Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
>
Les assassinats célèbres
• 15 mars 44 av. J.-C. : César : «Tu quoque, mi fili»
• 10 juillet 1584 : Guillaume 1er d'Orange-Nassau, dit le Taciturne
• 14 mai 1610 : Henri IV
• 13 février 1820 : le duc de Berry
• 14 avril 1865 : Abraham Lincoln
• 13 mars 1881 : Alexandre II Romanov
• 24 juin 1894 : Sadi Carnot
• 29 juillet 1900 : Humbert 1er : «les risques du métier !»
• 14 septembre 1901 : William McKinley
• 10 juin 1903 : Alexandre 1er Obrenovitch et Draga Machin
• 6 mai 1932 : Paul Doumer
• 9 octobre 1934 : Alexandre 1er de Yougoslavie
• 30 janvier 1948 : Mahatma Gandhi
• 22 novembre 1963 : John Fitzgerald Kennedy
• 4 avril 1968 : Martin Luther King
• 6 octobre 1981 : Sadate triomphe et meurt (vidéo)
• 31 octobre 1984 : Indira Gandhi
• 29 juin 1992 : Boudiaf, espoir trompé
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

Assassins politiques

Les anarchistes et les « justiciers »


Les rangs des loups solitaires comptent un grand nombre d’anarchistes, notamment italiens. Leur « tableau de chasse », bien fourni, exprime avant tout leur volonté acharnée d'abattre toute forme de pouvoir, par essence source d'oppression à leurs yeux.

Tel n’est pas le cas des fanatiques. Au nom de la défense de la liberté ou pour protéger des vies, ils ne cherchent pas à détruire l’autorité mais à supprimer un dirigeant qui commet une infamie en s’appuyant sur le pouvoir de l’État. Se voyant en « justiciers », ces loups se déclarent animés par une cause et sont prêts à se sacrifier. Les exemples, là encore, abondent.

Gaetano Bresci tire sur le roi Humbert Ier et le tue le 29 juillet 1900 à Monza, linkiesta, DR.

Les anarchistes de la Belle Époque

Durant la Belle Époque, pas moins de sept loups solitaires se revendiquant de l’anarchisme, en majorité des Italiens, ont assassiné des personnalités publiques au nom de leur cause.

- Caserio, l’assassin de Sadi Carnot

Le premier à parvenir à ses fins est un boulanger lombard : Sante Geronimo Caserio.

Procès de Sante Geronimo Caserio, Frédéric Théodore Lix, Le Petit Journal illustré, 30 juillet 1894.Déserteur, il fuit l’Italie et s’installe en France où il ambitionne d’accomplir un exploit retentissant pour la cause de l’anarchisme.

Le 24 juin 1894, profitant de la venue à Lyon du président de la République, Sadi Carnot, à l'occasion de l'exposition universelle, internationale et coloniale, Caserio assassine le chef de l’État, en le poignardant avec un couteau au manche rouge et noir (couleurs de l'anarchie), alors que celui-ci quitte un banquet par une sortie dérobée.

Le président français était dans la ligne de mire des anarchistes pour avoir refusé de gracier Auguste Vaillant, condamné à mort quelques mois plus tôt pour l’attentat de la chambre des députés.

Lors de son procès, Caserio refuse de plaider la folie et assume sans aucun regret son geste, déclarant notamment : « Nous répondons aux gouvernements avec la dynamite, la bombe, le stylet, le poignard. En un mot, nous devons faire notre possible pour détruire la bourgeoisie et les gouvernements ». Condamné à mort, il est guillotiné le 16 août 1894. (...)


Épisode suivant Voir la suite
• Agents sous influence
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2017-11-26 00:54:44

Suivez Herodote.net sur twitter
Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

À qui devons-nous les notes de musique ?

Réponse
Publicité