Les dernières demeures - Du Portugal au Vietnam - Herodote.net

Les dernières demeures

Du Portugal au Vietnam

   Portugal
Lisbonne Le navigateur Vasco de Gama (1468-1524) qui, le premier, atteignit les Indes en contournant l'Afrique, repose dans l'église abbatiale du célèbre couvent des Hiéronymites (l'ordre de Saint Jérôme), à Belém, le quartier portuaire de Lisbonne. C'est de ce port qu'il partit le 8 juillet 1497 pour son fameux voyage. Dans la même église repose le poète Luís de Camoes (1524-1580), dont l'oeuvre majeure, les Lusiades, raconte précisément l'épopé de Vasco de Gama. Dans le cloître du monastère repose un autre poète portugais, contemporain celui-là : Fernando Pessoa (1888-1935).

Le conquérant Alfonso de Albuquerque (1453-1510), qui conquit pour le compte du Portugal le littoral occidental des Indes, repose dans l'église Nossa Senhora de Graça.
Santarém Le navigateur Pedro Alvares Cabral (1467-1526) repose dans l'église de Graça. Le Portugal lui doit rien moins que le Brésil.
   Royaume-Uni
 Londres  
Saint-Paul La cathédrale de Londres abrite les tombeaux de l'amiral Horation Nelson, mort à Trafalgar, du duc de Wellington, héros de Waterloo, ainsi que de membres éminents de la Royal Academy comme le peintre Joseph Mallord William Turner.
Westminster Westminster Abbey, au coeur de Londres, est l'équivalent pour le Royaume-Uni du Panthéon et de Notre-Dame réunis. C'est le lieu privilégié des cérémonies nationales et la sépulture des plus grandes figures du pays.
Les deux principales chapelles accueillent dans une parfaite symétrie les dépouilles de la reine Elizabeth 1ère et de Marie Stuart. La première fit décapiter la seconde mais légua la couronne au fils de sa victime, Jacques, premier roi d'Angleterre et d'Écosse.

Plusieurs écrivains illustres de langue anglaise reposent dans l'abbaye : Geoffrey Chaucer, Charles Dickens, Rudyard Kipling...

Les savants Isaac Newton, Charles Darwin, Lord Kelvin, Ernest Rutherford y reposent aussi, de même que Rowland Hill, inventeur du timbre-poste, l'explorateur David Livingstone, le philanthrope William Wilberforce,...

Parmi les chefs de gouvernement, on relève la présence des deux Pitt ainsi que de William Ewart Gladstone et Clement Attlee. La dépouille du dictateur Oliver Cromwell ne séjourna que quelques brèves années dans l'auguste abbaye royale... Repose aussi à Westminster le héros de la Nation corse, Pascale Paoli.
Bunhill Fields Ce cimetière de Londres héberge les sépultures de Daniel Defoe (1660-1731), l'auteur de Robinson Crusoé, ainsi que du peintre et poète William Blake (1757-1827), précurseur du romantisme.
Highgate Ce cimetière de Londres est connu pour ses catacombes de style égyptien, où reposent les écrivains John Galsworthy et George Eliot. Il l'est plus encore pour la tombe de Karl Marx (1818-1883), surmontée par un buste du philosophe.
Bladon Décédé le 24 janvier 1965 à l'âge de 90 ans, Winston Leonard Spencer Churchill a été inhumé le 30 janvier suivant au terme de grandioses funérailles télédiffusées dans le monde entier. Tous les Britanniques ont alors communié dans le souvenir du géant politique qui avait convaincu le monde libre de lutter jusqu'au bout contre Hitler. Sa dépouille repose auprès de ses parents dans le cimetière de la paroisse de Bladon, dans le comté d'Oxford, à proximité de la demeure familiale, le palais de Blenheim.

Celui-ci a été construit il y a trois siècle par John Churchill, duc de Marlborough, après sa victoire glorieuse sur les troupes de Louis XIV à Blindheim, en Bavière (la bataille, qui s'est déroulée en 1704, est connue des Anglais sous le nom de Blenheim et des Français sous celui de Hoechstaedt).
Farnborough Dans une chapelle de l'église paroissiale, un somptueux monument abrite la dépouille de l'ex-empereur des Français Napoléon III, mort en exil le 8 janvier 1873 des suites d'une opération de la maladie de la pierre. Son fils unique, mort au combat en Afrique du sud, repose à ses côtés.
Stratford-upon-Avon Le poète William Shakespeare (1564-1616) est inhumé dans un tombeau à l'aspect modeste, en l'église de la Sainte Trinité (Holy Trinity Church), au lieu même où il a été baptisé 52 ans plus tôt. On peut lire sur le tombeau une épitaphe du poète lui-même  :

Good friend, for Jesus´ sake forbeare
To digg the dust enclosed here !
Blest be ye man that spares thes stones
And curst be he that moues my bones.

