Toute l'Histoire en un clic
Ami d'Herodote.net

Les Amis d'Herodote.net
ont accès à un dossier complet
autour de ce sujet :

Les archives de l'INA
Articles récents
Les 10 articles les plus lus
Publicité
Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

Sous quel pseudonyme est plus connu Henri Beyle ?

Réponse
Publicité

12 septembre 1642

Conspiration et mort de Cinq-Mars


Le 12 septembre 1642, le marquis Henri de Cinq-Mars (22 ans) périt sur l'échafaud. Son exécution met un terme à la dernière conspiration contre Richelieu.

Un complot contre l'État

Louis XIII, par Philippe de Champaigne (Paris, musée Carnavalet) Trois ans plus tôt, le cardinal de Richelieu avait introduit le marquis auprès de Louis XIII, attendant de ce pétulant jeune homme qu'il divertisse le souverain, quadragénaire sujet à des crises de mélancolie.

Comblé d'honneurs, Cinq-Mars veut aussi épouser la princesse de Mantoue, d'un rang très supérieur au sien. Richelieu s'y oppose. Mortifié, le marquis entre dans un complot contre le cardinal.

Parmi les conjurés figurent le propre frère du roi, Gaston d'Orléans, la reine elle-même, Anne d'Autriche, le duc de Bouillon ainsi que François de Thou, jeune conseiller au Parlement...

Ils rédigent un projet de traité avec le roi d'Espagne Philippe IV, en guerre avec la France depuis 1635. En échange de son appui et de ses subsides, ils s'engagent à lui restituer toutes les villes conquises et à lui offrir la victoire !

Les conjurés projettent de s'emparer du cardinal, voire de le tuer, à Lyon où la Cour s'arrête le 17 février 1642.

Cinq-Mars se trouve avec le roi dans ses appartements tandis que ses compagnons occupent l'antichambre. Mais Richelieu se présente accompagné de son capitaine des gardes contrairement à l'usage.

Intimidé, le jeune conspirateur se retire sans avoir exécuté son forfait et renvoie ses compagnons.

Là-dessus, alors qu'il se trouve à Arles, en route pour Perpignan qu'assiègent les armées françaises, Richelieu reçoit une copie du traité félon. Il informe le roi. Le jour même, François de Thou est arrêté. Le lendemain, c'est le tour de Cinq-Mars. C'en est fini de la conspiration.

Un carrosse pour le Ciel

Richelieu choisit de tenir le procès des conjurés à Lyon. Lui-même, malade, s'y rend par bateau, sur le Rhône.

Gaston, le frère du roi, bénéficie d'une mesure de clémence et de la restitution de son apanage, en échange de quoi il dénonce ses complices avec la grandeur d'âme qui lui est coutumière.

Le procès débute le 12 septembre. Cinq-Mars prend la défense de son ami de Thou. Mais il est trop tard. L'un et l'autre sont condamnés à mort.

Le jour même, ils sont menés vers le lieu du supplice, place des Terreaux, en carrosse et non pas en charrette, noblesse oblige !

La conspiration a inspiré à Alfred de Vigny un roman, Cinq-Mars, dans lequel les faits historiques sont passablement déformés. Charles Gounod, le 5 avril 1877, a créé un opéra du même nom.

Publié ou mis à jour le : 0000-00-00 00:00:00

Les commentaires des Amis d'Herodote.net

Les commentaires sur cet article :

André (01-10-200819:11:28)

«alliances nouées par le Cardinal avec des princes hérétiques d'Europe pour faire pièce à l'Espagne et à l'empereur d'Allemagne»...
Et ces princes hérétiques étaient parfois *protestant*, démontrant la "real politik" qui se jouait également à cette époque et que nous revoyons encore de nos jours. Un ami de France me l'a expliqué car au début je n'y comprenais rien aux contorsions politiques de Richelieu, qui fut un prédécesseur de Talleyrand j'oserais dire . Des hommes de pouvoir à qui la... Lire la suite


Les Amis d'Herodote.net peuvent envoyer un commentaire sur cet article.


Si vous n'êtes pas Ami d'Herodote.net, vous pouvez commenter ci-dessous l'article sur facebook.