Les mondes anciens - 3a - Rome, des origines à la République - Herodote.net

Les mondes anciens

3a - Rome, des origines à la République

L'Histoire de Rome, pleine de grandeur et de beauté, est encore présente dans notre vie de tous les jours.

Ainsi, la langue des Romains, le latin, imprègne fortement notre langue maternelle et l'on en retrouve la trace très loin : par exemple, le dinar, monnaie de l'Algérie, vient du denier romain. Quant à nos lois, elles s'inspirent très largement du droit romain.

Nous verrons comment est née Rome, selon les historiens... et selon la légende. Nous décrirons la République romaine et verrons comment elle a fini, faute d'avoir su se réformer.

Académie en ligne du CNED

I] Au commencement...

2000 ans avant Jésus-Christ, la péninsule italienne est envahie par différents peuples comme les Italiotes, qui s'installent au centre de la péninsule, les Étrusques qui s'installent plus au nord et les Celtes qui s'installent dans la plaine du Pô.

Des colons venus de Grèce occupent plus tard le sud de la botte et la Sicile.

- la naissance de Rome d'après l'Histoire :

La ville qui deviendra Rome, capitale de l'empire romain puis de la chrétienté, aujourd'hui capitale de l'Italie, est au départ un humble village établi au bord d'un fleuve, le Tibre. Ce village est peuplé par des Italiotes de la tribu des Latins avant de passer sous la tutelle d'un roi étrusque.

Les Étrusques délimitent la ville par des remparts qui englobent sept collines : le Palatin, le Capitole, le Quirinal, le Viminal, l'Esquilin, le Caelius et l'Aventin.

Les collines de Rome

Le Palatin accueille les résidences royales et plus tard impériales. De là l'origine du mot palatium, dont nous avons fait palais.
Sur le Capitole siègent les autorités qui dirigent la ville.

Beaucoup plus tard, au Moyen Âge, la ville de Toulouse, dans le Languedoc, a baptisé Capitole le palais où siègent ses édiles municipaux, au nombre de sept : les capitouls. Encore plus tard, les Américains fraîchement indépendants ont appelé à leur tour Capitole le siège de leur gouvernement, à Washington.

Dans une boucle du Tibre, à l'extérieur des remparts, la plaine marécageuse du Champ de Mars se dédie aux exercices militaires comme son nom l'indique (Mars est le dieu de la guerre pour les Romains).

La colline du Janicule, de l'autre côté du Tibre, demeure aussi à l'extérieur des remparts.

- la naissance de Rome selon la légende :

Une légende reprise et embellie par les écrivains Tite-Live et Virgile affirme que Rome aurait été fondée par deux jumeaux, Rémus et Romulus, descendants du héros troyen Énée.

Comme les premiers habitants sont des hommes célibataires, Romulus, premier roi de Rome, invite ses voisins, les Sabins, à une grande fête en l'honneur de Neptune, l'un des dieux latins. Au cours de la fête, les jeunes Romains se jettent sur les Sabines et les contraignent au mariage.

Vers 509 avant Jésus-Christ, les Romains chassent leur roi. Une légende raconte qu'il aurait été chassé suite au viol d'une jeune fille, Lucrèce, par l'un de ses parents.

II] La République romaine

Rome devient une République avec à sa tête le Sénat, c'est-à-dire l'assemblée des anciens (sénat vient du latin senex, vieux). Y sont représentées les vieilles et riches familles de patriciens.

La plèbe, en fait la grande masse des habitants libres de la ville, a peu de droits politiques. Mais son importance numérique et son rôle économique lui permettent de faire pression sur le Sénat et de devenir un véritable contre-pouvoir.

La République romaine ne se définit pas comme un État territorial (elle n'a rien à voir avec nos États modernes). C'est simplement une institution politique basée à Rome, ayant à sa tête le Sénat et le peuple romain. C'est ce qui ressort des quatre lettres qui s'affichent partout avec fierté : SPQR, ce qui veut dire Senatus populusque romanus (Le Sénat et le peuple romain).

Au IIIe siècle avant Jésus-Christ, les institutions républicaines sont stabilisées cependant que Rome élargit au-delà de la péninsule italienne son aire d'influence en s'attaquant à sa principale rivale en mer Méditerranée : Carthage.

À la base, il y a les assemblées de citoyens, les comices, qui votent les lois et élisent chaque année les magistrats qui gouvernent la cité.

Les citoyens ne peuvent accéder à une magistrature sans avoir au préalable exercer la magistrature inférieure. C'est la carrière des honneurs. Elle commence avec :
-1) les tribuns de la plèbe, qui peuvent s'opposer aux décisions des autres magistrats.
Après viennent :
- 2) les questeurs, en charge des finances,
- 3) les édiles, en charge des affaires municipales,
- 4) les prêteurs, qui rendent la justice,
- 5) les deux consuls, qui dirigent le gouvernement et l'armée et peuvent, en cas de situation grave, nommer un dictateur pour six mois maximum,
- 6) les censeurs, au nombre de deux, qui dénombrent les citoyens et surtout recrutent les nouveaux sénateurs.

