L'Histoire à l'école - Antiquité : la Gaule et les Gaulois - Herodote.net

L'Histoire à l'école

Antiquité : la Gaule et les Gaulois

Présentation

À l’école primaire, le programme commence avec l’entrée de notre territoire dans «l’Histoire», c’est-à-dire avec l’arrivée des Grecs et des Celtes (appelés Gaulois par les Romains) et, plus encore, avec la lutte entre Gaulois et Romains, la romanisation et la christianisation de la Gaule (IO 2007).

Herodote.net au service des maîtres

Retrouvez l'essentiel du programme dans les synthèses suivantes :

- Sumer invente l'écriture
- La Gaule et les Gaulois avant César
- La guerre des Gaules
- Les débuts du christianisme et la foi chrétienne
- L'empire romain en crise

Vous pouvez parler à vos élèves de l'aventure de l'écriture et de l'alphabet à travers les Phéniciens, Champollion ou encore l'épopée de Gilgamesh.

Vous pouvez aussi les passionner avec le récit de la fondation de Lyon.

Points forts commentés
Les Celtes, la romanisation de la Gaule, la christianisation du monde gallo-romain

Une civilisation est un ensemble de sociétés ayant en commun des éléments sociaux et culturels.

La civilisation celtique se répand en Europe aux IXe et VIIIe siècles avant notre ère. L'Histoire des Celtes reste obscure pour les périodes les plus reculées (à partir de 1250 av. J.-C.), l’archéologie évoque la «civilisation des champs d’urnes» avec la présence en Europe centrale de nombreuses urnes funéraires puis détermine deux périodes, l’Hallstatt (vers 800 av. J.-C.), passage du bronze au fer dans l’armement, principautés avec une aristocratie de cavaliers, s’organisant autour de sites fortifiés, les oppidum (tombe de Vix) et la Tène, deuxième âge du fer, au Ve siècle, de nouvelles vagues de migrations, un phénomène lent et continu, une expansion accrue de cette civilisation protohistorique de l’âge du fer.

Les Celtes sont des conquérants qui n’hésitent pas à attaquer vers 390 av. J.-C. les civilisations étrusque et grecque et Rome, avec lesquelles ils ont par ailleurs de nombreux liens commerciaux. Cette civilisation qui n’a pas d’écriture propre mais qui utilise l’alphabet grec est connue par l’archéologie et les sources écrites romaines et grecques, nombreuses et contemporaines des Celtes libres, appelés Gaulois par les Romains, Galates par les Grecs : Diodore de Sicile, Arrien, Strabon, César ; plus tard, Pline l’Ancien, Plutarque et au IVe de notre ère le chrétien issu d’une famille gauloise, Ausone.

Les caractéristiques de cette civilisation

La société celte est hiérarchisée avec au sommet une aristocratie de cavaliers, des chefs religieux, les druides qui transmettent un savoir oral et le peuple soumis et imposé d’agriculteurs (éleveurs, producteurs de céréales, de légumes), d’artisans (potiers, métallurgistes réputés, charrons) et de commerçants. Ils vivent dans des villages, des villes fortifiées comme Bibracte, les grandes maisons sont en bois et torchis mais dans les villes la pierre est aussi utilisée.

Leurs vêtements sont cousus, donc différents du vêtement antique drapé. Pantalons, les braies, tunique et cape à capuchon, très colorés avec rayures ou carreaux. La nourriture est variée, viandes rôties ou bouillies, salaisons, laitages, légumes (lentilles, navets, choux…), ils boivent de la cervoise à base d’orge et les plus riches achètent du vin.

Les Gaulois sont en contact avec le fait monétaire par la colonisation grecque (Marseille, Agde, Nice) à l’ouest de la Méditerranée et au II siècle av. J.-C. environ soixante peuples frappent leurs monnaies. Après la fin de la conquête (chute d’Alésia, 52 av. J.-C.) ces monnaies continuent à circuler car les monnaies romaines sont trop peu nombreuses pour répondre aux besoins.

La religion gauloise

Les Celtes sont polythéistes, ils adoraient de nombreuses divinités qui sont, à l'origine, des dieux de la végétation, de la guerre et en même temps des divinités tutélaires (protectrices). les auteurs antiques (César, Diodore de Sicile, Strabon, etc.) ont procédé à des descriptions souvent précises des rites religieux et des lieux où ils se déroulent : ils parlent d'enclos sacrés, de temples, l’archéologie nous permet de mieux comprendre ces lieux et les rites qui s’y pratiquent (sanctuaire de Gournay sur Aronde, près de Compiègne, sanctuaire de Mirebeau, à l’est de Dijon).

Les inhumations se font dans des tombes à tumulus individuelles ou multiples selon l’importance du personnage. Le guerrier est inhumé avec sa grande épée, son rasoir, son torque autour du cou, son service à boire.

Pourquoi et comment la Gaule a-t-elle été conquise ?

C'est une véritable politique d'expansion méditerranéenne qui est menée par Rome entre la fin du IIIe et le Ier siècle avant JC. Poussés par des généraux et des financiers en quête de nouveaux marchés, les sénateurs donnent leur accord à plusieurs expéditions en Méditerranée orientale (Asie Mineure, Égypte…) et en Méditerranée occidentale (Afrique du Nord et Gaule). Le sud de la Gaule (sauf le sud-ouest) est conquis dès le IIe siècle av. J.-C.. C’est la Narbonnaise.

