Année 1067 - Le retour du héros - Herodote.net

Année 1067

Le retour du héros

Mars 1067. Après l'expédition victorieuse de l'année précédente et le couronnement de Londres, le 25 décembre de la même année, Guillaume,  désormais roi d'Angleterre, revient en Normandie pour une tournée triomphale dans son duché.

Stéphane William Gondoin
Tournée triomphale

C'est à Pevensey, où il a débarqué avec son armée en candidat au trône à l'automne précédent, que Guillaume remonte à bord de son navire. Il emmène avec lui les principaux nobles saxons, tels les comtes Waltheof, Edwin et Morcar. On reconnaît aussi parmi ses compagnons de voyage le jeune Edgard Ætheling, dernier rejeton de la lignée des rois saxons.

L'archevêque Stigand de Canterbury a également été prié de se joindre à eux. Guillaume ne tient nullement à laisser ces personnages profiter de son absence pour fomenter des troubles en Angleterre. Oh, ils ne sont certes pas prisonniers et jouissent d'un confortable traitement selon leur rang. Mais ils n'ont guère le choix et doivent se plier aux volontés de leur nouveau maître.

Pour son peuple, le duc revient auréolé de gloire, métamorphosé en Roi. Le Bâtard est devenu Conquérant. Les plus humbles paysans abandonnent les travaux des champs et se massent en foules compactes dans les villes, espérant apercevoir le souverain. Même le ciel semble lui rendre hommage à sa manière, par ce soleil qui «brille avec cette sérénité qui n'appartient d'ordinaire qu'aux plus beaux jours d'été». En période de carême, on se laisse aller à des réjouissances «comme aux jours de grandes fêtes».

À Rouen, vieillards, femmes, religieux et enfants, viennent à sa rencontre et lui réservent un accueil digne du triomphe d'un empereur romain. Guillaume distribue alors aux églises de son duché, à commencer par l'abbaye Saint-Étienne de Caen, des trésors conquis en Angleterre. Il y a là profusion de lingots d'or et d'ornements somptueux, de riches tentures brodées à l'aiguille par les anglaises.

Guillaume retrouve enfin son épouse, Mathilde, à laquelle il a confié le gouvernement de la Normandie en son absence.  Il prend ensuite la direction de l'abbaye de Fécamp et y passe les fêtes de Pâques. Tout le gratin du duché s'est donné rendez-vous dans la cité cauchoise. Il y a même là de nombreux nobles de France, et tout particulièrement le comte Raoul de Crépy, beau-père du roi Philippe Ier.

Chacun s'étonne de la richesse déployée, mais plus encore les Anglais surprennent : «Ils regardent avec curiosité les enfants des contrées occidentales. Les plus beaux jeunes gens de la Gaule chevelue auraient envié leur beauté, qui ne le cédait en rien à celle des jeunes filles». Pour les Normands aux cheveux courts et à la nuque rasée, la tignasse des Saxons est un motif d'émerveillement constant.

Guillaume met à profit son séjour en Normandie pour assister le 1er juillet à la dédicace de la nouvelle abbatiale de Jumièges, dont nous pouvons encore admirer les vestiges splendides de nos jours. Il pourvoit également au remplacement de l'archevêque Maurille de Rouen par Jean d'Ivry. Il retourne en Angleterre le 6 décembre 1067. Durant les vingt prochaines années, il devra ainsi constamment se partager entre son royaume et son duché.


L'auteur : Stéphane William Gondoin

Stéphane William Gondoin, historien et journaliste normand, est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la période médiévale.

Il a notamment publié Emma de Normandie, reine au temps des Vikings (987-1052) (éditions La Louve, 2010) et Histoires normandes au temps des Vikings et des ducs de Normandie (820-1204).

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net