Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À quand remonte le monstre du Loch Ness ?

Réponse
Publicité

621 avant JC

Dracon introduit la démocratie à Athènes


La démocratie désigne un régime politique où l'ensemble des citoyens participent aux décisions qui concernent la collectivité ou du moins au choix des dirigeants.

Le mot vient du grec dêmos (qui désigne le peuple, c'est-à-dire l'ensemble des citoyens riches et pauvres), et arkein, commander. Pourquoi le grec ? Parce que les cités-États (polis en grec) de la Grèce ancienne nous ont livré les premiers témoignages de l'élaboration d'un tel régime (700 à 600 ans avant JC).

On peut déceler les prémices de la démocratie dans l'introduction par Dracon d'un code pénal équitable en 621 avant JC, à Athènes.

Des réformes draconiennes !

La Grèce archaïque des Âges sombres était dépourvue de lois précises.

Chaque clan ou «Génos» possédait plus ou moins sa propre manière de régler ses comptes sans en référer à une quelconque autorité suprême. Tous les membres d'un clan étaient solidaires. Porter atteinte à l'un d'eux revenait à bafouer le clan entier car, dans l'Antiquité, existait un code auquel nul ne pouvait se dérober : la vengeance du sang.

En clair, cela signifiait que toute personne assassinée pour une raison ou pour une autre devait être vengée par un membre de la famille, forcé d'assassiner à son tour le coupable... La vengeance était une obligation absolue exigée par le fantôme de la victime afin que son âme n'erre pas éternellement de l'autre côté de l'Achéron sans pouvoir être jugée et donc ne pas avoir la permission d'entrer dans les Champs Élysées (comme les morts sans sépulture).

Pour apaiser les tensions entre les différentes classes sociales, un hardi réformateur du nom de Dracon édicte vers 621 avant JC les premières lois écrites, identiques pour toutes les classes sociales. Il supprime l'autorité du patriarche du Génos et surtout la vengeance privée. Les pauvres ne sont plus jugés selon le bon plaisir des Eupatrides.

Dracon fait aussi la distinction entre le meurtre volontaire et l'homicide involontaire.

Parlant de l'extrême rigueur de son code (les infractions même mineures, comme le vol d'un chou, étaient punies de mort), on dit de lui qu'il a été écrit avec du sang (le mot draconiendésigne encore aujourd'hui une règle très dure). Ne prête-t-on pas au réformateur la formule : «Les plus petites fautes m'ont paru dignes de la mort, et je n'ai pas trouvé d'autres punitions pour les plus grandes» ?

Nous devons nous replacer dans le contexte de violence de cette époque pour comprendre la portée de ces lois. C'est que pour retirer aux familles puissantes l'envie de se venger, il fallait leur donner l'assurance que le coupable d'un délit serait plus sévèrement puni par la société que par eux-mêmes ! Ainsi, la sévérité des lois désintéressait les membres d'une famille de la vengeance collective et en outre dissuadait les criminels potentiels. De cette double façon, l'État s'alliait à l'individu pour le soustraire à l'emprise du Génos et pour lui donner le sentiment de son indépendance.

Pourtant, la réforme de Dracon est loin d'être suffisante et n'empêche pas les Eupatrides de consolider leur pouvoir sur la cité. Elle sera heureusement complétée par les réformes de Solon.

Publié ou mis à jour le : 2011-02-11 13:41:23