Cher ami, pour l'amour de Jésus
Abstiens-toi de soulever la poussière de cet enclos  !
Béni soit celui qui respectera ces pierres
Et maudit celui qui dérangera mes os.


La cathédrale de Southwark, à Londres, abrite par ailleurs un mémorial plus imposant.
   Russie
Moscou Cathédrale de l'Archange (Moscou)Au XVIe et au XVIIe siècles, tous les tsars et grand-princes de Russie ont été ensevelis dans la cathédrale de l'Archange, à Moscou, une construction du début du XVIe siècle (l'usurpateur  Boris Godounov fait exception à la règle ; il repose dans le monastère de la Sainte Trinité, à Sergiev Posad).

Le cimetière de Novodevichy (ou Novodevitchi) est le plus prestigieux et le plus beau de la capitale russe avec ses monuments funéraires, ses chapelles et pas moins de 27.000 « résidents » disséminés dans un parc arboré
Aménagé au XVIe siècle près d'un couvent de Moscou, il a d'abord accueilli les seigneurs de l'époque, puis les personnalités russes des arts et de la politique.
Parmi les plus célèbres figurent le poète Nikolai Gogol (1809-1852), le dramaturge Anton Tchekov (1860-1904), les romanciers Ilya Ehrenbourg (1891-1967) et Mikhail Bulgakov (1891-1940), auteur de Le Maître et Marguerite, le compositeur Sergei Prokofiev, (1891-1953), le poète Wladimir Maiakovski (1893-1930), l'avionneur Andrei Tupolev (1888-1972), les dirigeants Nikita Krouchtchev (1874-1971) et Andrei Gromyko (1908-1989), Raissa Gorbatchev (1932-1999), épouse du dernier dirigeant de l'URSS, le général Alexandre Lebed (1950-2002), Boris Eltsine (1931-2007) et le violoncelliste Mstislav Rostropovitch (1927-2007).
Saint-Pétersbourg La forteresse Pierre-et-Paul et son égliseLa flèche qui s'élance au-dessus de la forteresse Pierre-et-Paul, sur l'île aux Lièvres, signale la nécropole de tous les tsars et tsarines de Russie, depuis Pierre 1er le Grand, fondateur de la ville, mort le 8 février 1725.
Après la chute du régime soviétique, le gouvernement russe y a transféré les cendres du dernier tsar de Russie, Nicolas II, et de sa famille, assassinés par les bolcheviks à Iekaterinbourg le 17 juillet 1918.

Le monastère Alexandre Nevski abrite le cimetière Tikhvin. On peut y voir la tombe de l'écrivain Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski (1821-1881), dont les funérailles furent célébrées en présence de dizaines de milliers d'admirateurs le 28 janvier 1881, à Moscou. On peut y voir aussi les tombes des compositeurs Piotr Tchaikovski (1840-1893) et César Cui (1835-1918).
Sergiev Posad Le tsar Boris Godounov,mort le 13 avril 1605, est inhumé ainsi que sa femme dans le monastère de la Sainte Trinité, à Sergiev Posad.

Les autres tsars reposent à Moscou, dans la cathédrale de l'Archange.
   Slovénie
Gorica Après son abdication, au terme de la révolution des Trois Glorieuses, le roi de France Charles X vécut en exil en Autriche.
Il mourut le 6 novembre 1836 lors d'un bref séjour à Görz-en-Illyrie (Gorizia en italien, Göritz en français, Gorica en slovène). Il repose depuis lors dans une crypte du monastère franciscain de la Castagnavizza, au-dessus de cette petite ville dont une partie est sous souveraineté italienne et l'autre sous souveraineté slovène.
Le duc Pierre Louis de Blacas d'Aulp, fidèle ministre de la Maison du Roi de Charles X et de son frère Louis XVIII, s'est fait inhumer dans la même crypte à sa mort en 1839.
Le fils de Charles X, le duc d'Angoulême, qui aurait normalement régné sous le nom de Louis XIX, rejoignit son père dans la même crypte quelques années plus tard. Puis ce fut le tour de son épouse, Madame Royale, fille du roi Louis XVI et de Marie-Antoinette. Ensuite la duchesse Louise de Parme, fille de la duchesse de Berry et du deuxième fils de Charles X.
Les derniers hôtes de la crypte furent le comte de Chambord, mort le 24 août 1883 après avoir renoncé à remonter sur le trône sous le nom d'Henri V, ainsi que son épouse, Marie-Thérèse d'Este-Modène.
Le monastère de la Castagnavizza est ainsi devenu la nécropole des derniers Bourbons de France.
   Suisse
Bâle La cathédrale de la ville - ou Munster - abrite la sépulture de l'humaniste Érasme de Rotterdam.
Berne La cathédrale du XVe siècle - ou Munster - était autrefois dédiée à Saint Vincent. La Réforme protestante ayant été moins violente à Berne qu'ailleurs, on peut encore y admirer des éléments d'origine comme la chaire, quelques stalles et vitraux, et un magnifique tympan sur le portail principal consacré au Jugement dernier. La flèche (100 mètres) a été terminée au XIXe siècle.

