Claude (10 av. J.-C. - 54) - Un bègue empereur malgré lui - Herodote.net

Claude (10 av. J.-C. - 54)

Un bègue empereur malgré lui

Le 24 janvier de l'an 41 de notre ère, des prétoriens normalement chargés de protéger l'empereur assassinent celui-ci dans un sombre couloir. Il est vrai que leur victime n'a rien d'un perdreau de l'année. En cinq ans de règne, Caligula (28 ans) s'est signalé par des excentricités innombrables. 

Maîtres de l'empire, les prétoriens s'en trouvent bien embarrassés. Ils courent en tous sens dans le palais impérial cependant que, réunis en urgence, les sénateurs se disposent à abolir le principat augustéen (l'empire) et rétablir la République.

Voilà que, soulevant une tenture, un soldat découvre l'oncle de l'empereur défunt, Claude (50 ans). Tremblant de subir le même sort que le restant de sa famille, celui-ci s'apprête à se jeter aux pieds du prétorien mais quelle n'est pas sa surprise quand les prétoriens le conduisent respectueusement à leur camp. Là, les soldats acclament Claude et le hissent à la tête de l'empire, sans doute convaincus par les généreux cadeaux dont il s'est empressé de les doter...

Jusque-là, il avait été d'usage qu'à la mort de l'empereur, le successeur pressenti se présente devant le Sénat, que celui-ci lui propose l'empire et qu'il le refuse avec une feinte humilité une fois ou deux avant de se résigner à son destin ! Une fois investi par le Sénat, il appartenait d'aller quérir le soutien de l'armée, autrement dit de la garde prétorienne. Cette fois donc, l'ordre des choses est inversé. C'est la garde prétorienne qui désigne l'empereur et le Sénat qui valide ce choix faute de pouvoir faire autrement. 

Honnête gestionnaire

Claude (Tiberius Claudius Nero ; Lyon, 1er août -10 ; Rome, 13 octobre 54), musée nationale de Naples Frère cadet de Germanicus, le père de Caligula, Claude est, par son père Drusus, le petit-fils de Livie, femme d'Auguste. Par sa mère Antonia, il est aussi le petit-fils d'Octavie, soeur d'Auguste, et de Marc Antoine. Il est donc à la fois de la lignée d'Auguste et de celle de son rival, Marc Antoine !

Né à Lyon, capitale des Gaules, il resta toujours attaché à sa ville natale. C'est ainsi qu'en 48, par un fameux édit dont on conserve deux fragments au musée gallo-romain de Lyon, les Tables claudiennes, il permit aux notables gaulois d'entrer au Sénat de Rome !...

Claude est intelligent et cultivé, passionné par les études historiques sur les Étrusques et les Carthaginois. Mais il est physiquement disgrâcié et souffre d'un grave bégaiement qui l'a tenu longtemps à l'écart des responsabilités et peut-être lui a évité d'être éliminé lors des purges de Caligula.

Une fois au pouvoir, il se montre toutefois bon gestionnaire, soucieux avant tout de renouer avec les traditions romaines.

À la différence de ses prédécesseurs Caligula et Tibère, il se montre bienveillant avec le Sénat. Il restaure les anciens cultes et notamment les mystères d'Éleusis pour remplacer ceux d'Isis, célèbre les jeux séculaires, combat les superstitions étrangères et chasse de Rome les astrologues orientaux, les druides et les juifs.

Il renforce aussi la cohésion de l'empire en étendant le droit de cité aux notables provinciaux et notamment, on l'a vu, aux Gaulois. Il repousse enfin les frontières en complétant la conquête de la Bretagne (en fait la Grande-Bretagne actuelle). Il annexe aussi la Mauritanie, la Lycie et la Pamphilie (en Asie Mineure), la Judée et la Thrace.

Publié ou mis à jour le : 2019-10-14 17:36:40

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net