Guillaume le Taciturne (1533 - 1584) - Le libérateur des Pays-Bas - Herodote.net

Guillaume le Taciturne (1533 - 1584)

Le libérateur des Pays-Bas

Né à Dillenburg, non loin de Nassau (Allemagne), Guillaume Ier, prince d'Orange, est nommé par le roi d'Espagne stathouder (gouverneur) de Hollande. S'étant converti au calvinisme, il se met à la tête des protestants hollandais soulevés contre le roi d'Espagne.

C'est à lui, Allemand et catholique d'origine, homme d'honneur, justement surnommé le Taciturne, que les Pays-Bas doivent leur indépendance.

Marie Desclaux
Oppression espagnole

Guillaume Ier d'Orange, dit Le Taciturne (par AT Key, vers 1579, RijksMuseum, Amsterdam)Fils de Guillaume de Nassau et héritier de la principauté d'Orange, au sud de la France, le prince Guillaume d'Orange est élevé dans la foi catholique à la cour de Charles Quint. En 1559, Philippe II, qui a succédé à son père sur le trône d'Espagne, le nomme stathouder des provinces de Hollande, Zélande et Utrecht.

Les Dix-Sept Provinces sont alors sous le gouvernement de Marguerite de Parme et de la « Consulta », aux ordres du cardinal de Granvelle. Elles connaissent de violentes persécutions contre les protestants.

Mais les « gueux » (surnom que se donnent les gentilshommes de toutes confessions qui dénoncent ces persécutions) manifestent contre le gouvernement jusqu'à obtenir la mise en congé de Granvelle, en mars 1564.

Le 31 décembre 1564, devant le Conseil d'État (gouvernement), Guillaume d'Orange exprime en français sa conviction intime, proprement révolutionnaire : « Je ne peux pas admettre que les souverains veuillent régner sur la conscience de leurs sujets et qu'ils leur enlèvent la liberté de croyance et de religion. »

Arrive en 1566 un nouveau gouverneur, le duc d'Albe. La répression s'intensifie. Le 5 juin 1568, les comtes d'Egmont et de Hornes sont jugés par le Conseil des Troubles et décapités à Bruxelles.

Guillaume d'Orange, identifié comme l'un des chefs des « gueux », doit s'enfuir en Allemagne. Il se convertit au calvinisme et revient aux Pays-Bas avec 20 000 hommes en mars 1572. Nommé gouverneur des Pays-Bas par les insurgés, il n'arrive à s'imposer que sur le littoral de la Frise, de la Zélande et de la Hollande.

Récolte calviniste

Par la « Pacification de Gand », à l'automne 1576, Guillaume convainc le Nord et le Sud de s'unir contre les Espagnols.

Comme il bénéficie d'un puissant soutien populaire, le nouveau gouverneur espagnol, don Juan d'Autriche, feint de retirer les troupes étrangères. Mais c'est pour aussitôt s'emparer de Namur et attiser les dissensions entre les provinces septentrionales et les provinces méridionales.

Alexandre Farnèse, fils de Marguerite de Parme, lui succède et, par sa victoire de Gembloux, en 1578, confirme la mainmise de l'Espagne sur les provinces méridionales (l'actuelle Belgique).

La scission devient effective dès janvier 1579 par l'Union d'Arras et l'Union d'Utrecht. Toutefois, Guillaume d'Orange ne se résigne pas à celle-ci. C'est alors que, fait rarissime dans l'histoire des relations internationales, Philippe II décide de le faire assassiner et offre une récompense énorme à qui exécutera son vœu.

La menace accroît la popularité de Guillaume parmi les siens. Le Stathouder publie une « Apologie » en 1580 en forme de réquisitoire contre Philippe II, qui se termine par cet engagement : « Je maintiendrai ». Ces mots deviendront la devise de la maison d'Orange-Nassau et des Pays-Bas (de la même façon que la couleur orange de sa principauté provençale deviendra la couleur fétiche des Pays-Bas... et de son équipe de foot).

En mai 1581, les états généraux des Provinces-Unies du nord proclament la déchéance du roi d'Espagne ! En guise de riposte, le 15 mai 1582, le valet d'un banquier d'Anvers tire au pistolet sur Guillaume d'Orange. L'attentat échoue et l'assassin est aussitôt mis en pièces par la foule.

Le 10 juillet 1584, c'est au tour d'un menuisier de Dôle, Balthazar Gerard, de tenter sa chance. Ce catholique fanatique réussit à s'introduire dans l'entourage de Guillaume d'Orange et tue ce dernier d'un coup de pistolet dans sa résidence du Prinsenhof, à Delft. « Dieu, ayez pitié de moi et de mon pauvre peuple », murmure la victime en expirant. L'assassin est exécuté mais sa famille grassement indemnisée par le roi d'Espagne.

Assassinat de Guillaume Ier d'Orange, dit Le Taciturne (gravure d'époque)

Maurice d'Orange-Nassau, 17 ans, succède à son père comme stathouder général des Provinces-Unies. En 1609 enfin, le gouverneur espagnol des Pays-Bas conclut la trêve de Douze Ans et reconnaît l'indépendance des Provinces-Unies du nord.

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès