Ve République - Vague rose à l’Élysée - Herodote.net

Ve République

Vague rose à l’Élysée

Le 10 mai 1981, en France, un président socialiste est élu au suffrage universel.

C'est un événement politique mais aussi un bouleversement culturel pour le palais de l'Élysée, qui n'avait pas connu d'alternance politique depuis les débuts de la Ve République, deux décennies plus tôt.

Car derrière François Mitterrand, c'est toute la gauche, avec ses convictions, ses ambitions et ses secrets qui se retrouve soudain sous les dorures de la Ve République. Ambiance épique d'un début de règne.

Après avoir voté à Château-Chinon, son fief de la Nièvre, le candidat François Mitterrand (64 ans) l'a emporté avec près de 52% des voix face au président sortant Valéry Giscard d'Estaing (55 ans).

Il quitte l'auberge du Vieux-Morvan et rentre à Paris à tombeau ouvert pour retrouver son état-major au siège du parti socialiste, rue Solferino. Le nouveau président et son chauffeur, le fidèle Pierre Tourlier, entonnent L'Internationale, tandis que Danielle Mitterrandfredonne sur le siège arrière.

Le 21 mai suivant, à 9 heures tapantes, la voiture du nouveau président pénètre lentement dans la cour d'honneur de l'Élysée.

L'hôtel de la favorite

Le palais de l'Élysée est la résidence officielle des présidents de la République depuis... Louis-Napoléon Bonaparte (1848).

Cet hôtel particulier de style classique, «entre cour et jardin», donne d'un côté sur la rue du faubourg Saint-Honoré, de l'autre sur les jardins des Champs-Élysées. Il a été construit en 1720 pour le comte d'Évreux.

À sa mort, en 1753, le roi Louis XV l'achète pour l'offrir à sa favorite, la marquise de Pompadour. Il est plus tard habité par le maréchal Joachim Murat et son épouse Caroline, soeur de l'Empereur. Celle-ci ne craint pas d'y recevoir son amant, le général Andoche Junot...

Fin de la récréation

L'heure est solennelle, grave, historique, notera Tourlier dans ses mémoires. François Mitterrand affiche le masque du sphinx, impavide et hiératique, lorsqu'il monte les marches du palais et rejoint le président sortant pour s'isoler avec lui cinquante minutes en tête à tête et recevoir les codes de sûreté nucléaire.

L'ambiance est tendue : la France perd plus de 700 millions de dollars en devises par jour - le franc est attaqué de toutes parts, les capitaux fuient en Suisse - et les militants socialistes ont demandé un inventaire des pièces de valeur du palais avant le départ de VGE pour éviter les disparitions fortuites !


Épisode suivant Voir la suite
• 7 janvier 1957 : pouvoirs spéciaux à Massu
Publié ou mis à jour le : 2019-06-26 08:13:09

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net