Diplomatie française

Le monde selon Emmanuel Macron

29 octobre 2023. Emmanuel Macron est allé en Terre Sainte près de trois semaines après les pogroms commis par le Hamas après Olaf Scholz (Allemagne), Joe Biden (États-Unis) et Rishi Sunak (Royaume-Uni). Le président français a éprouvé une nouvelle fois la difficulté de faire entendre la voix de la France dès lors que celle-ci ne se perçoit plus comme un État pleinement souverain mais comme contrainte de naviguer de concert avec l’Allemagne dans le sillage de Washington, au sein d’un monde redevenu bipolaire : « Occident collectif » contre « Sud global ».

Emmanuel Macron naît le 21 décembre 1977, tandis que bascule un ordre mondial fondé depuis trois siècles sur l’hégémonie des nations occidentales.

À Chicago, le professeur d’économie Milton Friedman triomphe de feu John M. Keynes et impose le néolibéralisme comme horizon politique (dico). Ses disciples Ronald Reagan et Margaret Thatcher se disposent à mettre en pratique ses thèses (« L'État n'est pas la solution à notre problème ; l'État est le problème », déclare le président américain le 20 janvier 1981).

La Communauté européenne encaisse les chocs pétroliers de 1973 et 1978. Vingt ans après le traité de Rome de 1957 qui l’a mise en place, ses promoteurs songent à aller plus loin et se prennent à rêver à un ordre postnational. Simone Veil prend en 1979 la présidence du premier Parlement européen élu au suffrage universel.

L’Amérique tourne la page douloureuse du Vietnam. Dans le même temps, l’URSS sclérosée de Leonid Brejnev est sur le point d’intervenir en Afghanistan où elle va creuser sa tombe… L’islamisme radical, surgi à Téhéran en 1978 et La Mecque en 1979, va y trouver l’occasion de faire ses armes.

Peu d’observateurs s’attardent alors sur un autre basculement : dans tous les pays développés, en Occident comme au Japon, l’indice de fécondité est tombé en 1973 en-dessous du seuil nécessaire au strict renouvellement de la population.  C’est sans précédent en temps de paix dans la longue Histoire de l’humanité.

Dans les autres pays, la croissance démographique demeure forte du fait de la baisse de la mortalité infantile mais la fécondité (dico) commence aussi à décliner, sauf en Afrique subsaharienne. Corrélativement, il s’ensuit un début de migration des pays à forte croissance démographique vers les pays en voie de vieillissement et dépeuplement.

Voilà le contexte dont va se nourrir le jeune futur président de la République, aux antipodes du « roman national » dans lequel ont baigné ses prédécesseurs. Les plus jeunes, Nicolas Sarkozy et François Hollande, avaient ainsi grandi au « bon vieux temps des colonies » et du général de Gaulle...

Enfant de la bourgeoisie provinciale, élève doué, Emmanuel Macron devient inspecteur des finances à sa sortie de l’ENA. L’essayiste Jacques Attali le sort de l’anonymat en l’associant à la rédaction de son rapport 300 décisions pour changer la France (2008). Puis, sur les conseils d’un autre essayiste en vue, Alain Minc, il devient banquier d’affaires chez Rothschild.

Enfin, sitôt après l’élection de François Hollande en 2012, il devient secrétaire général adjoint de l’Élysée. C’est ainsi que, dès le 19 juin 2012, au sommet du G20 à Los Cabos (Mexique), il se frotte au gratin de la planète. Le 26 août 2014, à 36 ans, il devient ministre de l’Économie dans le gouvernement de Manuel Valls. Il en démissionnera deux ans plus tard, le 30 août 2016, pour s’engager dans la campagne présidentielle.

Il est alors le plus jeune des onze candidats et aussi le seul partisan d’une « souveraineté européenne » dans le prolongement du traité de Maastricht (1992), ceci - sa jeunesse - expliquant peut-être cela - son « européisme » fervent -. Les autres candidats s’affichent à des degrés divers « souverainistes » (dico), autrement dit partisans d’une Europe des nations plus conforme au traité de Rome (1957).

Emmanuel Macron n’en est pas moins élu grâce à un heureux concours de circonstances (défection d’Alain Juppé, disqualification bienvenue de François Fillon, qualification de Marine Le Pen au second tour).

