Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>> 15 septembre 1935

Vous avez accès à
trois dossiers complets
autour de ce sujet :

Toute l'Histoire en un clic
Publicité

15 septembre 1935

Des lois pour séparer les Juifs des autres Allemands


Le 15 septembre 1935, deux ans après sa prise de pouvoir, Hitler entame la mise en oeuvre des chapitres antisémites de son programme politique.

Devant les militants du parti nazi, réunis en congrès à Nuremberg, il annonce la promulgation de deux lois qui visent à séparer les citoyens juifs des autres Allemands.

Des lois d'exclusion

Quand Hitler prend le pouvoir, peu de gens prêtent attention à ses foucades antisémites et même l'on peut dire que certains juifs allemands ne voient pas d'un mauvais oeil l'arrivée d'un homme à poigne à la tête de l'État.

Tout change à Nuremberg. Par une première loi, le Führer prive les Juifs de la citoyenneté allemande.

Par une deuxième loi «sur la sauvegarde du sang et de l'honneur allemand», il leur interdit d'épouser ou de fréquenter des «Aryens», c'est-à-dire des citoyens allemands réputés de race pure. Les mariages mixtes antérieurs sont dissous. Il défend également aux juifs d'employer des Allemandes de moins de 45 ans.

Dans un discours qui fait suite à la promulgation de ces lois, Hitler les justifie en assurant qu'elles devraient stabiliser les relations entre «Juifs» et «Aryens»...

Dans les faits, la mise à l'écart des Juifs est un préalable à leur exclusion du pays, Hitler et ses fidèles ayant à ce moment-là l'objectif de contraindre tous les Juifs à quitter le Reich.

Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2015-09-10 21:45:04

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

Erik (20-09-201711:15:54)

C'est trés bon.

Michel (12-09-201514:30:57)

Si les nazis n'avaient pas trouvé dans les pays occupés des dirigeants ou des citoyens collaborateurs, il n'y aurait pas eu autant de Juifs assassinés. La police et la gendarmerie françaises ont été les collaborateurs zélés des nazis en arrêtant les Juifs et en les remettant ensuite au nazis. C'est la honte absolue et indélébile.

maurice (11-09-201521:15:46)

Au mois de juin précédent, dans un discours peu diffusé en Allemagne mais reproduit dans son intégralité dans les journaux, y compris français, le Dr Schart, ministre de l'économie critique, sur le plan économique, l'antisémitisme en disant "Les juifs ne sont pas hors la loi... mais des lois se préparent..."
Ces lois reprennent, en les adoucissant, dans un premier temps, les mesures individuelles que chaque "chef" avait prises avec un grand zèle et à qui ferait mieux (ou pire !)......
Lire la suite

Christophe GROS (06-07-200903:07:24)

Voilà un témoignage poignant et accablant en même temps...
je lie les deux reportages, celui-ci et celui de la Conférence d'Evian de juillet 1938...
Une leçon d'Histoire à ne pas oublier... Comme beaucoup d'autres sur le sujet...
Le Président de la Nation la plus puissante du monde savait... Les autres aussi, ils ne peuvent pas le nier... Il n'y avait que 32 pays présents...
Sachant ce qui se passait, ceux dont le seul crime était d'être différents de leurs bourreaux ... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot bicoque ?

Réponse
Publicité