Les derniers sursauts de l'Antiquité (VIe-VIIe siècles)

L’effondrement de l’empire byzantin (565-641)

À la mort de Justinien en 565, l’empire byzantin est à son apogée territorial et peut se sentir encore complètement romain.

Mais dès le règne de son successeur Justin II, il manifeste toute sa fragilité : au nord les Avars, peuple venu des steppes comme les Huns, s’allient aux Lombards, peuple germanique installé dans l’actuelle Autriche.

Les Lombards s’avancent en Italie où ils constituent un royaume qui englobe une bonne partie de la péninsule. Les Wisigoths récupèrent une partie de l’Andalousie et s’emparent du royaume suève en 585, redevenant ainsi une grande puissance couvrant presque toute l’Hispanie. Enfin, la guerre contre les Perses reprend et tourne à l’avantage des Perses.

Vincent Boqueho

Cliquez et découvrez la carte animée :

De la défense de l'héritage romain à la défense de la chrétienté

L’empereur Maurice tente de contenir le déclin en assainissant les finances et en menant des guerres incessantes. A l’est, il met fin au royaume des Arabes Ghassanides accusés de connivence avec l’ennemi, reprend l’ascendant sur les Perses et s’avance jusqu’en Arménie.

En Italie, il contient la progression des Lombards avec l’aide des alliés Francs. Mais au nord, les Slaves mènent des raids dévastateurs et s’avancent jusqu’au Péloponnèse.

La politique de rigueur imposée par Maurice mécontente la population et il est exécuté en 602 par le centurion Phocas qui s’empare du trône.

Cela crée des rébellions internes dont se servent leurs ennemis : tandis que les Slaves ravagent la Thrace, les Perses attaquent à l’est et ravagent l’Asie Mineure jusqu’aux portes de Constantinople. En parallèle, la peste frappe de nouveau et des famines éclatent, provoquant des émeutes généralisées. L’officier Héraclius exécute Phocas et monte sur le trône en 610.

Les premières années de son règne sont désastreuses : les Perses enchaînent les victoires et s’emparent de la Syrie, de la Palestine et de l’Egypte, privant Constantinople de son principal grenier à blé. Ils ravagent également l’Asie Mineure.

Dans le même temps, les Byzantins sont contraints d’abandonner les Balkans aux Slaves. Enfin les Wisigoths en profitent pour chasser définitivement les Byzantins d’Espagne. L’empire connaît alors une chute démographique couplé à un délabrement des infrastructures.

Pourtant, Héraclius parvient à renverser la situation à partir de 624 au prix d’économies drastiques : il s’allie aux Göktürks qui ont formé un vaste empire en Asie Centrale, puis progresse jusqu’à Ninive où il remporte une victoire décisive contre les Perses. L’empereur perse est renversé par ses propres hommes : en 629, les Perses doivent abandonner leurs conquêtes et céder l’Arménie.

Le triomphe d’Héraclius est pourtant de courte durée : l’islam vient de naître en Arabie et les Arabes ont formé un vaste califat couvrant toute la péninsule. Ils s’attaquent à l’empire et s’emparent de la Palestine et de la Syrie en 636. Un an plus tard, ils s’emparent de la capitale perse Ctésiphon, provoquant la chute rapide de cet empire vieux de 400 ans.

Héraclius meurt en 641 alors que les califes sont en pleine conquête de l’Egypte.Le règne d’Héraclius marque symboliquement la fin de l’Antiquité : Byzance s’arc-boute dorénavant sur la défense de la religion chrétienne, ce qui tend à figer l’évolution de la pensée et de l’art. L’empire s’éloigne ainsi de son héritage romain au profit d’une culture purement byzantine. L’intolérance religieuse facilite la perte de l’Egypte : la population, qui prêche un christianisme jugé déviant, subit d’incessantes répressions de Constantinople et préfère la domination des Arabes musulmans, alors plus tolérants.

Une nouvelle ère s’ouvre dans l’Ancien Monde, marquée par la lutte entre l’islam et la chrétienté.

Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 11:50:53

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net