La légende du roi Arthur

Chevaliers, Table ronde et saint Graal

On dit qu'un abbé du XIIIe siècle réussit un jour à réveiller ses moines endormis pendant son prêche avec ces quelques mots : « Il y eut jadis un roi nommé Arthur... ».

Il serait étonné de savoir que, huit siècles plus tard, le nom d'Arthur continue à tenir éveillés les lecteurs de tous âges. Depuis le Moyen Âge, la légende de ce roi ne cesse en effet d'intriguer et émerveiller l'Occident. Partons à notre tour sur les pas de Lancelot et de ses amis pour faire la part de la fiction et de la réalité, et surtout pour rêver.

Isabelle Grégor

À l'usage des collégiens et de leurs enseignants, voici un petit questionnaire amusant autour de la légende du roi Arthur et des Chevaliers de la Table ronde

Prologue du Conte du Graal

Version originale :

Donc avra bien sauve sa peinne
Crestiens, qui antant et peinne
a rimoier le meillor conte,
par le comandement le conte,
qui soit contez an cort real.
Ce est li contes del graal,
don li cuens li baille le livre,
s'orroiz comant il s'an delivre.

Adaptation en français moderne :

Chrétien n'aura donc pas perdu sa peine,
lui qui, sur l'ordre du comte,
s'applique et s'évertue
à rimer le meilleur conte
jamais conté en cour royale :
c'est le Conte du Graal
dont le comte lui a remis le livre.
Écoutez donc comment il s'en acquitte.
Et les Plantagenêts inventèrent Arthur

Tout commence vers 1135 à la cour de Geoffroy Plantagenêt, celui qui se plaisait à « planter » un « genêt » à son chapeau.

Il aimait écouter l'histoire inventée par Geoffroy de Monmouth, cette Historia regum Britanniae qui lui rappelait le destin troublé de la Grande-Bretagne, c'est-à-dire de la terre du descendant d'Énée, Brutus.

Parmi les héros qui se succèdent au fil des pages se distinguent le roi Lear et un certain Arthur. Geoffroy y voit un mythe destiné à concurrencer celui de Roland et du grand Charlemagne, fierté de ses rivaux capétiens.

Son fils, le rusé Henri II, ne s'y trompe pas.

Héritier de la couronne anglaise, il encourage le poète normand Wace à vite rédiger le Roman de Brut en ancien français pour asseoir sa légitimité sur la Grande-Bretagne. La Chanson de Roland n'a qu'à bien se tenir !

Un «best-seller» au Moyen Âge !

Le thème chevaleresque inventé par le poète normand Wace est repris avec brio par Chrétien de Troyes, un écrivain champenois de la fin du XIIe siècle sur lequel on ne sait à peu près rien. Il reste malgré cela le père incontesté du «roman» arthurien.

En cinq ouvrages et en remplissant les blancs laissés par son confrère normand, Chrétien de Troyes construit tout un univers.

Ainsi développe-t-il les aventures des différents chevaliers sans manquer d'y ajouter une dimension religieuse.

Rédigés entièrement en vers et en langue d'oïl, son Lancelot ou le Chevalier à la charrette et surtout son Perceval ou le Conte du Graal ouvrent la voie à une multitude de continuateurs, trouvères, troubadours et poètes plus ou moins inspirés.

Le XIIIe siècle est un tournant : on délaisse le vers au bénéfice de la prose, censée permettre d'approcher plus près de la vérité. C'est la naissance de l'imposant cycle de Lancelot-Graal ou encore de Tristant et Iseut.

Un héros, un enchanteur et un zeste de magie

Comme Arthur est un héros, il a droit bien sûr à une origine hors du commun : il est le fils du roi Uter Pendragon qui a pris l'apparence du duc de Cornouailles pour séduire la femme de ce vassal.

Cela lui a été possible avec un breuvage permettant cette mutation, qui lui a été fourni par son conseiller, un enchanteur et prophète répondant au nom de Merlin.

Merlin est lui-même le fils d'un démon incube (qui abuse des femmes pendant leur sommeil). Il devient un des piliers de la légende à laquelle il apporte magie et mystère. À ses côtés, les fées Morgane, Mélusine et Viviane, la Dame du Lac, sont autant de signes de l'omniprésence de «L'Autre Monde».

