Bicyclette - La vogue de la «petite reine» - Herodote.net

Bicyclette

La vogue de la «petite reine»

La bicyclette, un engin somme toute des plus bizarres (quelle idée d'avancer en pédalant !), est issue d'une longue gestation et d'une succession d'heureux hasards.

Au commencement, il y a la draisienne, du nom de son inventeur, le baron allemand von Drais. C'est un cadre sur deux roues, manoeuvré par un guidon et propulsé par le mouvement des pieds sur le sol. En dépit de sa rusticité, il connaît un franc succès dans la bonne société.

En 1818, l'année qui suit l'invention, il dépose à Paris un brevet où il qualifie son deux-roues du néologisme «vélocipède» (du latin velox, rapide, et pes, pedis, pied).

Jouez à notre quiz des familles

Paris, berceau du vélo... cipède

Un dimanche de mars 1861, sous le Second Empire, un client se présente dans un atelier de mécanique du quartier des Champs-Élysées, à Paris, pour faire réparer sa draisienne.

Comme son fils Ernest éprouve des difficultés à manœuvrer l'engin, l'artisan Pierre Michaux a l'idée d'adapter une manivelle munie de pédales sur la roue avant pour la faire tourner « comme une meule ». C'est un triomphe !

Le nom de vélocipède ne s'applique plus désormais qu'à ce nouveau genre d'engin, d'un principe très différent de la draisienne (on ne pose plus les pieds par terre). Il est encore très largement employé sous son abréviation : vélo !

Deux frères, Aimé et René Olivier, se prennent de passion pour ce véhicule. Ils l'équipent d'un frein et accomplissent en août 1865, de Paris à Avignon la première randonnée cyclotouriste.

Pour obtenir le meilleur rendement possible, les fabricants n'ont de cesse d'accroître le diamètre de la roue avant. On arrive ainsi à des «grands-bi» (bi étant une abréviation de bicycle) qui ont l'inconvénient d'être dangereux.

La bicyclette, une invention très européenne

Après la défaite de Sedan, l'industrie du cycle traverse la Manche. Et une révolution survient, qui va ranger le grand-bi au musée : le pédalier à chaîne.

Des modèles améliorés sont vendus en France en particulier par le britannique Duncan. En 1886, après que celui-ci eut traversé la ville de Saint-Étienne à bicyclette, les frères Gauthier «s'inspirent» de son modèle pour construire en neuf semaines la première bicyclette française et en propager le nom, qui est au début aussi bien masculin que féminin : « le » bicyclette.

En 1891, André et Édouard Michelin inventent le premier pneumatique avec chambre à air démontable pour bicyclette.

Et en 1908, plus d'un million de bicyclettes circulent déjà en France. Ce mode de transport, accessible à un large public, remplace progressivement le cheval grâce à son moindre coût et à son confort accru, en particulier grâce à l'emploi du pneumatique.

Curieusement, il contribue aussi à l'émancipation des femmes et révolutionne la mode. Les femmes, qui ont encore l'interdiction de porter un pantalon, se voient concéder le droit de porter une culotte bouffante pour faire du vélo. Elles en profitent pleinement et dès lors rejettent le corset au profit de vêtements amples et confortables.

À la Belle Époque, au tournant du siècle et dans ces années qui précèdent la Grande Guerre, la bicyclette connaît ses heures de gloire. Des courses sur piste et sur route attirent le public. Le Tour de France, lancé le 1er juillet 1903, demeure la plus célèbre de ces courses en France et dans le reste du monde.

Publié ou mis à jour le : 2018-07-23 06:46:10

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & Civilisations
est partenaire d'Herodote.net


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Nos utopies
Le blog de Joseph Savès