Circoncision - Un rituel millénaire sur la sellette - Herodote.net

Circoncision

Un rituel millénaire sur la sellette

La circoncision va-t-elle être interdite sur le Vieux Continent  ?

La question n'est pas aussi incongrue qu'il y paraît. Après que des magistrats allemands eurent tenté d'interdire ce rituel aux juifs et aux musulmans au motif qu'il était barbare, le Conseil de l'Europe a voté le 1er octobre 2013 une résolution invitant les États membres à protéger «l'intégrité physique» des enfants.

Si la lutte contre l'excision (mutilation des fillettes) ne pose pas débat, ce n'est pas le cas de la question de la circoncision : croyances religieuses, coutumes ancestrales et arguments médicaux se mêlent pour appeler à la défense de cette pratique millénaire.

Voici quelques rappels historiques qui aideront à mieux comprendre la persistance de cette opération qui changea peut-être même le destin de la France.

Fra Angelico, La Circoncision, 1451, musée de San Marco, Florence

Qui en a eu cette idée ?

«Couper autour» : comme son étymologie l'indique, la circoncision consiste à retirer une partie du prépuce. Où cette pratique est-elle née ?

Bas-relief illustrant le rituel de la circoncision, tombeau d'Ankhmahor, Saqqarah, ÉgypteMême l'historien Hérodote, en son temps (Ve siècle av. J.-C.), s'y perdait : «Les Colchidiens [Georgie], les Égyptiens et les Éthiopiens sont les seuls peuples qui aient de tout temps pratiqué la circoncision. Les Phéniciens et les Syriens de Palestine reconnaissent qu'ils tiennent cet usage des Égyptiens ; les Syriens établis dans la vallée du Thermodon [Cappadoce] déclarent l'avoir depuis peu emprunté aux Colchidiens. Des Égyptiens et des Éthiopiens, je ne saurais dire quel est le peuple qui a pris cette coutume à l'autre, car elle est, de toute évidence, des plus anciennes» (Histoire, II).

Tout cela est bien vague, mais nous donne une piste : les Assyriens ignorant cette coutume, c'est bien du côté de l'Égypte qu'il faut en chercher l'origine. N'était-elle pas d'ailleurs une étape indispensable à l'entrée dans la carrière de prêtre... ou de pharaon ? D'ailleurs, comme le rappelle Voltaire, «Pythagore, voyageant chez les Égyptiens, fut obligé de se faire circoncire pour être admis à leurs mystères ; il fallait donc absolument être circoncis pour être au nombre des prêtres d'Égypte» (Dictionnaire philosophique portatif). Signe de reconnaissance d'une certaine caste sociale en relation avec les divinités, la circoncision a donc semble-t-il dès sa création une dimension religieuse.

Un symbole de fertilité et d'appartenance

La circoncision ne se limite pas au Proche-Orient puisqu'elle était également présente dès le IVe millénaire dans d'autres régions africaines (par exemple en Éthiopie chez les Coloboï : les «Raccourcis») mais aussi en Amérique et en Australie. En intervenant sur la partie du corps qui symbolise la fertilité, ces peuples recherchaient la générosité des dieux ; ils leur offraient en échange un peu du sang du jeune garçon dont on fête dans le même temps l'intégration dans le clan.

Marc Chagall, La Circoncision prescrite par Dieu à Abraham, 1931, musée national Marc Chagall, NiceC'est cette dernière dimension qui prime dans le rituel juif où la «milah» (coupure) est un précepte biblique : «Et voici mon alliance qui sera observée entre moi et vous, et ta postérité après toi : que tous vos mâles soient circoncis. Vous ferez circoncire la chair de votre prépuce, et ce sera le signe de l’alliance entre moi et vous. Quand ils auront huit jours, tous vos mâles seront circoncis, de génération en génération» (Genèse, XVII).

C'est donc Abraham qui, le premier, se circoncit lui-même pour marquer son entrée dans l'Alliance avec Dieu... à l'âge de 99 ans !