À la mort du roi Uter Pendragon, la Grande-Bretagne n'a plus de souverain. Comment trouver un seigneur digne de la couronne ? Le signe attendu va venir du ciel : à la sortie de la messe, tous les Grands du royaume découvrent, sur le parvis de la cathédrale, une épée enfoncée dans une enclume. Chacun se précipite pour tenter sa chance, mais seul le jeune Arthur parvient sans peine à retirer l'épée.

Les barons regardent d'abord d'un œil peu affectueux cet inconnu qui vient de devenir «le roi de cette terre, choisi par Jésus».

Mais alors que l'envahisseur saxon menace, le jeune homme démontre toute sa sagesse et son courage. Il réussit à s'imposer et à coaliser la région autour de sa personne pour enfin apporter la paix.

Parmi ses vassaux, Arthur distingue le roi de Carmélide, non pour ses qualités guerrières mais pour la beauté de sa fille, Guenièvre. Questionné sur le bien-fondé d'une alliance, Merlin prévient le jeune amoureux : il sera trahi par son épouse avec le meilleur chevalier de la cour. Qu'importe ! Arthur s'unit à Guenièvre qui a la bonne idée d'apporter en dot une belle table ronde...

Mais assez vite les prédictions de Merlin se vérifient : enlevée par le fier Méléagant, Guenièvre ne doit son salut qu'à un chevalier inconnu qui va accepter toutes les humiliations pour sauver sa reine.

Bien sûr, il ne tarde pas à tomber amoureux de la belle, l'entraînant dans une relation interdite qui la mène jusqu'au bûcher. Elle y échappe in extremis grâce à son chevalier servant, le fameux Lancelot...

La fin'amor ou la courtoisie dans l'amour

Être chevalier n'empêche pas de goûter aux joies de la vie, mais il faut respecter là aussi certaines règles, en particulier à l'égard des dames. Celles-ci sont placées en position de force face à leurs prétendants dont elles n'hésitent pas à tester la dévotion en les lançant dans des épreuves cruelles, voire humiliantes.

C'est ainsi que le pauvre Lancelot doit traverser toute une ville assis dans la charrette des criminels sous les huées des habitants, pour pouvoir apercevoir sa bien-aimée Guenièvre.

Cet amour peut donner lieu à des relations physiques, bien souvent à l'origine de relations adultères d'autant plus attirantes que la dame apparaît inaccessible. Est restée célèbre, par exemple, l'histoire qui unit le roi Marc, son neveu Tristan et Iseut-la-Blonde, femme de l'un et amante de l'autre.

Lancelot, Gauvain, Galaad et compagnie

Douze chevaliers assis autour d'une table ronde : cette image d'Épinal montre toute l'importance de la symbolique de cette table. Elle est la représentation de l'harmonie du cosmos, de l'égalité mais aussi de l'appartenance à une élite : la chevalerie.

Autour d'Arthur, chef de guerre et garant de la cohésion, se regroupent les meilleurs combattants du pays. Lancelot du Lac, qui figure le chevalier parfait, son fils Galaad, Perceval le Gallois ou encore Mordred, le traître.

Tous se lancent dans des aventures extraordinaires qu'ils doivent surmonter seuls sans hésitation ni marque de faiblesse.

Et voici Lancelot qui rampe sur une épée transformée en pont, Yvain qui apprivoise un lion en pleine Bretagne, Érec qui affronte des géants... Mais à la table ronde, une place reste vide : il s'agit du Siège périlleux que seul celui qui trouvera le Graal aura le droit d'occuper. Le défi est de taille...

L'histoire des chevaliers du roi Arthur n'est pas seulement une suite de combats pleins de sang et de fureur. À partir du XIIIe siècle, la religion y devient en effet très présente, notamment à travers le but de toutes ces aventures : le Graal.

Délaissant les chasses aux monstres fabuleux et les errances dans les forêts, Chrétien de Troyes fait tout d'un coup apparaître dans son récit un étrange cortège de jeunes gens portant une lance qui saigne, un plat à trancher et un graal. Mort avant d'avoir donné la clef du mystère, Chrétien a laissé la voie libre à ses successeurs qui s'empressent d'assimiler ce graal à la coupe qui aurait recueilli la sang du Christ sur la croix.

Symbole de l'inaccessible, il ne doit être retrouvé que par un chevalier à la moralité parfaite : ce sera Galaad, fils de Lancelot. Au fil des textes, le monde chevaleresque acquiert ainsi une dimension spirituelle de plus en plus importante. Finis les tournois pour la gloire et la beauté du geste.

