Grand Zimbabwe - Une mystérieuse cité bantoue - Herodote.net

Grand Zimbabwe

Une mystérieuse cité bantoue

Les ruines monumentales de Grand Zimbabwe, révélatrices d’une civilisation élaborée, ont fasciné et intrigué les Européens qui les ont découvertes, croyant parfois contempler celles du royaume de la Reine de Saba ou des mines du roi Salomon, mentionnées par la Bible.

Le 5 septembre 1871, l'explorateur allemand Karl Mauch découvre en plein cœur de l'Afrique australe une vaste enceinte en pierre et des murailles et tourelles en ruines.

Étendues sur environ 7 km2, les ruines de la cité de Grand Zimbabwe se déploient entre les fleuves Zambèze et Limpopo, dans une zone de savanes, sur un haut plateau granitique, en Afrique australe.

Elles comportent d'imposants remparts de granit et de nombreuses constructions en pierres taillées, assemblées sans mortier. Des statues de forme phallique ou représentant des oiseaux laissent deviner l'habileté des artistes de ce royaume médiéval d'Afrique australe. Ce site constitue un témoignage unique de la culture bantoue au Moyen-Âge.

Béatrice Roman-Amat

Or et ivoire locaux, perles et soie orientales

Karl Mauch, imprégné des préjugés européens de la fin du XIXe siècle, veut voir dans ces vestiges une cité évoquée dans la Bible comme étant celle de la reine de Saba (Ophir). Il faudra du temps aux chercheurs pour qu'ils admettent leur origine proprement africaine.

C'est à la civilisation bantoue des Shona que l'on doit les ruines de Grand Zimbabwe. Zimbabwe signifierait « cour du roi » en shona.

La ville a connu son apogée entre le XIe et le XVe siècle, peu après la migration des populations bantoues vers le sud. Sa population pouvait atteindre 10 000 à 20 000 habitants. Elle commerçait avec l'Extrême-Orient par l'intermédiaire des ports arabo-swahili de la côte orientale de l'Afrique. L'ivoire ainsi que les importants gisements d'or qui entourent la ville fournissaient aux habitants des monnaies d'échange pour commercer avec les Arabes installés dans les ports de Kiloa ou Sofala.

Les fouilles archéologiques ont mis à jour des perles en provenances d'Orient, des objets en cuivre et des bijoux en or. Elles donnent à penser que les souverains de Grand Zimbabwe étaient amateurs de perles de verre indiennes et de soieries chinoises.

Le royaume de Grand Zimbabwe s'étendait sur des territoires appartenant aujourd'hui à quatre États différents : le Zimbabwe (ex-Rhodésie du Sud), la Zambie, le Mozambique et le Malawi. On peut penser qu'il incluait d'autres villes similaires à celle-ci...

Cette organisation sociale relativement évoluée mais dépourvue d'écriture propre n'est pas sans rappeler le monde celte d'avant l'époque romaine, avec ses oppidums en pierre cyclopéennes et ses tombes riches d'objets précieux originaires pour certains de la Baltique ou de la Méditerranée.

De Grand Zimbabwe à Monomotapa

Quand les Portugais ont pris pied sur la côte africaine de l'océan Indien, au XVIe siècle, Grand Zimbabwe était déjà entré en décadence, au bénéfice du royaume voisin du Monomotapa.

Au milieu du XVe siècle, le Monomotapa en vint à s'étendre sur les États actuels du Zimbabwe et du sud du Mozambique. Grand Zimbabwe tomba peu à peu dans l'oubli et le cœur politique et commercial de la région se déplaça vers le sud et l'ouest.

En peu de temps, les Portugais s'approprièrent l'exploitation des mines d'or et le commerce de la région, tout en tentant de christianiser les habitants. À la fin du XVIIe siècle, ils furent toutefois expulsés par le Changamire, souverain de régions du sud qui avait fait sécession d'avec le Monomotapa.

Patrimoine menacé

Après leur redécouverte par Karl Mauch, les ruines de Grand Zimbabwe ont été en partie saccagées du fait de la recherche frénétique d'or par les Européens, parfois sous couvert de fouilles archéologiques. Situées dans l'ancienne colonie britannique de Rhodésie du Sud, elles sont heureusement aujourd'hui protégées et inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco.

En 1980, lorsque la majorité noire a pris le pouvoir à Salibusry (aujourd'hui Harare), le pays a abandonné son nom, formé à partir de celui du Britannique Cecil John Rhodes, pour prendre celui de Zimbabwe, en souvenir de Grand Zimbabwe.

L'auteur : Béatrice Roman-Amat

Journaliste, Béatrice Roman-Amat est passionnée par l'Asie et plus spécialement par l'Inde, où elle se rend régulièrement depuis 2003. Stage en ONG, reportages et mises à jour de guides touristiques : ce ne sont pas les raisons d’y retourner qui ont manqué. Elle s’intéresse en particulier à la situation des populations tribales, grandes oubliées de la croissance indienne. Une boulimie de littérature, pour adultes et pour enfants, et surtout ses petits jumeaux de deux ans, remplissent ses journées à ras-bord. Elle travaille à l'AFP depuis 2009.

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net