plus rien n'est comme avant... Les anciennes institutions féodales - comme le Saint Empire Romain Germanique - ont disparu au profit d'États plus ou moins centralisés.

Sous l'influence des envahisseurs français, les Européens instruits ont aussi découvert les idées de liberté et d'égalité ainsi que l'idée de Nation.

La montée du nationalisme

Très vite montent les revendications démocratiques et patriotiques. Qu'elles réussissent ou échouent, elles ne remettent pas en cause toutefois l'équilibre européen issu du congrès de Vienne mais conduisent à un émiettement du continent.

En Espagne d'abord, les insurgés réclament en vain une Constitution démocratique. Même chose en Russie même où de jeunes officiers tentent un coup d'État en 1825.

En Grèce, une insurrection populaire appuyée par les grandes puissances occidentales oblige le sultan turc à octroyer l'indépendance au pays en 1829.

En France, en 1830, trois jours de manifestations ont raison du régime impopulaire de Charles X. Le roi choisit l'exil mais il est remplacé par un cousin qui devient à son tour roi sous le nom de Louis-Philippe 1er.

L'exemple français est suivi à Bruxelles où des manifestations conduisent en 1831 à la séparation de la Belgique et des Pays-Bas. Les Polonais ont la partie beaucoup plus difficile. Ayant tenté de rejeter l'autorité du tsar de Russie, ils sont sauvagement mis au pas par les troupes cosaques.

C'est une nouvelle fois de Paris que vient en 1848 la deuxième vague de soulèvements. La Révolution qui chasse Louis-Philippe 1er et instaure en France la IIe République suscite l'enthousiasme dans tous les cercles intellectuels et bourgeois d'Europe.

Des révolutions démocratiques et patriotiques éclatent à Vienne, dont le chancelier Metternich est provisoirement chassé, en Allemagne et surtout en Italie, où les insurgés en appellent à l'union politique de la péninsule.

Le poète romantique Victor Hugo se fait le chantre de ce grand mouvement européen plein de jeunesse et d'enthousiasme. C'est le «printemps des peuples». Mais il ne dure guère qu'une saison. Incertains sur leurs buts ultimes, les insurgés se divisent et permettent aux anciens gouvernants de reprendre la main.

En France même, les dirigeants républicains sont amenés à massacrer des manifestants ouvriers et laissent bientôt élire à la présidence de la République le neveu de Napoléon 1er. Celui-ci aura tôt fait de restaurer l'Empire.

Le triomphe du nationalisme

Le nouvel empereur des Français Napoléon III débute son règne sous le signe de la paix. Il ébauche une entente cordiale avec l'ennemie héréditaire, l'Angleterre. C'est ainsi que les troupes franco-anglaises se retrouvent côte à côte pour battre les Russes en Crimée !

Le tsar de Russie Alexandre II mesure le retard qu'a pris son pays sur l'Occident. Il entreprend d'audacieuses réformes démocratiques qui lui coûteront la vie et entraîneront une agitation sans fin dans le pays.

Pétri d'idées généreuses sur le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, Napoléon III ne tarde pas à encourager les mouvements nationalistes en Italie dans leur lutte contre l'Autriche qui occupe le nord-est de la péninsule (Milan et Venise).

Lui-même intervient avec ses troupes au secours du roi du Piémont en guerre contre l'Autriche. C'est ainsi qu'avec l'aide des Français, le roi de Piémont place l'Italie sous son sceptre.

Chassée d'Italie, l'Autriche est peu après chassée d'Allemagne par la Prusse. Après sa victoire de Sadowa en 1866, cette dernière s'affiche comme la puissance montante en Europe continentale.

Son chancelier Bismarck affiche sa volonté d'unifier au profit de son roi l'ensemble de l'Allemagne. Il n'hésite pas à dire qu'il faudra pour cela faire la guerre à la France.

Napoléon III commence à prendre la mesure de ses imprudences. En 1870, il en commet une de plus en déclarant la guerre à la Prusse. Tout se passe comme prévu par Bismarck.

La France est battue, l'empereur capturé et déchu, et le 18 janvier 1871, dans la galerie des glaces du palais de Versailles, les princes allemands proclament l'avènement du IIe Reich (le deuxième empire allemand après le Saint Empire Romain Germanique) sous le sceptre de Guillaume 1er, précédemment roi de Prusse.

À la fin du XIXe siècle, l'Europe compte six grands États:
- la République française, affaiblie et humiliée par sa défaite de 1870,
- l'empire allemand, avide de grandeur après plusieurs siècles d'impuissance politique,
- l'empire autrichien, fragilisé par les rivalités entre ses composantes nationales: Allemands, Hongrois, Slaves, Roumains...
- le royaume d'Italie, en quête d'identité nationale après quinze siècles de division,
- l'empire russe, fragilisé par son archaïsme institutionnel,
- le Royaume-Uni, qui fait bande à part et règne tranquillement sur le reste du monde à travers ses innombrables colonies et protectorats.
Citons encore aux marges de l'Europe l'empire ottoman à l'agonie, dont Autrichiens et Russes rêvent de s'approprier les dépouilles.

Pour aller plus loin

On l'ignore trop souvent mais l'une des premières conséquences des guerres napoléoniennes fut l'émancipation de l'Amérique latine [dossier]

Partagez l'exaltation des révolutionnaires de 1848 et savourez tant qu'il est temps le «printemps des peuples» [récit]

Dialoguez avec les grands penseurs du XIXe siècle, Tocqueville, Darwin, Marx [dossier]

Des outils pour comprendre
- Se repérer dans le temps :


Frise chronologique de l'Histoire (1815-1848)

- Lecture :

Lancez-vous avec confiance dans la lecture de La démocratie en Amérique. Toujours d'actualité, le chef-d'oeuvre d'Alexis de Tocqueville nous éclaire sur la montée de la démocratie (et des États-Unis) : [extrait]

Vérifier les connaissances

- Les Belges ont gagné leur indépendance à la faveur d'un opéra. Lequel? [réponse]

- Quels célèbres tableaux illustrent le combat des Grecs pour leur indépendance? [réponse]

- Qui aurait dit : «L'ordre règne à Varsovie»? [réponse]

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2020-05-02 16:25:13

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net