Des aventuriers pleins d'idéaux

Arthur et ses compagnons sont devenus les symboles de la chevalerie, faite de rites initiatiques et de codes d'honneur. À la base de la société féodale, elle s'appuie sur un ensemble de principes destinés à faire de simples guerriers, nobles ou non, des soldats fidèles en toutes circonstances à leur seigneur.

Le processus d'allégeance débute par la cérémonie d'adoubement qui marque l'entrée des écuyers dans la chevalerie. Ils doivent par la suite prouver leur valeur guerrière lors des combats ou, en temps de paix, des chasses et tournois.

Ils restent également toute leur vie au service des malheureux et de l'Église. Fidèles à leur engagement, ils se lancent à partir du XIIe siècle dans une autre quête, la croisade.

«La Mort le roi Artus»

Un roi hors du commun ne pouvait avoir qu'une mort remarquable.

Trahi par son neveu Mordred, qui s'est allié aux Saxons, Arthur engage une ultime bataille en vue de reconquérir son royaume. C'est un carnage : tous ses compagnons perdent la vie face aux armées du traître tandis que les deux chefs de guerre finissent par s'entretuer.

Blessé à mort, Arthur demande à un de ses derniers fidèles de jeter son épée Excalibur dans le lac voisin. Une main sort alors de l'eau pour s'en emparer et la brandir à trois reprises avant de replonger dans les flots : c'est la fin du monde arthurien.

Le vieux roi monte dans la nef qui s'avance pour rejoindre sa sœur Morgane, avant de disparaître vers l'horizon. Mais est-ce pour y mourir ?

Pour certains, les aventures d'Arthur ne s'arrêtent nullement là : il se serait fait transporter dans son château d'Avalon pour y être soigné.

C'est le début de «l'espoir breton», l'espoir de voir un jour revenir le héros pour poursuivre sa lutte contre les Saxons.

Pour d'autres, aucun doute possible : Arthur repose dans l'abbaye de Glastonbury, au sud de l'Angleterre. Les moines n'y ont-ils pas découvert, en 1191, les restes d'un homme de grande taille et d'une femme aux cheveux blonds, reposant sous une croix où étaient gravés ces mots : «Ici gît l'illustre roi Arthur...» ?

Malheureusement les ossements ont depuis longtemps disparu, laissant place à un simple carré d'herbe.

Petite géographie arthurienne

Les siècles ont passé, mais certains lieux résonnent encore du fracas des armes des chevaliers d'Arthur. Tout amateur nostalgique des légendes celtiques se doit de commencer son pèlerinage par Tintagel, en Cornouailles, où serait né le souverain. On dit d'ailleurs que s'y dressait un «château-fée» qui s'amusait à apparaître et disparaître au gré des solstices. Puis un détour par Camelot, capitale du royaume arthurien, s'impose. Mais où se situe-t-elle ?

Laissons la question en suspens pour nous rendre à Camboglanna, à l'extrémité ouest du mur d'Hadrien, qui serait le lieu de la bataille ultime de Camlann. Du côté français, il faut se perdre dans la forêt de Brocéliande qui abrite la maison de Viviane et le tombeau de Merlin. Les fées vous y attendent toujours !

La légende continue

Arthur est peut-être mort du côté d'Avalon, mais sa légende est toujours bien vivante. Les romantiques ont en effet redécouvert avec Walter Scott cet univers qui correspondait si bien à leur besoin de mystère et d'idéalisme. Plus prosaïque, la reine Victoria fit de l'épopée une fierté nationale sur laquelle elle comptait asseoir son pouvoir.

L'Âge d'Or celtique devint un thème à la mode, en particulier dans le cercle des peintres préraphaélites, Edward Burne-Jones en tête. La musique n'est pas en reste avec en 1865 l'opéra wagnérien Tristan et Iseut, dont les mésaventures recouvrent les murs de la chambre de Louis II de Bavière, au château de Neuschwanstein.

En France, si certains grands écrivains comme Julien Gracq et Jean Cocteau ont directement puisé leur inspiration chez Arthur, on citera surtout au cinéma Perceval le Gallois d'Éric Rohmer, film sorti peu après le parodique Sacré Graal ! des Monthy Python et l'esthétique Excalibur de John Boorman.

