La « Belle Époque »

La France en effervescence

« Belle Époque », vraiment ? Cette expression s'est imposée en 1940 pour qualifier avec un soupçon de nostalgie les dernières années du XIXe siècle et les quinze premières du XXe siècle, avant la Première Guerre mondiale (note). L'époque mérite-t-elle son nom ? Sans doute si l'on considère l'effervescence artistique, intellectuelle et scientifique qui agitait le pays et, dans des proportions diverses, le reste de l'Europe.

Cette effervescence était le fait d'une bourgeoisie opulente, qui vivait de ses rentes, jouissait intensément des progrès et des créations culturelles de son temps et voyageait beaucoup - sans passeport -.  En dépit d'une économie qui avait repris sa croissance après une longue dépression (1873-1892), les autres Français supportaient encore des conditions de vie précaires, aggravées par l'incertitude du lendemain.

Une soirée au Pré-Catelan, Henri Gervex, 1909, Paris, musée Carnavalet. Agrandissement : Le Cercle de l'île de Puteaux, Henri Gervex, vers 1907, Paris, musée Carnavalet.

Relative pauvreté, misère morale

Le monde ouvrier est sorti de la misère et bénéficie de quelques lois sociales comme le repos dominical (1907) ou les retraites ouvrières (1910) mais il supporte encore des journées de travail éprouvantes dans la crainte du chômage. Dans beaucoup de campagnes, rien n'a vraiment changé depuis l'Ancien Régime. Dans les régions périphériques, la population use encore du patois ou de la langue traditionnelle (breton, languedocien, gascon, basque...).

Parisienne sur la place de la Concorde vers 1890, Jean Béraud, Paris, musée Carnavalet. Agrandissement : Armenonville, le soir du Grand-Prix, Henri Gervex, 1905, Musée Carnavalet.L'alcoolisme progresse comme jamais, favorisé par la loi du 17 juillet 1880 qui instaure la liberté de commerce des débits de boisson. On en vient à compter un million de « bouilleurs de cru » (paysans habilités à distiller l'alcool à partir de fruits). Cela va de pair avec une recrudescence de la violence.

Il n'empêche que les Français jouissent aussi d'une démocratie solide. Ils se flattent même d'avoir la seule République du continent européen (à part la Suisse). Les institutions républicaines, l'enseignement laïque et également les chemins de fer ont considérablement renforcé la cohésion nationale et le sentiment d'appartenance à une patrie commune.

Bien qu'affectés par une natalité très faible, les Français ne craignent pas, pour la gloire de la Nation, d'aller coloniser les dernières contrées « sans maître », en Afrique et en Asie. C'est une forme de revanche sur la cruelle défaite de 1870-1871, face aux Prussiens.

Par-dessus tout, ils cultivent avec quelque raison le sentiment d'être à la pointe de la civilisation. Le souvenir de Victor Hugo, un auteur universel sans équivalent dans son siècle, est encore vivant dans tous les esprits, de même que celui de Louis Pasteur, le savant le plus populaire de tous les temps. Enfin, le pays est loin d'avoir épuisé sa sève créatrice...

André Gide et ses amis au Café maure de l'exposition universelle de 1900, acques-Émile Blanche, 1901, musée des Beaux-Arts de Rouen.

Premiers nuages

Les premiers nuages surviennent au milieu de la décennie, en 1905 : accès de fièvre liés à la séparation des Églises et de l'État, catastrophe de la mine de Courrières et répression policière, rivalité franco-allemande au Maroc... Cette année 1905, année critique, année charnière, le régime tsariste est ébranlé par une manifestation révolutionnaire et une défaite humiliante face au Japon. Un jeune savant anonyme, Albert Einstein, publie par ailleurs sa théorie de la relativité.

En 1908 s'éteint l'« Art nouveau ». Ce courant artistique est le dernier qui ait eu une diffusion européenne ! Les artistes reviennent brutalement à la ligne droite. C'est le « cubisme » et les débuts de l'abstraction, illustrés par Georges Braque et Pablo Picasso.

À l'avant-veille de la catastrophe, le 14 novembre 1913, Marcel Proust publie le premier tome d'une oeuvre qu'il intitulera : À la recherche du temps perdu. Faut-il voir dans ce titre un clin d'oeil du Destin ?

Publié ou mis à jour le : 2022-01-19 10:22:51

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net