Un monument en marbre, dans le transept gauche, est dédié aux 2000 victimes de l'invasion française de février et mars 1798, sous le commandement du général Brune. Celle-ci vit le général Charles Louis d'Erlach culbuté avec ses troupes bernoises qui le lynchèrent. Le trésor de Berne, les ours emblématiques de la ville et même la Confédération d'Ancien régime dans son ensemble allaient faire les frais de cet épisode dramatique (Gabriel Vital-Durand).
Céligny Céligny est une commune du canton de Genève enclavée dans celui  de Vaud. Le site justifie une promenade au départ de Genève, en voiture, en train ou encore en bateau à vapeur. On y côtoie quelques magnifiques propriétés qui surplombent le lac avec vue sur la chaîne des Alpes.

On peut aussi pousser jusqu'au cimetière qui abrite les tombes de Rodolphe Töpfer, écrivain contemporain de Chateaubriand et caricaturiste talentueux, de Richard Burton, comédien gallois surtout célèbre pour son mariage tempêtueux avec l'actrice Liz Taylor (Cléopâtre, Qui a peur de Virginia Woolf ? ) et d'Alistair MacLean, écrivain écossais (Les canons de Navarone).
Genève  Jean Calvin (1509-1564), grand réformateur religieux originaire de Noyon (France) et principale figure politique de la ville, repose dans le cimetière des Rois de Plainpalais,... ainsi dénommé parce qu'il se situe dans la rue des Rois !

Ce petit cimetière verdoyant, ouvert au XVe siècle, est le plus ancien de la ville et le plus prestigieux. Outre Calvin, il héberge un autre étranger célèbre, l'écrivain argentin José Luis Borges (1899-1986), Prix Nobel de littérature. Il avait fait ses études à Genève et chérissait la ville. Dernier hôte en date : le délégué de l'ONU Sergio Vieira de Mello, assassiné à Bagdad avec 23 autres personnes en 2003.

Le duc Henri de Rohan (1579-1638), de religion calviniste, s'est illustré au service du roi de France Louis XIII en conquérant la Valteline, une vallée des Grisons qui commande la liaison entre l'Autriche et l'Espagne. Les services rendus à Genève lui ont valu un tombeau monumental dans la cathédrale Saint Pierre de cette ville, où toute forme d'ornementation avait pourtant été bannie.
Grand-Saint-Bernard Louis Charles Antoine Desaix, chevalier de Veygoux, officier d'Ancien régime, né près de Riom, en Auvergne, le 17 août 1768, allait devenir général républicain sous le nom de Desaix. Bonaparte l'emmena en Orient et le chargea d'une expédition en Haute-Égypte où il fit des prodiges - les indigènes le nommaient « le Sultan juste ».

Les généraux Desaix et Kellermann jouèrent un rôle décisif en accourant au bruit du canon l'après-midi de la journée de Marengo (14 juin 1800). Le feld-maréchal Melas, croyant la partie gagnée, s'était déjà retiré du champ de bataille à 3 heures du soir. Une balle allait frapper Desaix qui mourut dans les bras de Bonaparte. Celui-ci, qui avait son âge, lui était très attaché.

Le col du Grand-Saint-Bernard, gravure de Töpffer (1846) Un mois avant, l'armée de secours venue de Bourgogne avait franchi le col du Grand Saint Bernard (2469 m) dans des conditions qui frappèrent de stupeur les contemporains : il y avait plusieurs mètres de neige au col, et l'équipement de la troupe était radicalement inadapté.

