Françoise de Montespan (1640-1707)

La reine-sultane

Belle blonde, Françoise est née de Gabriel de Rochechouart, prince de Tonnay-Charente, duc de Mortemart. Elle épouse le marquis de Montespan à 23 ans mais ne se satisfait pas de ce mariage.

Ambitieuse, elle va ravir à son amie Mlle de La Vallière le coeur du jeune roi Louis XIV, lequel ne lui résistera guère.

Portrait supposé de la marquise Françoise Athénaïs de Montespan (5 octobre 1640, Lussac-les-Châteaux ; 27 mai 1707, Bourbon-l'Archambault) (auteur inconnu, vers 1660, château de Versailles)

La marquise en pleine gloire

Se faisant prénommer Athénaïs selon la mode précieuse du temps, la marquise de Montespan, autrement plus flamboyante que Mlle de La Vallière, a une première relation sexuelle avec le roi à 27 ans, en 1667. Il lui faut quelques années pour devenir enfin non plus seulement une maîtresse parmi d'autres mais sa favorite.

Par sa beauté, sa culture et son esprit volontiers mordant, la jeune femme remplit son rôle de reine officieuse et contribue au rayonnement de la Cour. Elle participe à la construction du palais de Versailles et encourage Lully et Charpentier en musique, Racine et La Fontaine en poésie, qui produisent leurs principaux chefs-d'oeuvre pendant son « règne ».

Le roi lui aménage au fond du parc de Versailles un Trianon de porcelaine, qui sera plus tard rasé et remplacé en 1689 par le Grand Trianon de Jules-Hardouin Mansart.

Assurée de l'attachement du roi à sa personne, Athénaïs supporte sans mot dire quelques passades de son amant avec Isabelle de Ludres ou encore Mademoiselle des Oeillets. Mais elle va maladroitement chuter du fait de sa compromission dans l'« affaire des Poisons » en 1681...

Publié ou mis à jour le : 2021-08-13 16:10:18

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net