Toute l'Histoire en un clic
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
Ami d'Herodote.net
 
>> 8 février 1807
Napoléon 1er et la Russie
Retraite de Russie
• 8 février 1807 : bataille d'Eylau
• 14 juin 1807 : bataille de Friedland
• 7 juillet 1807 : traité de Tilsit
• 27 septembre 1808 : convention d'Erfurt
• 24 juin 1812 : campagne de Russie
• 7 septembre 1812 : bataille de Borodino ou de la Moskova
• 15 septembre 1812 : incendie de Moscou
La campagne de Russie en 1812
Toute l'Histoire en un clic
Publicité

8 février 1807

Du sang dans la neige à Eylau


Le 8 février 1807, à Eylau, Napoléon 1er affrontait les Russes dans la bataille la plus sanglante et la plus indécise de son épopée.

Boucherie au cimetière

Après la mise hors jeu des Autrichiens à Austerlitz (1805) et des Prussiens à Iéna (1806), il ne restait que les Russes pour s’opposer à l’Empereur sur le Continent.

La Grande Armée, après une entrée triomphale à Berlin puis à Varsovie, se met à leur poursuite dans les plaines gelées de la Prusse orientale. Le harcèlement de l’ennemi s’ajoute à la morsure du froid et aux difficultés de ravitaillement.

Enfin, au pied du village d’Eylau, les 60 000 Russes du général Bennigsen se présentent en ordre de bataille. Napoléon 1er engage le combat dès le matin avec 40 000 soldats. Ney et ses hommes doivent le rejoindre incessamment.

Les troupes de Davout et Augereau se jettent sur l’ennemi et tout se passe pour le mieux jusqu’au moment où survient une violente tempête de neige. Les Français sont désorientés.

Quand arrive l’éclaircie, les Russes découvrent une brèche dans le dispositif français. Ils se ruent jusqu’à la butte d’Eylau. Là, près du cimetière et de l’église, se tient l’Empereur.

Napoléon n’est sauvé que par la folle charge des cavaliers de Murat. On s’étripe jusque dans le cimetière. L’arrivée de Ney, à la fin de la journée, évite une déconfiture à la Grande Armée.

Les Russes s’attribuent la victoire même si les Français restent maîtres du terrain. Bilan : 40 000 morts et blessés. L’Empereur, sincèrement ému, mesure pour la première fois le coût de la guerre.

Le 14 février, encore sous le choc, Napoléon 1er écrit à l'impératrice Joséphine : «Je suis toujours à Eylau. Ce pays est couvert de morts et de blessés. Ce n'est pas la plus belle partie de la guerre. L'on souffre et l'âme est oppressée de voir tant de victimes».

Comme ses troupes sont épuisées, et lui-même tout autant, l'Empereur prend ses quartiers d'hiver sur place, en Prusse orientale, et attend le printemps pour repartir en campagne.

Il remportera alors sur les Russes, à Friedland, la victoire incontestable dont il avait besoin pour briser la quatrième coalition (il y en aura sept au total !).


Épisode suivant Voir la suite
• 14 juin 1807 : bataille de Friedland
Version intégrale pour les amis d

Publié ou mis à jour le : 2016-05-17 09:52:18

Offrez-vous quelques minutes d'évasion
avec Les Chroniques d'Herodote.net

Adhérez aux Amis d'Herodote.net

D'où vient le mot bicoque ?

Réponse
Publicité