Le Sénat est composé d'anciens magistrats nommés à vie. Ses avis aux magistrats, les senatus-consulte, font autorité.

Comme dans les autres cités du monde méditerranéen, notamment en Grèce, l'armée est au début composée des citoyens. Tous les hommes de 17 à 46 ans peuvent être mobilisés à l'exception des plus pauvres. L'armée est surtout composée de fantassins, regroupés en légions de 4.000 hommes.

III] La fin de la République

Grâce à ses conquêtes et aux tributs (butins) prélevés sur les vaincus, Rome devient de plus en plus riche et puissante. La ville atteint près d'un million d'habitants. Elle attire les paysans pauvres de toute l'Italie mais aussi de nombreux esclaves et des habitants des provinces lointaines.

- la République en crise :

Les citoyens romains, repus, se lassent du service militaire. La situation devient ingérable. En 107 avant Jésus-Christ, le consul Marius inaugure les premières armées de soldats professionnels, engagés pour une quinzaine d'années et dévoués à leur général... plus qu'à Rome.

Les innombrables richesse livrées à Rome par les pays conquis nourrissent une bourgeoisie richissime de patriciens (vieilles familles romaines) et de «chevaliers» (hommes d'affaires devenus assez riches pour s'offrir un cheval... et beaucoup plus).

Par contre, le sort de la plèbe (le petit peuple de Rome) et des esclaves tend à empirer. D'autre part, les habitants des provinces italiennes s'indignent de ne pas profiter des privilèges des citoyens romains bien qu'ayant participé comme eux aux opérations militaires.

Dans les cent années qui précèdent la naissance de Jésus-Christ, les tensions sociales s'aggravent. Le Sénat et les institutions républicaines paraissent incapables d'y faire face.

- le temps des réformes :

Les Romains attendent sans se l'avouer un homme fort capable d'imposer les réformes indispensables. Plusieurs hommes s'y essaient.

Après Marius, c'est le tour de Sylla puis de Pompée. Celui qui finalement arrive à imposer son autorité à Rome est Jules César, un homme d'une trempe exceptionnelle.

Mais César n'a pas le temps de profiter de son succès. Il est assassiné après quatre ans de dictature par des sénateurs qui craignent qu'il ne devienne roi. Cependant, son neveu et héritier, le jeune Octave, prend la relève.

Sans modifier en apparence les institutions républicaines, il devient le maître tout-puissant de Rome.

Comme il s'est attribué à vie l'imperator, c'est-à-dire le commandement suprême de toutes les armées, on a vite fait de l'appeler empereur.

Ce mot désigne aujourd'hui dans notre langue le souverain d'un très grand État, lui-même appelé empire.

Octave reçoit aussi du Sénat un nouveau nom sous lequel il restera connu : Auguste (le mot désigne en latin celui qui est favorisé par le sort).

Pour aller plus loin

Entrez dans la légende et revivez la difficile naissance de Rome [récit]

Plongez-vous avec Hamilcar, Hannibal et beaucoup d'autres héros dans le tourbillon des guerres puniques qui opposèrent Rome à Carthage [récit]

Découvrez Sylla, l'un des personnages les plus méconnus et les plus troublants de la République romaine [récit]

Appréciez la personnalité exceptionnelle de Jules César, qui ne gouverna Rome que cinq ans mais dont l'empreinte marque à jamais notre Histoire [récit]

Des outils pour comprendre
Se repérer dans le temps :

L'empire romain est né, a grandi et a décliné en un millénaire environ, avant d'engendrer des mondes nouveaux et néanmoins apparentés : l'Occident, l'Orient gréco-orthodoxe, l'Orient musulman.

- 21 avril 753 avant JC : naissance légendaire de Rome,

- 146 avant JC : destruction de Carthage et conquête de la Grèce,

- 52 avant JC : soumission de la Gaule,

- 44 avant JC : assassinat de Jules César,

- 14 après JC : mort de l'empereur Auguste,

- 64 : incendie de Rome et premières persécutions contre les chrétiens,

- 96 à 196 : apogée de Rome sous les empereurs de la dynastie des Antonins,

- 212 : édit de Caracalla; tous les hommes libres de l'empire acquièrent la citoyenneté romaine,

- 313 : édit de tolérance de Constantin en faveur du christianisme,

- 31 décembre 406 : les Barbares traversent en masse le Rhin.

Vérifier les connaissances

- D'où vient le nom de Carthage, première grande rivale de Rome ? [réponse]

- Que signifie SPQR ? [réponse]

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net