Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 9 juin 1885

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

9 juin 1885

Le Viêt-nam devient français


Le 9 juin 1885, par le traité de T'ien-tsin (un port chinois), la Chine renonce à ses droits sur l'empire du Viêt-nam (on écrit aussi Vietnam).

Gabriel Vital-Durand
Une conquête contestée

Deux ans plus tôt, par le traité de Hué du 25 août 1883, la France de Jules Ferry avait imposé son protectorat à l'empereur du Viêt-nam mais la Chine voisine avait contesté ce traité. Ses troupes irrégulières présentes au Tonkin, les «Pavillons noirs», n'avaient dès lors cessé de mener la vie dure aux troupes françaises.

À Lang-son, une petite ville du Tonkin proche de la frontière chinoise, le lieutenant colonel Herbinger décide en mars 1885 de replier ses troupes après avoir subi des attaques violentes de la part des Chinois. L'affaire (le «désastre de Lang-son») est montée en épingle à la Chambre des députés, à Paris. Les radicaux groupés autour de Georges Clemenceau dénoncent la politique coloniale de Jules Ferry, surnommé pour l'occasion «Ferry-Tonkin» et même accusé de haute trahison pour avoir engagé des troupes sans bien en informer les députés.

Le 30 mars 1885, au lendemain d'une immense manifestation populaire devant le Palais-Bourbon (la Chambre des députés), le gouvernement est renversé par 306 voix contre 149. Jules Ferry ne reviendra plus jamais au gouvernement.

Son successeur n'en poursuit pas moins la conquête du Tonkin et de l'Annam et arrive à signer avec la Chine le traité par lequel cette dernière reconnaît le protectorat de la République française sur l'Annam et le Tonkin.

Cela ne met pas fin aux révoltes. Dans les forêts et les montagnes qui entourent le delta du Fleuve Rouge, des partisans déçus de la dynastie lancent l'«insurrection des lettrés» ou Cam Vuong. Environ 40.000 chrétiens locaux sont massacrés. Un ordre précaire s'établit seulement en 1891.

Réorganisation coloniale

Dès 1887, la France réunit ses possessions du Sud-Est asiatique dans une Union indochinoise (le mot Indochine est créé à cette occasion).

Les trois provinces de l'ancien empire du Viêt-nam, qui avaient été unifiées par l'empereur Gia Long, fondateur de la dynastie des Nguyen, se retrouvent à nouveau séparées sur un plan administratif. Il s'agit des trois Ky :
– le Tonkin au nord, traversé par le Fleuve Rouge (Song Koï),
– l'Annam au centre, essentiellement montagneux,
– la Cochinchine au sud, constituée par le delta du Mékong.

En 1893, le Laos, petit pays montagneux en amont du Mékong, s'ajoute aux possessions françaises de Cochinchine, Annam, Tonkin et Cambodge. C'est l'aboutissement d'un processus de conquête entamé en 1859 avec la prise de Saigon.

Une colonie prometteuse

Enfin maîtresse de tout l'empire du Viêt-nam, la France coloniale modernise activement le pays. Ses représentants, des amiraux, superposent à l'administration indigène une administration française composée d'officiers de marine. Ils créent aussi un collège d'interprètes et des bataillons annamites.

L'écriture chinoise est remplacée par le quoc ngu (transcription latine) imaginé au XVIIe siècle par le missionnaire jésuite Alexandre de Rhodes. Une partie notable de la population pratique le christianisme, et une nouvelle religion syncrétique voit le jour, le Cao Dai.

L'Indochine devient rapidement la seule colonie française véritablement profitable grâce à ses exportations de riz et, plus tard, de caoutchouc. Les plantations d'hévéa sont prospères mais concurrencées par celles des Indes néerlandaises et de Malaisie. Des instituts Pasteur voient le jour à Saigon et Nâ Trang, sous l'impulsion du docteur Alexandre Yersin, le découvreur du bacille de la peste.

Une voie ferrée est construite tout le long de la route impériale et s'enfonce dans le Yunnan chinois vers les sources du Mékong.

Quand arrive la Grande Guerre (1914-1918), 43.500 indigènes indochinois sont envoyés sur le front ; 50.000 autres sont employés comme ouvriers en France. Beaucoup d'entre eux en profitent pour s'initier aux mouvements revendicatifs.

Cependant les humiliations imposées aux indigènes par une administration tatillonne et profiteuse sont très mal acceptées. Les mouvements insurrectionnels ne cessent pas. Dans un premier temps, ils prennent une forme traditionnelle et sont parfois appuyés par l'empereur, finalement déposé et exilé.

À partir des années 1920, le mouvement bolchevique suscite des émules chez les intellectuels du pays, en relation avec le Komintern (internationale communiste) et le Kuomintang (parti nationaliste chinois). Parmi eux, un chef communiste et anticolonialiste qui restera dans l'Histoire sous son surnom : Hô Chi Minh.

Première guerre d'indépendance

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, la présence coloniale en Indochine demeure peu visible, avec environ 30.000 Français pour 22 millions d'habitants ; essentiellement des fonctionnaires, des planteurs et des négociants.

En 1941, suite à l'effondrement de l'armée française face à la Wehrmacht, l'armée japonaise, alliée des Allemands, occupe la colonie sans violence notable. Elle maintient l'administration coloniale mais ne ménage pas la propagande anticolonialiste auprès des indigènes. En 1945, elle change brusquement d'attitude et désarme les troupes françaises au prix de brutaux massacres. C'est le début de la fin de la présence française en Indochine.

Publié ou mis à jour le : 2015-06-05 00:48:07

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quand remonte la première exposition universelle ?

Réponse
Publicité