La guerre des Gaules (56 à 52 av. J.-C.) est emblématique du génie stratégique et militaire d'un consul nommé Jules César. César est le gouverneur de la Narbonnaise, province romaine depuis le IIe siècle avant JC. Profitant des divisions incessantes des peuples gaulois et sous prétexte d’aider les Gaulois menacés par les envahisseurs germains, il pénètre progressivement en Gaule (58 à 56 av. J.-C.) conquête systématique et y impose un ordre martial implacable. Les révoltés réunis à partir de décembre 53 autour de Vercingétorix, chef des Arvernes, après une victoire en avril à Gergovie sont finalement encerclés et bloqués dans l’oppidum d'Alésia, en août/septembre 52 par un puissant système de fortifications et de pièges. L’armée romaine est l’instrument de la conquête, au début de la République et jusqu’en 107 av. J.-C., c’est une armée de conscrits, tous les citoyens de 17 à 46 ans pouvant s’équiper sont mobilisables. Le consul Marius, en 107, la transforme en armée de métier. Elle est disciplinée et bien organisée, formée de légions d’environ 4000 hommes surtout des fantassins, divisées en manipules dirigées par deux centurions. Pour se protéger en campagne la légion construit un camp fortifié sur deux axes le decumanus nord/sud et le cardo est/ouest, organisation reprise lors de la construction des villes gallo-romaines (relire Astérix !). Les raisons de la conquête sont politiques. Il s’agit pour César d’asseoir son pouvoir par d’indiscutables réussites militaires. La guerre malgré les mésententes et le manque d’organisation des chefs des tribus gauloises est difficile, le territoire est vaste, couvert de forêt (Gaule chevelue), situation de bataille différente de ce que connaissent les troupes romaines.

Si on se place d’un point de vue économique, les liens commerciaux ont commencé bien avant, étaient nombreux et indispensables aux uns comme aux autres. Rome recevait du blé, des produits d’élevage, des armes, de l’étain venu de Bretagne. Les Gaulois s’approvisionnaient en objets fabriqués et en vins d’Italie. La conquête militaire accéléra un processus entamé depuis longtemps.

Il n’y a pas eu d’implantation massive de colons, de colonies différentes des cités gauloises, à l’exception de Lyon. Par contre Jules César a fait des prisonniers (500000 ?) vendus comme esclaves ou donnés aux soldats à titre de butin.

La christianisation du monde gallo-romain

«De plusieurs dieux à un seul Dieu, dans la civilisation occidentale : la christianisation du monde gallo-romain. Au IIe siècle, des religions, venues du Proche-Orient, s’implantent dans le monde gallo-romain et l’ensemble de l’Empire. Parmi elles, le christianisme. Prêché par Jésus qui s’affirme fils de Dieu, il se caractérise par la croyance en un Dieu unique et en l’immortalité de l’âme, dans le prolongement de la religion juive, et par le commandement fait aux hommes, tous égaux entre eux, de s’aimer les uns les autres. Longtemps, il coexiste avec les autres religions. Le sujet sera approfondi au collège ; mais il est indispensable que les élèves aient une première information, ne serait-ce que pour comprendre les périodes suivantes et appréhender diverses formes d’expression artistique» (doc. d'application des programmes 2002).

Vocabulaire à retenir

Empire, démocratie, cité, ville, villa, amphithéâtre, théâtre, arène, thermes, aqueduc, temple, polythéisme, monothéisme, judaïsme, christianisme

Personnages et groupes significatifs

Jules César, Vercingétorix. Artisans gaulois et gallo-romains.

Dates (reprises sur une frise)

Autour de 600 avant JC: création de Massalia (Marseille) par des Grecs venus d’Asie Mineure.
509 avant JC : début de la République romaine.
Autour de 450 avant JC : les Celtes, venus d’Europe centrale, s’installent en Gaule.
52 avant JC : Vercingétorix est battu par Jules César (Alésia), conquête de la Gaule par les Romains.
6 ou 4 avant notre ère : naissance de Jésus-Christ, qui meurt autour de 30.
70 : destruction du temple juif de Jérusalem par les Romains, à la suite d’une révolte : il ne reste que le Mur des lamentations.
476 : fin de l’Empire romain d’Occident.

Modifications du programme officiel (2007)
2002 2007
L'Antiquité
- À l’origine de l’histoire du territoire français, une diversité qui en fait la richesse : populations premières, Grecs, Celtes (Gaulois) prédominants
- la romanisation de la Gaule
- De plusieurs dieux à un seul Dieu, dans la civilisation occidentale : la christianisation du monde gallo-romain
L'Antiquité
les Celtes, la romanisation de la Gaule, la christianisation du monde gallo-romain
Programmation
L'Antiquité : 10 séances
  • L'écriture
  • Situation chronologique et spatiale des grandes civilisations antiques, égyptienne, grecque et romaine en Méditerranée
  • La conquête de la Gaule
  • La romanisation de la Gaule dans les villes et dans les campagnes
  • Visite de monuments, de musées
  • De plusieurs dieux à un seul Dieu : la christianisation du monde gallo-romain
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net