Diego Maradona (1960 - 2020)

Le môme devenu dieu

Maradona est tellement populaire en Argentine et dans la planète footballistique qu'il suffit de dire « el Diego » ou « el 10 » pour que tout le monde sache de qui on parle.

Diego Maradona à NaplesEn 1994, Diego Armando Maradona racontait sa surprise quand, pour la première fois de sa vie, il put se promener sans être harcelé par des fans en quête de photo ou d’autographe. C’était aux États-Unis, pendant la Coupe du Monde de football, un sport qui n’avait pas encore pleinement conquis le cœur des Américains. Dans tout le reste de la planète, Maradona était un dieu vivant, un héros des terrains de football, un athlète et un artiste qui avait donné au public les buts les plus parfaits, les buts impossibles, ceux auxquels on ne croyait pas…

Et parmi eux, le « but du siècle », le 22 Juin 1986, en quart de finale contre l’Angleterre, pendant la Coupe du Monde au Mexique, lorsque, partant d’une distance de dix mètres de l’arc adverse, Maradona prend le ballon et commence une course sans faille en éliminant la moitié de l’équipe anglaise avant de le placer dans le filet. Son but est devenu aussi célèbre que le récit du commentateur « argentin » (en réalité le journaliste uruguayen Victor Hugo Morales) qui, en larmes, hurla : « De quelle planète es-tu venu ? », et qui ce jour-là a qualifié Maradona de « cerf volant cosmique ».  

Un but qui n’a pas été vécu par les Argentins uniquement comme la prouesse qui a ouvert le chemin vers la Coupe du Monde, mais aussi comme une revanche politique sur l’Angleterre qui avait humilié l’Argentine dans la guerre des Malouines en 1982.

Ce match est tout aussi inoubliable parce que, cinq minutes plus tôt, Maradona avait marqué un autre but, contesté par le gardien anglais qui jurait que l’Argentin avait touché le ballon avec la main. Altri tempi. Le VAR (Video Assistance Referee) n'existant pas à l’époque, l’arbitre l’a donné pour bon. 

À la conférence de presse qui suivit le match, interrogé sur l’épisode, Maradona répondit : « J’ai marqué le but un peu avec la tête et un peu avec la main. » Et après une pause : « La main de Dieu », ajouta-t-il avec un sourire en coin. L’expression, comme tant d’autres phrases rusées de Maradona, est devenue un classique et a donné lieu à une chanson hommage. 

Maradona adulé

Publié ou mis à jour le : 2020-11-29 09:06:04

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net