26 avril 1478 - La conjuration des Pazzi - Herodote.net

26 avril 1478

La conjuration des Pazzi

Le dimanche 26 avril 1478, à Florence, une échauffourée se produit pendant la messe dans la cathédrale de Florence (le Duomo). Elle se solde par la mort de Julien de Médicis... et l'ascension de son frère Laurent à la tête de la riche république marchande.

C'est le début d'une saga familiale sans guère d'équivalent dans le monde.

Ysaline Homant
Des banquiers devenus princes

Florence d'après une gravure du XVe siècle La victime, âgée de 25 ans, dirigeait de fait la république de Florence avec son frère Laurent (29 ans). L'un et l'autre portaient le titre de «principe dello stato» (prince de l'État).

L'autorité des Médicis sur la ville remontait à leur grand-père, Cosme (en italien, Cosimo de Medici), et à leur père, Pierre le Goutteux (Piero il Gottoso, ainsi surnommé parce qu'il souffrait de la goutte). L'un et l'autre s'étaient gardés d'exiger pour eux-mêmes des magistratures mais s'arrangeaient pour que celles-ci soient confiées à leurs fidèles.

Par leurs largesses, les Médicis faisaient en sorte de conserver le soutien du peuple. Mais ils ne disposaient que d'une autorité informelle sur les institutions de la République et celle-ci n'allait pas sans contestation... Une brouille entre le pape et les Médicis va donner l'occasion aux contestataires de se manifester.

Le pape et le complot

Le pape Sixte IV (64 ans), né Francesco della Rovere, est un mécène auquel Rome doit le pont Sisto et la chapelle qui porte son nom, la Sixtine. Il pratique aussi le népotisme à grande échelle en faveur de ses bâtards et de ses neveux. C'est ainsi que, désireux d'offrir la seigneurie d'Imola à son neveu Girolamo Riario, il adresse une demande de prêt aux Médicis. Laurent, qui a également des visées sur Imola, refuse le prêt. Qu'à cela ne tienne, Girolamo s'adresse à ses rivaux, les Pazzi, une autre grande famille de banquiers florentins.

Justement, les Pazzi sont mécontents d'avoir été privés par les Médicis de certaines fonctions juteuses. Leur chef Francesco Pazzi saute sur l'occasion pour régler leur compte aux Médicis. Il organise la conspiration du Duomo avec le soutien de l'archevêque de Pise Francesco Salviati, dont Laurent de Médicis a refusé la nomination, et de Girolamo Riario.

Julien meurt au cours de l'échauffourée mais son frère Laurent n'est que blessé. Il échappe à la mort en se réfugiant dans la sacristie avec quelques fidèles et réussit à s'enfuir. Pendant ce temps, les hommes de main des Pazzi tentent de soulever le peuple de Florence au cri de «Popolo e libertà»(Peuple et liberté). Mais le peuple reste fidèle aux Médicis et Laurent retourne la situation à son profit.

Les conspirateurs sont massacrés sans indulgence. Jacopo et Francesco Pazzi ainsi que l'archevêque Francesco Salviati sont pendus aux fenêtres du palais de la Seigneurie. Pour le meurtre de l'archevêque de Pise, le pape jette l'interdit sur Florence : il excommunie d'emblée tous ses habitants ! Qui plus est, il entre en guerre contre la république avec l'appui de Naples et Venise.

Laurent de Médicis, par son habileté manoeuvrière, défait l'alliance. Au terme d'une guerre de deux ans entre les factions rivales et d'une répression impitoyable, son autorité se retrouve plus grande que jamais.

Publié ou mis à jour le : 2019-05-14 15:41:38

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux