Charles Quint (1500 - 1558)

L'empereur qui voulait refonder l'Europe

Jakob Seisenegger, Portrait de Charles Quint avec un chien, 1532, musée d'Histoire de l'art de Vienne.Le futur empereur Charles Quint est né en février 1500 près de Gand avec le titre de duc de Brabant. Du fait de la mort prématurée de ses parents et de l'héritage de son grand-père l'empereur Maximilien Ier de Hasbsourg, il va, au gré des héritages et alliances matrimoniales, réunir sur sa tête des couronnes de toute l'Europe qui en feront le souverain le plus prestigieux à défaut d'être le plus puissant.

En naissant, il est déjà archiduc d'Autriche en qualité d'héritier de la famille des Habsbourg. Dans les années qui suivent, il recueille l'héritage flamand des ducs de Bourgogne (Belgique et Pays-Bas actuels) puis les couronnes des rois de Castille et d'Aragon, y compris leurs possessions d'outre-mer... Ainsi pourra-t-on dire que le soleil ne se couchait jamais sur ses possessions, celles-ci s'étendant sur toute la surface du globe.

Pour finir, il succède à son grand-père Maximilien Ier à la tête du Saint Empire en se faisant élire sous le nom de Charles V (Charles Quint en vieux français). Malgré tous ces atouts, ou à cause d'eux, l'empereur va aller tout au long de sa vie de déconvenue en déconvenue jusqu'à son abdication, à 55 ans.

L'empire de Charles Quint

Cliquez pour agrandir
Charles Quint réunit entre ses mains l'héritage immense de son grand-père Maximilien Ier. Il inclut d'une part les États héréditaires de la famille des Habsbourg, essentiellement en Autriche et dans le bassin du Danube, d'autre part des titres et des possessions plus ou moins précaires ou honorifiques...

Un bilan amer

Pour l'empereur, les complications commencent dès avant son élection par la Diète de Francfort à la tête du « Saint Empire romain de la nation germanique » le 28 juin 1519.

En concurrence avec le roi de France François Ier, il s'endette sans compter auprès des Fugger, une famille de banquiers, pour acheter les votes des grands Électeurs.

Ce faisant, il ne prête pas attention aux menées d'un moine du nom de Luther, qui remet en cause l'autorité du pape, la hiérarchie religieuse et le dogme catholique lui-même ! Quand le jeune empereur s'en préoccupera, il sera déjà trop tard et il devra jusqu'à la fin combattre les nobles allemands désireux de suivre la nouvelle foi luthérienne.

La rivalité avec le roi de France se ravive à propos du duché de Milan, dont l'un et l'autre revendiquent l'héritage. Elle va entraîner Charles Quint dans une autre série de guerres, principalement en Italie. Ces guerres ne donneront aucun résultat et l'on n'en retiendra que quelques manifestations odieuses comme la mise à sac de Rome, du 6 au 13 mai 1527, par les lansquenets allemands du connétable de Bourbon, aux ordres de l'empereur.

Pendant ce temps, le sultan Soliman le Magnifique bat les Hongrois à Mohacs en 1526, s'empare de la plus grande partie de la Hongrie et vient mettre le siège devant Vienne, capitale des Habsbourg...

Au bilan, voilà la Rome pontificale dévastée par des soudards et la chrétienté occidentale divisée entre catholiques et protestants et menacée jusqu'en son coeur par les Turcs musulmans ! Du côté hispanique, que dire ? Les tentatives d'implantation espagnole en Afrique du Nord aboutissent à l'enracinement des pirates barbaresques à Alger, sous l'autorité nominale des Turcs.

Outre-Atlantique, les conquistadors achèvent la conquête du Nouveau Monde, mais c'est au prix de la destruction des anciennes cultures indiennes et de la diffusion d'une économie prédatrice qui ruinera durablement le continent sud-américain...

Charles Quint (1500-1558), par Le Titien (1548)

Abdication résignée

À 55 ans, lassé de tout, malade et usé, Charles Quint est une nouvelle fois éprouvé par son échec face aux protestants d'Allemagne à Augsbourg.

Le 25 octobre 1555, dans la grande salle du château de Bruxelles, devant les députés des dix-sept provinces bourguignonnes, ainsi que les chevaliers de l'ordre de la Toison d'Or et les ambassadeurs et représentants d'une grande partie de l'Europe, le souverain le plus richement doté d'Europe se dessaisit des États bourguignons en faveur de son fils Philippe. C'est ainsi que le 16 janvier suivant, Philippe devient roi des Espagnes et des Deux Siciles sous le nom de Philippe II.

Le 12 septembre 1556, Charles Quint cède à son frère Ferdinand les États autrichiens et le titre d'empereur d'Allemagne, soit tous les domaines et titres hérités des Habsbourg. Il se plie en cela à la règle de partage en vigueur dans le Saint Empire romain germanique.

Ferdinand était déjà roi de Bohème et de Hongrie depuis la mort du souverain de ces États à la bataille de Mohacs.

Fin du rêve impérial

Le vieil empereur, déchargé de tous ses titres, se retire dans une résidence voisine du monastère de Yuste, en Estrémadure, où il mourra le 21 septembre 1558. Il emporte avec lui le rêve médiéval d'un empire chrétien universel. Désormais, en Europe, la paix dépendra de l'équilibre entre les États nationaux et non plus de l'autorité d'un empereur ou d'un pape.

Le rêve brisé de Charles Quint

Guillaume Frantzwa, Le rêve brisé de Charles Quint, 2022, éd. Perrin.Charles Quint aura vécu pour réaliser un grand rêve : instaurer l’unité chrétienne à travers un empire universel. Dans son ouvrage, Le rêve brisé de Charles Quint, 1525-1545 : un empire universel ? (2022, éd. Perrin), l’archiviste-paléographe Guillaume Frantzwa analyse ce dessein politique inédit en Europe depuis Charlemagne. Il raconte avec brio comment ce projet a commencé à prendre forme. Dans une première étape, Charles Quint va d’abord réussir à écarter la France en se faisant élire empereur du Saint Empire au détriment de François Ier puis en remportant la victoire de Pavie en 1525, qui lui permet de surcroît de capturer le monarque français… Si rien ne semble s’opposer à sa puissance durant la décennie suivante, cette phase va ensuite laisser la place à une forme de déliquescence à partir de 1540. Charles Quint doit alors résoudre la crise religieuse qui ravage l’Allemagne mais aussi repousser les assauts de l’empire ottoman, mater les colonies américaines rétives aux réformes de la métropole et contenir les velléités de retour au premier plan de la France. Très documenté, ce livre fournit nombre d’informations et d’analyses qui permettent de mieux comprendre la situation actuelle du continent européen.

Publié ou mis à jour le : 2023-05-07 18:40:47

Voir les 4 commentaires sur cet article

Doc7438 (12-08-2023 06:42:48)

François 1 le plus célèbre de nos rois entre Louis 9 et Louis 14??? Et Henri 4, alors!!! Pauvre Vert galant!.... (excusez les chiffres, : plus rapide!)

Rémy Volpi (07-08-2023 15:18:14)

On présente Charles Quint comme un homme qui aurait échoué dans son ambition démesurée. Je prétends que cette présentation, au demeurant des plus classiques, est biaisée. Tout d'abord, il fau... Lire la suite

Osmane (12-05-2023 12:17:47)

Remarquable article très complet fouillé et objectif

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net