Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 6 novembre 1792

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

6 novembre 1792

Les volontaires français triomphent à Jemmapes


Le 6 novembre 1792, les volontaires de l'armée française battent les soldats autrichiens à Jemmapes (aujourd'hui Jemappes), près de Mons, en Belgique. Il est vrai qu'ils bénéficient d'une écrasante supériorité numérique.

Le spectre de l'invasion s'éloigne

Le général Charles François du Perrier, dit Dumouriez, portrait de Rouillad (musée de Versailles)Six semaines après un premier succès à Valmy, la toute jeune République française décide de pousser son avantage contre les Prussiens et les Autrichiens qui la menacent d'invasion.

C'est en Belgique, possession des Habsbourg depuis Charles Quint, qu'ils portent leur effort. L'armée autrichienne est prise au dépourvu par l'offensive de Charles François Dumouriez.

Les Français sont portés par la ferveur révolutionnaire. Mais ils bénéficient surtout de l'avantage du nombre. Ils sont 55 000, soit deux fois plus nombreux que les Autrichiens.

La journée débute par une canonnade sans guère de résultat. Dumouriez lance ensuite plusieurs charges d'infanterie auxquelles participe le duc de Chartres (il sera bien plus tard roi de France sous le nom de Louis-Philippe 1er !).

Les deux camps combattent bravement mais en désordre. À la mi-journée, après qu'ont été tués 2 000 hommes Français et autant d'Autrichiens, le duc de Saxe-Teschen se retire sans que Dumouriez se soucie de le poursuivre. Dans les jours qui suivent, les Autrichiens évacuent la Belgique sans demander leur reste.

Bien qu'incomplète, car elle n'a pas entamé les forces ennemies, la victoire de Jemmapes éloigne la crainte de l'invasion et magnifie la République française aux yeux de tous les Européens. La Révolution atteint des sommets de popularité jusqu'en Angleterre. Personne ne tient plus à la combattre.

Hélas, les révolutionnaires n'ont pas la sagesse de s'en tenir là. Dépassés par leur succès, les députés girondins de la Convention proposent d'étendre la guerre et d'annexer les régions occupées...

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-09-28 11:12:32

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

jb (01-04-201303:00:40)

merci , en passant

Damiens Bourdais (06-11-200821:32:17)

Au XVIII ème Siècle, la notion de "frontière naturelle" est bien commode pour justifier ce que veulent les puissants. Cette notion est obsolète. Elle est à replacer dans un contexte d'Etats en construction et reconstruction, le plus souvent par les armes. Une notion c'est une idée et donc une pure construction humaine et en aucune manière naturelle.L'utilisation des guillemets dans votre article le dénote bien.
Là ou la frontière était perçue comme enjeu stratégique et donc séparation (ch... Lire la suite

Albert Sorignet (08-11-200619:08:16)

Le bon sens, Dominique Lejeune, c'est d'oublier la notion de nation et de patrie, excuses de beaucoup de conflits. L'Europe est à faire. La France n'a pas besoin d'être faite. C'est un peu comme si on disait qu'il faudrait changer les limites du Loiret afin qu'elles soient plus en phase avec les limites naturelles qui sont le Loir à l'ouest, la Saône et le Rhône à l'est, la Gartempe au sud et l'Essonne au nord!

Groult (05-11-200619:27:13)

D'accord avec M. Lejeune. Mais quelle influence ?
Une influence qui apporte sécurité et prospérité ? alors oui, la Romandie, voire les îles anglo-normandes (?). Une influence "révolutionnaire" ne les intéressera bien sûr pas. Quant aux Wallons, les désormais économiquement faibles d'une riche Belgique où les Flamands pauvres d'hier sont devenus riches par leur travail, c'est aussi la société d' assistanat français qui les intéressera hélas plus que leur amour de la francophonie. Et ne fa... Lire la suite

Dominique Lejeune (28-06-200608:44:05)

Hélas ,à cause de Napoléon et de ses entreprises téméraires , nous n'avons pas gardé nos frontières naturelles qui sont bien sur le Rhin.
Impossible de refaire l'histoire; disons simplement qu'un rattachement de la Wallonie à la France en cas d'éclatement de la Belgique est toujours possible.
Au lieu de disperser nos forces dans des pays lointains , nous devrions plutôt nous attacher à étendre notre influence en Wallonie et en Romandie et dans les îles anglo-normandes.
Le bo... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot Noël ?

Réponse
Publicité