Boniface (672 - 754) - L'évangélisateur de la Germanie - Herodote.net

Boniface (672 - 754)

L'évangélisateur de la Germanie

Né en Angleterre au début du Moyen Âge, vers 675, sous le nom de Winfrid (on écrit aussi Wynfrith), le futur évangélisateur de la Germanie devient moine, prêtre et savant réputé.

Le pape Grégoire II reconnaît ses dons d'organisateur et lui confie en 719 la mission d'évangéliser les rudes païens d'outre-Rhin (les Saxons). Il le place sous la protection de Charles Martel, le grand-père du futur Charlemagne, de la puissante famille des Pippinides.

Prenant le nom de Boniface (un martyr des temps anciens), il accomplit de premières missions d'évangélisation dans la Hesse et la Thuringe et multiplie les fondations religieuses, la plus célèbre étant l'abbaye de Fulda.

Le pape lui facilite la tâche en lui conférant le titre d'archevêque et celui de légat en Germanie. Avec le pallium, Boniface acquiert le droit d'investir lui-même des évêques. En 739, il préside un concile en Bavière avec le duc Odilon en vue de réorganiser l'épiscopat local. Surmontant l'opposition de l'évêque de Mayence, qui craint la concurrence, il fonde trois évêchés : Wurzbourg en Franconie ; Burabourg en Hesse ; Erfurt en Thuringe.

Boniface, fondateur involontaire de la féodalité

À la mort de Charles Martel, en 741, Carloman, son fils aîné, qui a reçu en héritage l'Austrasie, la Souabe et la Thuringe, demande à Boniface de réformer également l'Église franque. Il le nomme métropolitain d'Austrasie (la région d'entre Meuse et Rhin).

Boniface convoque un concile en 742 puis en 743. À cette occasion, le sort des biens d'Église octroyés par les Pippinides à leurs clients est réglé par la reconnaissance d'un cens dérisoire à payer à l'Église et l'engagement des bénéficiaires de servir le roi en contrepartie... Les historiens voient dans cette disposition le premier exemple d'un engagement personnel de type vassalique des propriétaires terriens envers le roi et une amorce de la féodalité.

Devenu archevêque de Mayence, Boniface a l'honneur de conférer l'onction royale à Pépin le Bref, frère cadet de Carloman, après que ce dernier se soit retiré au monastère du Mont Cassin. Mais, insatisfait, il reprend son bâton de pasteur pour convertir les redoutables Frisons. Le vieil homme trouve la mort avec 52 compagnons le jour de la Pentecôte 754 (5 juin), près de Dokkum, dans la Frise.

On a pu dire de Boniface que, sans son action civilisatrice auprès des Saxons et des Francs, «Charlemagne n'eut pas été possible» (*)...


Épisode suivant Voir la suite
• 3 octobre 1226 : mort de François d'Assise
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net