Gustave Eiffel (1832 - 1923)

Virtuose de l'acier

Gustave Eiffel est l'un des plus illustres ingénieurs et architectes du XIXe siècle. Avec Louis Pasteur et son aîné Victor Hugo, il a porté à son zénith le prestige de la France en dépit d'un séjour en prison. Ce sont ses réalisations métalliques qui ont fait sa célébrité : Tour Eiffel (Paris), statue de la Liberté (New York), pont Maria Pia à Porto (Portugal), etc., etc. Il a également mené à la fin de sa vie de grandes recherches scientifiques, moins connues du grand public.

Pénélope Pélissier et Isabelle Grégor

Ingénieur, architecte et chef d'entreprise

Gustave Eiffel (15 décembre 1832-27 décembre 1923)Né à Dijon, Alexandre Gustave Bonickhausen baigne très tôt dans le commerce : son père travaille dans l'industrie de la houille et sa mère descend d'un négociant en bois.

Il suit un cursus classique : études au collège Sainte-Barbe de Paris et à l'École centrale des arts et manufactures. Très tôt, le jeune homme se spécialise dans la construction de ponts en acier, un matériau en plein essor : il conçoit un pont à Saint-Germain pour la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, sous la direction de Charles Nepveu.

A 26 ans, sous le Second Empire, alors que la France entre dans la révolution industrielle, il se fait connaître en co-dirigeant la réalisation d'un ouvrage d'art pour la ville de Bordeaux. Celui-ci permet de faire passer les trains au-dessus de la Garonne grâce à un système de caissons à air comprimé, une innovation que l'on doit à l'ingénieur Jacques Triger.

Suite à ce succès, Gustave Eiffel crée sa propre entreprise, la Compagnie des établissements Eiffel.

Des bâtiments à ossature acier

De 1868 à 1870, le jeune Eiffel réalise la structure de la gare de Verdun. Puis, il met au point les ossatures en acier du Palais Galliera (1878-1894) et de la Poste centrale de Saïgon, au Vietnam (1891), les charpentes du Bon Marché et du Crédit Lyonnais (1876) à Paris, la structure de la gare de Pest, en Hongrie (1877), et la coupole de l'observatoire astronomique du Mont Gros à Nice en 1887 en collaboration avec Charles Garnier.

Le Palais Galliera

Avec Eiffel, l'acier ne se cache plus

En 1875, Gustave Eiffel remporte un concours international pour mettre en place le pont Maria Pia sur le fleuve Douro (Portugal) face à deux grandes entreprises françaises et une anglaise, avec un projet innovant. Il réalise l'année suivante un autre pont au Portugal, à Viana do Castelo, qui porte son nom.

C'est un habile chef d'entreprise : il vend des ponts portatifs réunis en kits pour de nombreux pays à travers le monde comme l'Algérie, la Bolivie ou le Vietnam.

En France, l'une de ses plus belles réalisations est le viaduc de Garabit, dans le Cantal (1882), qui mesure 565 mètres de long et 122 mètres de haut. Il est l'auteur d'une vingtaine d'autres ponts et viaducs, parmi lesquels les viaducs de Neuvial et de Rouzat (1869), le pont de Gérone, en Catalogne, le pont de Cubzac (1879), le viaduc du Vecchio (1890-1894), la passerelle de l'Avre (1891), le viaduc Eiffel (1892)...

Mais sa notoriété lui vient surtout de la Tour qui porte son nom, réalisée de 1887 à 1889, érigée sur le Champ de Mars à l'occasion du premier centenaire de la Révolution, pour l'Exposition universelle. Il est à noter que l'idée de cette tour provient toutefois non pas de lui, mais de ses ingénieurs, Emile Nouguier et Maurice Koechlin. Après avoir racheté le brevet de cette invention, Gustave Eiffel en reçoit tous les honneurs. La même chose arrive en 1879 pour la conception de la structure de la statue de la Liberté de New York, que l'on doit à Maurice Koechlin.

Viaduc de Garabit

Eiffel atteint dans son honneur par le scandale de Panama

Dix ans plus tard, l'ingénieur se compromet imprudemment dans le scandale financier du canal de Panama. Il reçoit de grandes avances financières avant que les travaux pour mettre en place de grandes écluses ne débutent. Suite à la mise en liquidation de la Compagnie du canal en 1889, Gustave Eiffel est condamné à la prison pour escroquerie. Il est finalement innocenté par la Cour de Cassation grâce à son avocat Pierre Waldeck-Rousseau, mais c'est trop tard : il a été gravement atteint dans son honneur. Il il décide alors de quitter le monde de l'ingénierie pour rejoindre celui de la recherche.

Ses travaux sur la météorologie et l'aérodynamisme ont marqué la science : fabrication d'un observatoire météorologique et d'un émetteur TSF sur la Tour Eiffel et d'un laboratoire avant-gardiste doté d'une soufflerie dans le XVIè arrondissement. Il travaille également sur les hélices : en 1917, il crée son propre avion de chasse.

Il s'éteint à Paris à l'âge de 91 ans. Son nom se perpétue aujourd'hui chez le groupe Eiffage Métal, spécialisé dans les grands ponts.

Publié ou mis à jour le : 2021-12-16 17:51:50

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net