Dès lors, en dépit des aléas de parcours, toute sa politique extérieure va se conformer à sa vision personnelle du monde.

Un président en phase avec la génération postnationale

Encore candidat, Emmanuel Macron déclare le 4 février 2017 : « Il n'y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse ». Le 21 février suivant, à Londres, il réitère ces propos en affirmant qu'« il n'y a pas de culture française » et qu'il n'a jamais vu l'« art français » !

De fait, le futur président n'éprouve pas de nostalgie pour l’Histoire et le patrimoine comme les anciennes générations (dont fait partie l’auteur de ces lignes). Mais il est séduit et pénétré par les mœurs américaines comme la plupart des jeunes diplômés de sa génération.

Parfaitement à l’aise dans l’économie mondialisée, maîtrisant à la perfection l’anglo-américain, il affiche le 13 avril 2017, devant un cénacle d’entrepreneurs réunis au palais Brongniart (l’ancienne Bourse de Paris) sa volonté de faire de la France une « nation de start-up » tout en reconnaissant l’impossibilité de bâtir un « Google européen », autrement dit l’impossibilité de rivaliser d’égal à égal avec le grand frère d’Amérique.

Après son élection, Emmanuel Macron se prête à une cérémonie pleine de majesté dans la cour du Louvre le 14 mai 2017. Elle est ouverte par l’hymne européen et clôturée par la Marseillaise. Anecdote signifiante : il écoute celle-ci la main sur le cœur à l’image des présidents américains et non les bras sur le côté selon le protocole français habituel.

La suite montre que son « américanisation » ne se réduit pas à la gestuelle : le 22 mai 2018, il rejette le Plan banlieues de Jean-Louis Borloo en lançant : « Ça n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport. » Du jamais vu en France où, à la différence des États-Unis, la classe politique n’a jamais distingué les citoyens selon leur couleur de peau.

Le président se montre par ailleurs lucide sur les enjeux démographiques comme l’atteste la même année son commentaire du livre de Stephen Smith : La ruée vers l’Europe. La jeune Afrique en route pour le Vieux Continent (Grasset, 2018), estimant que l’auteur a « formidablement bien décrit » les migrations africaines.

Une voix qui peine à se faire entendre

Sans trop d’illusions, Emmanuel Macron va éprouver tout au long de sa présidence les plus grandes difficultés à faire entendre la voix de la France et plus encore à maintenir son statut de grande puissance dans le nouveau contexte géopolitique : une Europe alignée sans état d’âme sur le protecteur américain ; le reste du monde globalement méfiant ou hostile à l’égard de Washington.

Cette nouvelle bipolarisation n’empêche que toute la planète a rendu les armes devant le soft power américain et chacun ou presque ne jure plus que par Hollywood, Coca Cola, Netflix et le globish (anglais d’aéroport).

- Vladimir Poutine et Emmanuel Macron :

Emmanuel Macron débute sa présidence par un coup d’éclat avec l’invitation du président russe à Versailles le 29 mai 2017 au prétexte d’inaugurer une exposition sur Pierre le Grand. En pleine période de tension entre la Russie et les États-Unis sur l’Ukraine et la Syrie, il croit encore possible de se poser en médiateur.

Mais d’après le témoignage du photographe Jean-Claude Joucausse (Le Monde), le tout jeune président français a voulu « se la jouer » face à Vladimir Poutine en le traitant en « dominé ». Le match retour se joua le 7 février 2022 quand Emmanuel Macron se rendit au Kremlin pour tenter de désamorcer la guerre imminente en Ukraine. Son homologue russe le contraignit à prendre place à l’extrémité d’une table de six mètres : pas facile de s’entendre dans ces conditions !

Après l’invasion de l’Ukraine, le 24 février 2022, le président français tenta malgré tout de maintenir un contact téléphonique avec le Kremlin, de concert avec le chancelier allemand, soucieux de préserver ses approvisionnements en gaz russe.

Cela valut à l’un et à l’autre de sévères remontrances de la part des dirigeants polonais, devenus les plus sûrs soutiens de l’Ukraine en Europe. Sourde revanche pour ces derniers. En août 2017, lors d’un différend avec Paris sur le statut des travailleurs détachés, ne s’étaient-ils pas entendus dire par le président français : « La Pologne n'est en rien ce qui définit le cap de l'Europe » ?