Mais parce qu'il marque définitivement la chair, ce rite devint vite un signe distinctif du peuple juif, notamment pour les Romains qui préférèrent ainsi ne pas l'interdire.

Ce fut aussi le cas à l'époque nazie comme le rappelle le film de Louis Malle, Au Revoir les enfants (1987), au point que certains parents décidèrent alors de ne pas suivre la coutume pour tenter d'éviter la déportation à leurs enfants.

Faut-il suivre l'exemple d'Abraham ?

Né juif, le Christ fut circoncis au huitième jour, comme l'indique saint Luc : «Et lorsque furent accomplis les huit jours pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom indiqué par l’ange avant sa conception» (Évangile selon Luc, II, 21).

Cette cérémonie devint une date importante dans le calendrier chrétien puisqu'elle correspond aujourd'hui à notre 1er janvier et fut choisie comme fête principale par la Compagnie de Jésus. Ne marque-t-elle pas la première fois où le Christ fit couler son sang, comme une répétition de la Passion ?

Pourtant l'apôtre Paul décida d'interdire cette pratique puisque «La circoncision n'est rien et l'incirconcision n'est rien : le tout, c'est d'observer les commandements de Dieu» (Corinthiens, VII, 18-19). Ainsi, il établissait surtout une rupture avec le judaïsme et avec Abraham.

Au contraire, les musulmans choisirent de rendre hommage au patriarche en reproduisant son geste. Absente du Coran, l'allusion à la circoncision se trouve dans plusieurs hadiths (recueil des paroles de Mahomet) et relève avant tout de la tradition (sunna). Se déclarant descendants d'Ismaël, lui-même circoncis, les premiers musulmans arabes adoptèrent donc la coutume qui aurait permis à Adam de redevenir pur après avoir été chassé du Paradis.

Giulio Pippi, dit Giulo Romano, La Circoncision, 1522, musée du Louvre, Paris

Quand la médecine s'en mêle

Circoncision d'un jeune garçon, enluminure orientale, XVIIe s., Biblioteca Comunale dell Archiginnasia, BologneEt si, à l'origine, il s'agissait tout simplement d'une question d'hygiène ?

Née dans des régions chaudes où l'eau est rare, la circoncision aurait permis de limiter certaines affections, y compris sexuelles.

Elle fut d'ailleurs de nouveau recommandée en France à la fin du XIXe siècle avant de triompher aux États-Unis à partir de cette époque, en prévention à la masturbation.

Grâce au développement de l'anesthésie, l'opération s'est banalisée, au point que dans les années 1940 l'autorisation des parents n'était même plus demandée ! C'est ainsi qu'on est arrivé à ce que près de 90% de la population masculine américaine soit circoncise, et près de 30% des hommes dans le monde.

L'influence hygiéniste anglo-saxonne, le développement du monde musulman et les rumeurs concernant un effet protecteur contre le sida pourraient, dans les années à venir, élargir encore le clan des partisans de la circoncision. Nous saurons d'ici là si la coutume instaurée dans la famille royale d'Angleterre au XVIIIe s., en hommage au roi David, sera appliquée au Royal Baby George, héritier du trône...

Sources bibliographiques

Patrick Banon, «La Circoncision, signe d'alliance avec le divin», Historia n°770, février 2010.
Pierre Carrat, «Circoncision : clefs pour un rite», L'Histoire n°56, mai 1983.
Gérard Tilles, «Histoire et géographie des circoncisions rituelles», Progrès en urologie, 1999.

L'auteur : Isabelle Grégor

Isabelle Grégor

Isabelle Grégor a obtenu un doctorat de Lettres modernes avec une thèse consacrée au récit de voyage de Bougainville. Cette thèse a donné lieu à des publications, par exemple dans la Revue d'Histoire maritime, et à des conférences dans des colloques scientifiques.

Notre collaboratrice a également passé avec succès le concours de CAPES en 2008 et enseigne les lettres dans un lycée de Poitou-Charentes.

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net