France

La formation du pays, d'Hugues Capet à nos jours

La formation du territoire français actuel est un processus très lent, qui plonge ses racines dans les premiers royaumes francs apparus dès la fin de l'Antiquité. Avec l'arrivée des rois capétiens et d'Hugues Capet, aux alentours de l'An Mil, la France sort timidement des limbes mais son territoire effectif est encore loin de ressembler à celui que nous connaissons...

Notre animation multimédia présente les grandes lignes de cette aventure.

Vincent Boqueho
La lente émergence de la France

En 987, l'empire carolingien est en pleine déliquescence. Les barons de la partie occidentale portent l'un des leurs, le comte de Paris Hugues Capet, sur le trône. Son autorité se limite toutefois aux alentours de Paris et Orléans et il doit composer avec de puissants vassaux comme les ducs de Normandie.

Depuis l'époque viking, la Normandie a gardé des liens dynastiques avec l'Angleterre : ainsi en 1066, le duc de Normandie Guillaume le Batard s'empare de l'Angleterre à l'occasion d'une lutte de succession. Les liens dynastiques entre l'Angleterre et la Normandie expliqueront le rôle à venir de l'Angleterre sur le continent, notamment pendant la guerre de cent ans.

Sous Louis VI le Gros, vers 1120, l'autorité royale commence à se renforcer sur ses vassaux, qui s'étendent de la Flandre à la Bourgogne. Mais en 1154, l'Angleterre acquiert de vastes territoires sur le continent, par le biais de mariages avec le comte d'Anjou d'une part, et avec la duchesse Aliénor d'Aquitaine d'autre part.

Le territoire hérité des Carolingiens est ainsi divisé en trois : au nord-est s'exerce l'autorité du roi de France, à l'ouest celle du roi d'Angleterre, et au sud-est celle du comte de Toulouse qui reste indépendant.

En 1214, le roi Philippe Auguste agrandit fortement le territoire français à la bataille de Bouvines. Sous Louis VIII, les victoires face aux Anglais se poursuivent, tandis qu'au sud la croisade des Albigeois permet d'acquérir le Languedoc. Le règne de Saint Louis marque la fin de l'ère des croisades : en 1271 à l'avènement de Philippe III, le comté de Toulouse passe sous domination française. Le Poitou est également conquis. Enfin, le domaine royal continue à s'étendre sous Philippe le Bel, notamment sur la Champagne.

La mort de Philippe le Bel marque un tournant : des luttes de succession amènent le roi d'Angleterre à revendiquer la couronne de France, ouvrant la guerre de cent ans. En 1346, les Anglais sont victorieux à la bataille de Crécy. Vers 1370, la Bourgogne adopte une politique indépendante et commence à se rapprocher des Anglais.

Le territoire royal continue toutefois de s'agrandir, jusqu'à la défaite d'Azincourt, en 1415, qui donne tout le nord de la France aux Anglais. Après l'entrevue avec Jeanne d'Arc en 1429, le roi Charles VII reprend peu à peu les territoires perdus.

Son successeur Louis XI poursuit la politique d'accroissement du territoire royal, et récupère notamment la Bourgogne en 1477. Toutefois, les territoires bourguignons en Flandre lui échappent : ils passeront plus tard sous l'autorité de l'Espagne, avant de former les Pays-Bas et la Belgique.

Sous François Ier, la majorité du territoire français tombe directement sous l'autorité royale, notamment la Bretagne qui avait toujours gardé une indépendance de fait : ainsi la France féodale laisse-t-elle progressivement place à la France monarchique.

En 1559, la mort prématurée de Henri II ouvre la voie aux guerres de religion en France, qui s'achèveront avec Henri IV. Celui-ci unifie définitivement la France sous l'autorité royale : en tant que roi de Navarre, il a en effet hérité des territoires de la maison d'Albret au sud qui demeuraient à l'écart du domaine royal.

Au XVIIe siècle, le territoire français poursuit son expansion au nord-est par le biais de nombreuses guerres, notamment sous Louis XIV. Au XVIIIe siècle, Louis XV intègre la Lorraine et la Corse à la France : en 1770, le pays a atteint à peu près ses frontières actuelles, à l'exception notable de la Savoie. Les conquêtes de la France révolutionnaire aux Pays-Bas, et de Napoléon sur le reste de l'Europe, seront plus éphémères.

On aura noté que l'ancien territoire des Carolingiens aura mis 600 ans pour retrouver son unité sous les Capétiens, depuis Hugues Capet jusqu'à Henri IV. Cette période aura marqué l'âge féodal de la France, caractérisé par une importante fragmentation du pouvoir.


Publié ou mis à jour le : 2019-05-01 07:04:45

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net