9 octobre 1651

De l'Acte de Navigation aux guerres anglo-néerlandaises

Le 9 octobre 1651, le Parlement anglais promulgue l'Acte de Navigation. Il réserve aux navires et aux équipages nationaux le droit d'entrer dans les ports de Grande-Bretagne.

Visionnaire, Oliver Cromwell, qui gouverne le pays en maître absolu depuis l'exécution du roi Charles Ier, stimule ainsi sa vocation maritime, de sorte qu'au siècle suivant, le poète James Thomson pourra chanter : « Rule, Britannia ! Britannia, rule the waves » (« Règne, Britannia ! Britannia, règne sur les flots »).

La bataille de Scheveningen ou Terheide, 10 août 1653 (Jan Abrahamsz, Rijksmuseum, Amsterdam)

Un défi aux Provinces-Unies

Les Néerlandais, qui dominent pour l'heure le commerce maritime à partir d'Amsterdam et Rotterdam, voient non sans raison dans l'Acte de Navigation un défi à leur encontre.

Maarten Harpertszoon Tromp (23 avril 1598, Den Briel ; 10 août 1653), gravure de Jan LievenszTrois ans plus tôt, par le traité de Münster qui a reconnu leur indépendance, les Provinces-Unies sont sorties avec les honneurs de leur « guerre de Quatre-Vingts-Ans » contre leur tuteur, le roi d'Espagne. Mais pour l'heure, la mort du stathouder (gouverneur) Guillaume II d'Orange laisse le pays sans véritable chef et il lui est difficile d'entrer en guerre contre les Anglais.

De leur côté, ceux-ci sont encore embarrassés par la guerre civile entre royalistes et républicains qui les amène à s'entredéchirer sur mer comme sur terre.

Inévitable malgré tout, la guerre entre les deux pays survient quand l'amiral anglais George Ayscue attaque avec sa flotte l'île de la Barbade, dans les Antilles, encore aux mains des royalistes. Il en profite pour saisir 27 navires hollandais sous le prétexte qu'ils ont violé l'embargo.

Sitôt la nouvelle connue, les Hollandais décident le 3 mars 1652 de renforcer leur flotte de guerre. Londres, à son tour, se met sur le pied de guerre.

La guerre !

Les hostilités éclatent le 29 mai 1652 dans la rade de Douvres, quand la flotte anglaise de Robert Blake croise de manière inopinée les flottes hollandaises de Maartens Tromp et Michiel de Ruyter.

Ces derniers ayant refusé de saluer le drapeau anglais comme leur en fait obligation l'Acte de Navigation, ils doivent se replier après avoir perdu deux navires.  

Robert Blake (27 septembre 1598, Bridgwater ; 17 août 1657, Plymouth)L'amiral Maarten Tromp trouve la mort le 10 août 1653 à la bataile de Scheveningen, près de l'île de Texel, dans l'archipel frison, en tentant de lever le blocus des Provinces-Unies par les Anglais.

À la suite de cette bataille navale, les Néerlandais reconnaissent l'Acte de Navigation et consentent à signer le 5 avril 1654 le traité de Westminster, qui met fin à la première guerre anglo-néerlandaise. 

Cromwell, débarrassé de l'ennemi hollandais, s'allie à la France contre l'Espagne. Il enlève à celle-ci la Jamaïque et occupe Dunkerque. Il envoie aussi une flotte dans la Méditerranée et, pour lui assurer un libre passage, commence de fortifier le rocher de Gibraltar.

De leur côté, les Néerlandais ne manquent pas de renforcer leur marine dans l'éventualité d'un nouveau conflit. Celui survient après la promulgation en 1660 par le roi Charles II d'un nouvel Acte de Navigation

La deuxième guerre ango-néerlandaise

Déclarée par les Anglais le 4 mars 1665, la guerre débute par une victoire de leur part à Lowestoft, dans le Suffolk, le 13 juin 1665. Les Néerlandais perdent pas moins de 17 navires.

Mais ils se ressaisissent sous l'impulsion du Grand pensionnaire Jan de Witt et de l'amiral Michiel de Ruyter.

Michiel de Ruyter (24 mars 1607 - 29 Avril 1676) ), portrait par Ferdinand Bol, 1667, National Maritime Museum, LondresDu 19 au 24 juin 1667, ce dernier lance un raid audacieux sur le port de la Medway, à l'embouchure de la Tamise, d'où il ramène, triomphal, le pavillon du Royal Charles, le propre vaisseau du roi. 

L'Angleterre, éprouvée par la guerre et également par le Grand Incendie,  concède la paix à Breda le 31 juillet 1667. Elle consent à aménager l'Acte de Navigation et à échanger des territoires coloniaux. Les Anglais reçoivent New Amsterdam, rebaptisée... New York en l'honneur du duc d'York, frère du roi et vainqueur de Lowestoft. 

Les Néerlandais reçoivent le Surinam et les Moluques. Ainsi les premiers vont-ils dominer l'Amérique du Nord et les seconds l'Indonésie.

Dès l'année suivante, en 1668, les Provinces-Unies s'inquiètent de la progression des armées de Louis XIV dans les Pays-Bas espagnols à la faveur de la guerre de Dévolution.

Elles se rapprochent de leur ancien ennemi, formant avec l'Angleterre et la Suède une Triple-Alliance destinée à lutter contre la France. C'est pour elles le début d'une nouvelle épreuve et l'amorce de leur déclin. 

Alban Dignat
Publié ou mis à jour le : 2019-10-07 13:06:36

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net