Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 6 février 1637

Vous avez accès à
deux dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

6 février 1637

La « crise » de la tulipe aux Pays-Bas


Le 6 février 1637, dans les tavernes d'Amsterdam et Harlem, villes opulentes des Provinces-Unies (Pays-Bas actuels), des négociants se retrouvent comme à l'habitude pour acheter et vendre des tulipes. Il ne s'agit que de promesses de ventes car les bulbes ne seront disponibles qu'au printemps...

Mais voilà qu'en rupture avec les semaines précédentes, les acheteurs se font réticents. Les cours, qui avaient atteint des sommets faramineux dans les mois précédents, entament une tout aussi vertigineuse plongée.

Sur la base de quelques compte-rendus d'actualité, Charles Mackay, un journaliste britannique du XIXe siècle, verra dans ce phénomène la première bulle spéculative de l'Histoire, prélude à la faillite de Law ou à notre « crise des subprimes » (2008). Sans doute son interprétation est-elle très exagérée...

La tulipe, comme une oeuvre d'art

À partir de la fin du XVIe siècle, le nord de l'Europe voit se développer un engouement extraordinaire pour les fleurs en général et les tulipes en particulier. Les bulbes les plus recherchés s'échangent pour plusieurs milliers de florins, alors qu'un ouvrier spécialisé gagne environ 150 florins par an.

On se met à acheter des parts de bulbe d'autant plus facilement qu'on ne règle pas comptant mais à terme : on s'engage dès l'hiver à acheter en été - au moment où il pourra être transplanté -, tel ou tel bulbe, avec l'espoir de le revendre soi-même avec profit.

Un projet discuté à l'automne 1636 et soumis au Parlement l'année suivante prévoit que les contrats n'incluront plus une obligation d'achat, mais ne seront que des options.

C'est une aubaine pour les spéculateurs, qui affluent sur le marché... jusqu'à ce jour de février 1637 où les cours s'effondrent brusquement et les acheteurs se trouvent dans l'incapacité d'honorer leurs contrats.

Faut-il parler pour autant de crise ? La spéculation n'aurait touché qu'un cercle restreint de commerçants et aucun n'a été ruiné par l'effondrement des cours...

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2017-02-03 13:16:13

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Rasmont (05-02-201713:10:02)

L'effondrement du marché de la tulipe sert de référence aux éclatements de "bulle". Utilisons le à des fins prédictives. Ne verrons-nous pas la frénésie de hausse de l'immobilier et de constructions d’appartements nouveaux, se terminer un jour imprécis par un effondrement du marché immobilier et de la construction?

élisa (07-02-201214:18:36)

Encore un article très intéressant qui ouvre de nouveaux horizons sur les siècles passés & sur tout pays.

Yves de Baets (01-02-201009:46:47)

Excellent article qui ne perd en rien de son actualité! Petite erreur: le nom du fleuve qui relie Anvers à la mer du Nord en passant par les Pays-Bas est: l'Escaut en français et Schelde (pas Scheldt) en néerlandais. L'Escaut trouve sa source en France à Gouy-le-Câtelet (Plateau de Saint-Quentin).


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Combien de guerres de Cent Ans ont mis aux prises Français et Anglais ?

Réponse
Publicité