Après l’échec des discussions russo-ukrainiennes d’Istanbul, en mars 2022, la France n’eut d’autre choix que de s’aligner sur l’axe Washington-Londres-Varsovie sans espoir de peser sur le conflit.

Il paraît alors loin le temps où Emmanuel Macron, irrité par l'inaction de ses alliés face aux agissements de la Turquie en mer Égée, déclarait l’OTAN « en état de mort cérébrale ».  C’était le 7 novembre 2019. Lui-même n’hésitait pas à envoyer des navires de guerre patrouiller dans la mer Égée pour prévenir une agression de la Grèce par la Turquie.

Au-delà des apparences, la suite lui a donné raison… L’OTAN entretient l’illusion que les Européens sont acteurs de leur sécurité. Dans les faits, ils s’en remettent complètement au Pentagone de leur sécurité… comme autrefois les cités de la Ligue de Délos s’en remettaient à la flotte athénienne pour les protéger de l’assaillant perse. Dans la guerre d’Ukraine, c’est le Pentagone qui arme pour l’essentiel les Ukrainiens, les entraîne, les renseigne avec ses satellites, etc.

- Donald Trump et Emmanuel Macron :

De cette réalité, Emmanuel Macron n’a pas tardé à s’accommoder. Avec Donald Trump, qui a accédé comme lui à la présidence en 2017, il a d’abord tenté d’alterner séduction et virilité comme avec Vladimir Poutine.

Ce fut d’abord, au sommet de l’OTAN à Bruxelles, le 24 mai 2017, une poignée de main musclée et prolongée, les yeux dans les yeux ! Puis, le 1er juin 2017, sitôt après l’annonce par Donald Trump du retrait unilatéral des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat (COP 21), une déclaration solennelle du président français, à l’Élysée, en (bon) anglais. Il appelle (sans beaucoup de succès) les scientifiques américains à poursuivre en France leur travaux sur l’enjeu climatique et conclut par ces mots qui reprennent le slogan de campagne de Donald Trump : « Make our Planet Great Again ».

Les deux hommes ne se fâchent pas pour autant. Invité à assister au défilé du 14 juillet 2017 sur les Champs-Élysées, Donald Trump en sort ébloui et se promet de faire la même chose chez lui ! Mais l’éclaircie ne dure pas…

Le 15 septembre 2021, l’Australie annonce rompre un contrat de 56 milliards d’euros passé auprès de la France pour la livraison de sous-marins conventionnels construits par Naval Group, au profit de sous-marins construits par les États-Unis dans le cadre d’une nouvelle alliance (Aukus) incluant également la Grande-Bretagne. C’est un coup dur pour le gouvernement français qui rappelle son ambassadeur à Canberra. La France se voit exclue du Pacifique bien que présente dans cette moitié du monde à travers ses territoires de Nouvelle-Calédonie et Polynésie.

Les tribulations d’Emmanuel Macron dans l’Empire du Milieu ne vont pas arranger les rapports entre la Maison Blanche et l’Élysée.

- Xi Jinping et Emmanuel Macron :

En janvier 2018, lors de sa première visite à Xi’an, le berceau de la civilisation chinoise, le président avait joliment dit en chinois : « Il faut rendre de nouveau notre planète grande et belle ».

Escorté des habituels entrepreneurs français, il caressait alors l’espoir de convertir le président chinois Xi Jinping aux vertus de la « transition énergétique »… et aux mérites des technologies hexagonales. Rien que de très légitime à cela.

Mais quelques années plus tard, la tempête se lève en mer de Chine et Pékin multiplie les exercices navals afin d’intimider Taïwan et affirmer sa suprématie sur la région. Washington réaffirme son soutien à Taïwan et se montre prêt à une intervention militaire si cela devient nécessaire.

