Année 1047 - Bonne-Nouvelle au Val-ès-Dunes - Herodote.net

Année 1047

Bonne-Nouvelle au Val-ès-Dunes

Année 1047. Après avoir échappé à des conjurés à Valognes, le duc de Normandie Guillaume II le Bâtard, futur conquérant de l'Angleterre, affronte la vaste coalition militaire orchestrée par ses ennemis de l'intérieur.

La bataille, au Vas-ès-Dunes, près de Caen, se solde par la mort, la fuite ou l'emprisonnement des rebelles. Le jeune Guillaume (20 ans) consolide son pouvoir sur le duché avec l'aide de son allié, le roi capétien Henri Ier.

Stéphane William Gondoin
Une victoire inespérée

Les rebelles normands ont à leur tête Gui de Bourgogne, cousin du Bâtard, qui prétend devenir duc à sa place. On reconnaît à ses côtés les bannières flottantes de Renouf de Briquessart, d'Hamon le Dentu, du vicomte Neel de Saint-Sauveur et de l'irréductible Grimout du Plessis. Ils se sont réunis dans la plaine qui s'étend à l'ouest des paroisses de Valmeray et d'Argences, au lieudit Val-ès-Dunes. Ils voient arriver en direction du levant les troupes du roi de France et du duc de Normandie.

Siège d'une ville par les Normands (tapisserie de Bayeux, détail, XIIe siècle)Chacun pousse un puissant cri de guerre et éperonne son destrier. «Dieu aide !» hurlent les Normands. «Montjoie» monte des rangs français. «Saint-Sauveur !», «Saint Amand !» lancent à pleins poumons les conjurés. Les deux armées se ruent l'une contre l'autre dans un fracas terrible. Les couards tremblent d'effroi. Les lances se rompent sur les écus. Les épées tranchent les membres, déchirent les entrailles, s'enfoncent dans les gorges tendres.

Le roi de France est brutalement renversé par un guerrier du Cotentin. Il ne doit la vie sauve qu'à la qualité de son haubert. On en gardera longtemps une certaine fierté, de Cherbourg à Coutances : «Du Cotentin sortit la lance, qui renversa le roi de France», rapporte le poète Wace au XIIe siècle.

Le parti des insurgés se fissure enfin. Hamon est retrouvé raide mort. Prit de panique, Renouf jette ses armes et détale à fond de train, entrainant d'autres lâches dans son sillage. Neel tient encore valeureusement et gagne le surnom de «Tête de Faucon», mais doit finalement se résoudre à abandonner la lutte. Rien ne peut désormais empêcher la défaite. Les vaincus se débandent en direction de l'Orne et tentent de traverser le fleuve par le gué d'Athis, situé non loin d'Allemagne (aujourd'hui Fleury-sur-Orne). Certains sont emportés par les eaux. Les corps noyés s'amoncellent dans le bief d'un moulin construit en aval. Pour le jeune duc, le triomphe est total.

Les chefs des conjurés connaissent des fortunes diverses. Neel vit de longues années d'exil en Bretagne. On ne sait pas grand chose du sort de Renouf, mais il reparaît à la cour quelques années plus tard. Au soir de la bataille, Gui de Bourgogne décampe vers son château de Brionne et y soutient un long siège, avant de devoir rendre les armes et quitter la région. Grimout tente pour sa part de rejoindre sa forteresse du Plessis, les fidèles de Guillaume sur ses talons. On l'aperçoit alors qu'il franchit l'Orne, non loin de Caumont.

«Bonne nouvelle» s'exclament les chevaliers du duc flairant sa piste. Une chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle sera plus tard édifiée au sommet de la colline dominant l'endroit. Capturé, Grimout est emmené à Rouen, où il mourra opportunément au fond de sa prison.

Avec la victoire du Val-ès-Dunes, Guillaume devient pleinement duc de Normandie.


Publié ou mis à jour le : 2019-11-07 19:02:39

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net