14 mai 1607

Jamestown, première colonie anglaise

Traduction en Anglais

Le 14 mai 1607, une poignée d'Anglais débarquent sur la côte nord-américaine et fonde un établissement permanent sur une terre que de précédents explorateurs ont baptisé Virginie (Virginia) en l'honneur de la reine d'Angleterre Elizabeth 1ère.

Ainsi naît la première colonie anglaise d'Amérique.

Une exploration qui tourne court

Ce jour-là, trois navires, le Susan Constant, le Godspeed et le Discovery, accostent dans la baie Chesapeake, véritable mer intérieure au confluent de plusieurs estuaires. À leur bord 105 hommes sous le commandement de sir Christopher Newport.

L'expédition a été financée par un groupe de particuliers réunis au sein de la Compagnie de Virginie (ou de Plymouth) en vertu d'une Charte signée le 10 avril 1606 par le roi Jacques 1er. Sa mission principale est d'établir une base permanente sur la côte nord-américaine en vue de la recherche d'un mythique passage maritime vers l'Océan Pacifique et l'Asie des épices (passage dont on finira par comprendre qu'il n'existe pas).

Tandis que le commandant rentre en Angleterre pour chercher du renfort, une poignée d'hommes demeurent sur place, dans un fort précaire baptisé Jamestown en l'honneur du roi Jacques 1er (en anglais James 1st). Leur chef est un capitaine de 27 ans, John Smith.

Drames en série

Le site paraît idoine sous les couleurs du printemps mais les premières déconvenues surviennent avec l'été, ses chaleurs écrasantes et ses nuages d'insectes surgis des marécages environnants. Pour ne rien arranger, les colons, dont beaucoup sont gentilshommes, répugnent à défricher et labourer la terre de leurs mains.

Disettes, maladies et attaques des Indiens compromettent la survie de la colonie. Celle-ci s'en sort toutefois grâce à l'énergie de son chef. Puis les colons commencent à planter une herbe d'avenir, le tabac. C'est le début de la prospérité.

le fort de James en 1607

Naissance d'une démocratie

Le 30 juillet 1619 se tient dans l'église de Jamestown la première assemblée de la colonie. Elle réunit, outre le gouverneur et ses six conseillers, 22 bourgeois qui représentent les colons. L'assemblée vote une première résolution concernant les impôts, la morale publique et le cours du tabac.

C'est l'amorce de la démocratie représentative à l'américaine. L'assemblée, se transformant en Parlement, affirme ses prérogatives face au gouverneur désigné par la Compagnie de Virginie, puis, à partir de 1624, par le roi d'Angleterre. Ses représentants seront beaucoup plus tard à la pointe du combat pour l'indépendance (Washington, Jefferson, Hamilton....).

En cette même année 1619, un bateau amène d'Angleterre 90 jeunes filles que les colons peuvent prendre pour femme sous réserve de payer leur voyage. Grâce à quoi la colonie va désormais croître et se développer sans plus dépendre de la métropole.

Toujours en 1619, au mois d'août, un bateau hollandais amène à Jamestown une cargaison d'un genre particulier : une vingtaine d'Africains. Les malheureux trouvent immédiatement preneurs auprès des planteurs, trop heureux de mettre la main sur une main-d'oeuvre plus docile que les Indiens et les travailleurs blancs sous contrat.

Officiellement considérés comme des travailleurs ordinaires engagés sous contrat pour une durée de cinq ans, les Africains voient leur statut se dégrader au fil des décennies jusqu'à déboucher sur un nouvel esclavage, résurgence de l'esclavage antique ou oriental. C'est le début d'une malédiction dont les les conséquences pèsent encore sur les États-Unis.

Jusque-là, les Indiens avaient plus ou moins accepté la dépossession de leurs territoires par les nouveaux-venus. En Virginie, le sachem suprême ou grand chef de la fédération des Powhatans avait même marié sa propre fille, Pocahontas, au premier planteur de tabac de la région, John Rolfe.

Mais après sa mort en 1618, son frère et successeur Opechancano montre de moins bonnes dispositions à l'égard des Blancs. Le 22 mars 1622, il lance des attaques concertées contre l'ensemble des villages de Virginie. 346 Blancs sont massacrés. Les colons réagissent avec brutalité et, en 1643 seulement, arrivent à capturer et exécuter leur ennemi. C'est la première des grandes guerres indiennes qui vont opposer pendant plus de 250 ans Indiens et Européens.

Jeanne Lafont
La légende de Pocahontas

Le Nouveau Monde, film de Terrence Mellick (Metropolitan FilmExport)En explorant les environs de son campement, John Smith est capturé par les Powhatans. Au moment où leur chef s'apprête à le faire exécuter, l'une de ses filles, alors âgée de 12 ans, s'interpose et obtient sa grâce. Elle a pour nom Pocahontas (qui signifierait fille capricieuse !). C'est du moins ce que racontera bien plus tard John Smith en quelques lignes dans son volumineux livre de souvenirs : Histoire de la Virginie.

Grâce à la bienveillance de la jeune fille, John Smith maintient des relations paisibles entre Indiens et Anglais. Là-dessus, John Smith rentre en Angleterre cependant que la colonie de Virginie se développe à petite vitesse. En 1613, Pocahontas, dont on avait perdu la trace, est capturée par le gouverneur de la colonie en vue d'obtenir quelques concessions de son père.

La jeune fille s'acclimate à son sort et se fait baptiser sous le nom de Rebecca. John Rolfe, un colon de la deuxième vague qui s'est illustré en développant avec succès la culture du tabac, l'épouse le 1er avril 1614. Un fils, Thomas, naît bientôt.

En 1616, le gouverneur emmène sa famille à Londres et présente Rebecca à la cour. Celle-ci retrouve John Smith par la même occasion. Mais elle tombe malade, victime (déjà) de la pollution de Londres et meurt d'une pneumonie à Gravesend, dans le Kent, en mars 1617, alors qu'elle s'apprêtait à rentrer en Amérique. Elle avait à peine 22 ans.

Cette histoire a inspiré un dessin animé aux studios Disney et un film à grand spectacle au réalisateur Terrence Malick : Le Nouveau Monde (2006).

Publié ou mis à jour le : 2019-05-14 13:58:11

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net