Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 8 octobre 1799
La fin de la Révolution française
Merveilleuses de Thermidor
• 8 octobre 1799 : Bonaparte débarque à Fréjus
• 9 novembre 1799 : coup d'État du Dix-Huit Brumaire
• 18 janvier 1800 : création de la Banque de France
• 14 juin 1800 : bataille de Marengo
• 24 décembre 1800 : attentat de la rue Saint-Nicaise
• 9 février 1801 : paix de Lunéville avec l'Autriche
• 25 mars 1802 : paix d'Amiens
• 20 mai 1802 : Bonaparte rétablit l'esclavage
• 8 avril 1802 : adoption du Concordat
• 2 août 1802 : plébiscite sur le Consulat à vie
• 27 mars 1803 : naissance du franc Germinal
• 3 mai 1803 : cession de la Louisiane
• 19 novembre 1803 : capitulation française à Haïti
• 21 mars 1804 : promulgation du Code Civil
• 21 mars 1804 : exécution du duc d'Enghien
• 2 décembre 1804 : sacre de Napoléon 1er
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

8 octobre 1799

Bonaparte débarque à Fréjus


Le 8 octobre 1799, le général Napoléon Bonaparte débarque à Fréjus après une campagne désastreuse en Égypte.

Napoléon Bonaparte quittant l’Égypte, caricature de Rowlandson (Flight from Egypt).

[Voir l'image en grandes dimensions]
 

La Révolution est en déliquescence

Tandis que Bonaparte débarque en Provence, le gouvernement du Directoire est livré aux intrigues et à la corruption et les armées françaises subissent défaite sur défaite en Europe.

À Paris, les vieux révolutionnaires guidés par l'ex-abbé Sieyès cherchent « un sabre » pour faire un coup d'État et sauver les acquis de la Révolution. Ce sera le 18 Brumaire (9 novembre 1799).

Ainsi que le montre l'historien Jacques Bainville, ces acquis auxquels sont attachés les Français sont de deux sortes : c'est, d'une part, l'annexion de la Belgique, d'autre part la préservation des achats de biens nationaux. Du paysan au riche bourgeois, chacun craint d'avoir à restituer les biens d'Église qu'il a achetés à vil prix en les payant avec des assignats sans valeur.

Bonaparte a compris qu'il pouvait jouer un rôle de premier plan à Paris. C'est pourquoi, non sans cynisme, il abandonne son armée en Égypte, d'où la flotte anglaise de l'amiral Nelson l'empêche de sortir. Lui même écrira : « J'ai pressenti que je ne devais pas rester longtemps éloigné de la France ». Il est auréolé du retentissement de ses victoires en Italie et en Égypte, victoires qu'il a su magnifier grâce à un art consommé de la propagande. Son prestige en France n'a d'ailleurs cessé de croître pendant son absence en Égypte.

Les Directeurs qui gouvernent le pays sont reconnaissants à Bonaparte d'avoir sauvé le régime à deux reprises, par les coups de Vendémiaire et de Fructidor, face au retour de l'idée monarchique dans l'opinion publique.

Le débarquement de Fréjus sera pour ce jeune général de 30 ans ce que fut la traversée du Rubicon pour Jules César. Bientôt le Consulat, l'Empire... et un à deux millions de morts qui viendront s'ajouter aux victimes de la Révolution.

Fabienne Manière

Épisode suivant Voir la suite
• 9 novembre 1799 : coup d'État du Dix-Huit Brumaire

Publié ou mis à jour le : 2017-08-16 14:29:59

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Qui sont les califes ?

Réponse
Publicité