Emmanuel Macron juge alors nécessaire de se démarquer de l’affrontement en gestation. Le 9 avril 2023, au terme d’une nouvelle visite officielle en Chine, il déclare au site américain Politico et au quotidien Les Échos : « La pire des choses serait de penser que nous, Européens, devrions être suivistes sur ce sujet et nous adapter au rythme américain et à une surréaction chinoise. Pourquoi devrions-nous aller au rythme choisi par les autres ? À un moment donné, nous devons nous poser la question de notre intérêt. »

Son propos est aussitôt fustigé dans les chancelleries européennes et bien sûr à Washington, jusqu’à ce que les diplomates viennent le tempérer : « Le propos porte sur une chose : la souveraineté européenne. Le président de la République n'a pas dit que nous ne nous préoccuperions pas de la sécurité de Taïwan, il n'a pas justifié la politique chinoise vis-à-vis de Taïwan, il a dit que l'Europe devrait souverainement déterminer quels seraient ces intérêts. »

- Emmanuel Macron et « l’Orient compliqué » :

Le président français s’est rendu une première fois à Jérusalem les 22-23 janvier 2020 afin de participer au cinquième Forum mondial sur la Shoah, au mémorial de Yad Vashem, pour le 75e anniversaire de la libération des camps. Il a alors curieusement réédité en forme de comédie l’incartade de son prédécesseur en 1996…

Pour le reste, ce déplacement ne laissa pas de trace. Pas plus que les déplacements au Liban les 6 août 2020 et 1er septembre 2020 suivants, après l’explosion du port de Beyrouth. Il déclare après la rencontre de son homologue Michel Aoun : « J’attends des autorités libanaises des réponses claires sur leurs engagements : l’État de droit, la transparence, la liberté, la démocratie, les réformes indispensables… »

Ces paroles ont été immédiatement perçues comme une forme de paternalisme déplacée et anachronique. Nous n’en sommes plus au temps où de Gaulle pouvait tancer les uns et encourager les autres, à Phnom-Penh, Montréal ou ailleurs !

- Emmanuel Macron et l’Afrique :

Sur le continent africain, ancienne chasse gardée de la France, les déconvenues se révèlent plus criantes encore. Le travail de sape engagé sous les présidences de Nicolas Sarkozy et François Hollande aboutit à son terme sous celle d’Emmanuel Macron.

Bien que n’ayant rien à se reprocher sur le continent, hormis la douloureuse guerre d’indépendance de l’Algérie, la France a perdu tout son crédit tant en Afrique du nord qu’en Afrique sahélienne et même en Afrique centrale, au point de se voir rejetée au profit de « protecteurs » aussi contestables que la Russie et la Chine !

En Afrique du nord, le président français échoue dans sa tentative de se raccommoder avec les gouvernants algériens tout en « réussissant » à se brouiller avec le roi du Maroc, faisant mentir l’adage selon lequel « les ennemis de mes ennemis sont mes amis ! »

Dans le Sahel, en novembre 2017, il fait bouillir les réseaux sociaux par son attitude jugée méprisante à l’égard du président burkinabé lors d’une conférence de presse à Ouagadougou. Il doit enfin valider le 15 août 2022 la fin de l’opération Barkhane engagée au Mali par son prédécesseur… Aussi peut-il assurer à Libreville, le 2 mars 2023 : « L’âge de la Françafrique est bien révolu ! »

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2023-11-01 12:47:02
Rémy Volpi (02-11-2023 20:33:57)

Merci Monsieur Larané d'avoir pris la peine de me répondre. S'agissant de Voltaire, je ne voulais que me référer à une citation, qui fût-elle apocryphe, n'en est pas moins percutante. Quant à ... Lire la suite

Rémy Volpi (01-11-2023 13:07:56)

Je rebondis sur le commentaire de Castel. Mais préalablement je tiens à souligner l'élégance d'André Larané, qui, tel Voltaire, bien que nous soyons en désaccord, me laisse dire. C'est là le f... Lire la suite

Castel (31-10-2023 21:53:30)

J'admire le talent et la modération d'André Larané et penche pour KAFO plutôt que pour VOLPI. En réalité la gouvernance Macron aura été une catastrophe pour la France exsangue à force de tir... Lire la suite

mcae.fr (31-10-2023 17:32:10)

Votre présentation du monde, « à l’époque Macron », s’aligne sur la vision officielle de l’Occident. Ce qui me gène, c’est qu’elle occulte des réalités qui sont à l’origine de... Lire la suite