En 1963 les écrans avaient déjà été séduits par la gaieté du Merlin l'enchanteur des studios Disney. Notons enfin l'influence des récits de la Table ronde sur le genre de l'heroic fantasy qui a rendu Pendragon ou la Dame du lac familiers aux plus jeunes.

Mais ce conte est un roman !

Arrêtons-nous sur Chrétien de Troyes et son Conte du Graal, qui est un des textes fondateurs de notre littérature.

Ce Conte s'inscrit dans la tradition des chansons de geste : il s'agit de longs poèmes chantés célébrant la «geste» d'un héros (le mot vient du latin gesta qui désigne un exploit).

Lui-même compte pas moins de 9 000 octosyllabes (vers de huit syllabes) dans la version inachevée qui nous est parvenue !

Destiné à être chanté devant le public aristocratique de la cour de Marie de Champagne, fille d'Aliénor d'Aquitaine, il a été écrit non en latin, la langue savante de l'époque, mais en langue romane, la langue de tous les jours, qui a donné le nom à nos «romans» et d'où dérive l'actuelle langue française. 

Voici donc la grande nouveauté : Chrétien de Troyes est le premier à avoir écrit en langue vulgaire des œuvres qui invitaient aussi à la lecture silencieuse. Le Conte du Graal n'est pas un conte, au sens moderne du mot, mais une histoire «contée», et un des premiers romans français !

Bibliographie

Le Roi Arthur, une légende en devenir (Somogy, «Les Champs libres», 2008,
Moyen Âge, 1050-1486 (Emmanuèle Baumgartner, Bordas, «Histoire de la littérature française», 1988),
Arthur et la Table Ronde. La force d'une légende (Anne Berthelot, Gallimard, «Découvertes», 1996),
Mythes et réalités, histoire du roi Arthur (Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, Ouest-France, collection «Histoire», 2009),
Le Grand livre du roi Arthur (Claudine Glot, Ouest-France, 2003),
La Société médiévale. Codes, rituels et symboles (François Icher, La Martinière, 2000).

Extrait : l'apparition du graal

Perceval a accepté l'hospitalité du roi Pêcheur...

Tandis qu'ils parlaient de choses et d'autres, un jeune homme sort d'une chambre, porteur d'une lance à l'éclatante blancheur qu'il tenait par le milieu de la hampe ; il passe entre le feu et ceux qui se tenaient assis sur le lit. Tous ceux qui étaient là pouvaient voir la blancheur éclatante de la lance et de son fer. Une goutte de sang perlait à la pointe de la lance, et jusqu'à la main du jeune homme coulait cette goutte vermeille. Notre jeune homme, arrivé le soir même, vit cet étonnant spectacle mais il se retint de demander comment cela pouvait se produire, car il se souvenait de la recommandation reçue de celui qui l'avait armé chevalier : il lui avait enjoint de se garder de tout excès de parole. Aussi craint-il, s'il pose une question, de se le voir imputer à grossièreté, et pour cette raison, il ne la pose pas.

Alors parurent deux autres jeunes gens tenant des chandeliers d'or pur, finement niellés. Ces jeunes gens, qui portaient les chandeliers, étaient d'une grande beauté. Sur chaque chandelier brûlaient pour le moins dix chandelles. Tenant un graal de ses deux mains, une demoiselle s'avançait avec les jeunes gens, belle, gracieuse et élégamment parée. Quand elle fut entrée avec le graal qu'elle tenait, il s'en dégagea une si grande clarté que les chandelles en perdirent leur éclat, comme les étoiles et la lune au lever du soleil. Après la demoiselle en venait une autre qui portait un plat à découper en argent. Le graal, qui se présentait en tête du cortège, était de l'or le plus pur et serti de toutes sortes de pierres précieuses, les plus riches et les plus rares qui soient sur terre ou dans les mers. Elles avaient, sans nul doute, plus de valeur qu'aucune autre, ces pierres qui ornaient le graal. Tout comme la lance, le reste du cortège passa devant le jeune homme pour aller d'une chambre à l'autre. Il le vit passer mais il n'osa pas demander, à propos du graal, à qui l'on en faisait le service, car il gardait toujours présente à l'esprit la recommandation du noble et sage seigneur.

Traduction en français moderne par Jacques Ribard, éd. Honoré Champion, 1983


Épisode suivant Voir la suite
• 23 avril 1616 : Don Quichotte orphelin
Publié ou mis à jour le : 2019-06-11 19:38:43

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net