Bonaparte prit des dispositions pour faire amener le corps de Desaix à l'hospice du Gd St Bernard afin de lui offrir « la montagne pour tombeau et les chanoines pour gardiens » (ils y sont depuis près de mille ans). On n'avait pas peur des complications  : un monument de marbre fut préparé à Paris et transporté à grand-peine par attelages de mulets jusque dans la chapelle des chanoines. Ceux-ci ont décidé par la suite de déplacer le monument à l'entrée de l'hospice où on peut l'admirer aujourd'hui .
Niederwald César Ritz, natif de Niederwald, était le 13e enfant d'une famille de paysans du Valais (1850-1918). Il a 15 ans lorsque son premier patron, à Brigue, décide qu'il n'est pas fait pour l'hôtellerie ! Loin de se décourager, il profite de l'Exposition universelle de 1867 pour s'engager à Paris où il remplit d'abord les tâches les plus obscures d'un garçon de salle. La chance lui sourit lorsqu'il rencontre le grand cuisinier Escoffier qui lui fait connaître des célébrités dont le Prince de Galles (le futur roi Édouard VII), un arbitre des élégances du temps. Celui-ci répondit un jour qu'on lui demandait ce qu'il voulait pour dîner : Demandez donc à Ritz ; il connaît mes goûts mieux que moi ! »

César Ritz poursuit sa carrière à Lucerne, Vienne, Nice, Monte-Carlo, Londres, Baden-Baden, etc. Il devient célèbre et peut enfin lancer avec ses associés une chaîne d'hôtels à travers les capitales de l'époque, sur le modèle de son joyau, l'hôtel Ritz de la Place Vendôme. Sa recette se résume dans une formule : « Ne dites jamais non à un client, même s'il vous demande la lune. Tout d'abord, il y a toujours moyen de tenter quelque chose, et puis on peut encore expliquer par la suite pourquoi la chose n'était tout simplement pas réalisable ».

Devenu célèbre, il présidait aux préparatifs du sacre de Édouard VII en juin 1902, lorsqu'il fut atteint d'un accès de faiblesse vraisemblablement lié au surmenage. Il ne se remit jamais et mourut en 1918. Il fut enterré au Père Lachaise avec son fils René mort peu auparavant. Sa veuve Marie-Louise lui survécut jusqu'en 1961.

C'est alors qu'un convoi spécial amena les restes du père et du fils au cimetière du village de Niederwald, où toute la famille fut enterrée dans la plus grande simplicité le 16 janvier. Les tombes du cimetière sont toutes faites sur le même modèle et portent une croix de bois avec l'inscription  : Vor Gott sind alle gleich » (Tous égaux devant Dieu) .
Rarogne Le cimetière de Rarogne, dans le Valais central, près Sierre, abrite la tombe de Rainer Maria Rilke, poète allemand (1875-1926) qui passa là la dernière partie de sa vie.

Elle consiste en un monument qui porte l'épitaphe :
« Rose, oh reiner Widerspruch, Lust, Niemandes Schlaf zu sein unter so veil Liedern » (Rose, ô pure contradiction, amour qui n'abrite le sommeil de personne sous une multitude de paupières) .
   Tunisie
Monastir Sarcophage de Bourguiba, à Monastir  (photo : Camille Larané)La ville natale du «Combattant suprême », Habib Bourguiba, est dominée par la coupole du splendide mausolée de celui-ci.

Sa structure extérieure l'apparente au Taj Mahal, avec une coupole encadrée par deux minarets, à l'extrémité d'une large allée.

A l'intérieur, le sarcophage du premier président de la Tunisie indépendante n'est  pas sans évoquer celui de Napoléon 1er aux Invalides (Paris). Il trône au milieu d'une salle circulaire que ceinturent les tombeaux des proches.
   Turquie
Gallipoli Sur le flanc de la presqu'île de Gallipoli, de vastes cimetières militaires, comme ci-dessous le cimetière français, témoignent des souffrances endurées par les combattants des Dardanelles en 1915.
 
   Viêt-nam
Soui Dao Nha Trang est un petit port au sud de l'Annam, dans une belle rade, aujourd'hui station de villégiature florissante. On peut découvrir à Soui Dao, quelques kilomètres au sud, un hameau de pêcheurs où le docteur Alexandre Yersin passa les trente dernières années de sa vie au milieu des indigènes.

Son tombeau y est toujours vénéré par la population, alors que les monuments à la mémoire des figures du colonialisme ont été depuis longtemps jetés à bas.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net