Castel (30-10-2023 21:20:58)

J'admire le talent et la modération d'André Larané et penche pour KAFO plutôt que pour VOLPI. En réalité la gouvernance Macron aura été une catastrophe pour la France exsangue à force de tir... Lire la suite

KAFO (30-10-2023 15:26:15)

Que dire de plus?! Ce bilan exact est affligeant et il ne concerne que le volet extérieur. Au plan intérieur nous avons les Gilets Jaunes, les émeutes de banlieues, un islamisme délirant qui progr... Lire la suite

orace369 (30-10-2023 14:24:07)

Je note que peu réclament des sanctions à l'encontre des présidents qui ont fait foirer... Depuis De Gaulle, y compris lui-même. Et puisque nous avons tout foiré en Afrique, pourquoi continuons-n... Lire la suite

de Haas (30-10-2023 13:41:14)

Monsieur Macron disparaïtra dans l'histoire sans avoir laissé de trace et sans avoir fait d'impression tout en croyant qu'il fut important.

Vialclerc (30-10-2023 11:31:22)

C'est un article à charge, sévère, avec des accents populistes, qui ne présente pas d' option alternative claire autre, semble t il, que l'indépendance nationale dont on a vu ce qu'elle a donné ... Lire la suite

jver (30-10-2023 06:49:25)

Assez complet, bien qu'y manquent quelques croustillants détails comme la pantalonnade de la Fête de la Musique, bien que manquent surtout l'écroulement et la vente de nos fleurons industriels cont... Lire la suite

Philippe MARQUETTE (30-10-2023 03:38:02)

Je me contenterai de d’écrire ici que M. Macron représente l’avenir de la France, à savoir la fin d’une nation qui a éclairé le monde et qu’il s’acharne à détruire méthodiquement. I... Lire la suite

Leroux (29-10-2023 20:35:25)

Je vous trouve tous bien sévère avec notre actuel président. Evacuons l'imperfection de son anglais, sans doute mais c'est encore lui depuis le Général De Gaulle qui pratique le moins mal la lan... Lire la suite

Binnendijk (29-10-2023 20:20:21)

Avec Hollande, nous avions cru toucher le fond.
Macron nous a prouvé que non.

LONGUET (29-10-2023 19:01:40)

Il se la pète, tout simplement. Chirac avait un superbe ministre des affaires étrangères, Dominique de Villepin, qui nous a éloigné de l'engagement avec les américains en Irak. Merci à lui. E... Lire la suite

Bertrand (29-10-2023 15:36:44)

Feu les « démocraties » occidentales ne sont plus que les caricatures d'elles-mêmes. Des candidats improbables, quasi inconnus un an plus tôt, sont propulsés au-devant de la scène du jour au le... Lire la suite

Maud (29-10-2023 15:16:03)

A l'évidence mon précédent commentaire manquait de pédagogie. Beautiful en anglais : traduction littérale beau belle. Un bel homme une belle femme, traduction scolaire. En fait accolé à "woman"... Lire la suite

pdep (29-10-2023 14:51:02)

À ajouter: il remercie le Premier Ministre australien en 2018 en ajoutant au compliment «  your delicious wife ».
Encore de l’Anglais de cuisine!!

Journot (29-10-2023 13:56:14)

Bonjour, je suis globalement d'accord avec cette analyse qui est de grande qualité. Nuancer le propos serait sans doute l'affaiblir... OK. Le président démontre combien l'expérience compte en pol... Lire la suite

GARIBAL Gilbert (29-10-2023 12:47:35)

Merci Monsieur Larané pour ce "portrait" de notre Président de la République actuel au fil d'une analyse géo-politique remarquable ! Cordialement.

Rémy Volpi (29-10-2023 11:27:12)

Partisan de la souveraineté européenne, Emmanuel Macron est dans le vrai. Paul-Henry Spaak ne disait-il pas à la fin des années 1940 "qu'il n'y plus de grands pays en Europe [il voulait dire ayant... Lire la suite

Maud (29-10-2023 10:32:50)

"Il maitrise parfaitement l'anglais". J'apporterai une nuance, il parle bien anglais et s'applique à user de cette langue même dans ses voyages officiels à l'étranger. Mais lorsque lors d'un dîne... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net