Auguste

Un empereur sans trop de courage

Nous avons lu pour vous Auguste, par Pierre Cosme (Perrin, 2005, 360 pages, 21,20 €). L'historien dresse du premier empereur romain le portrait d'un homme rusé, cruel, couard... mais apte aussi à s'entourer d'amis compétents.

Auguste

Voici une biographie d'Auguste qui ne se confond pas avec une hagiographie.

L'auteur présente du premier empereur romain, petit-neveu et fils adoptif de Jules César, un portrait très humain, loin de l'image compassée de nos manuels.

Octave a 19 ans quand il apprend par une lettre de sa mère Atia l'assassinat de son grand-oncle (44 avant JC). De Grèce où il achève sa formation, il revient au plus vite à Rome, non sans avoir pris les avis de ses amis, notamment du fidèle Agrippa.

L'opposition des sénateurs républicains a valu à César d'être prématurément assassiné. Mais sa popularité dans le peuple, en bonne partie due à ses largesses, est demeurée intacte. Son lieutenant Marc Antoine espère bien en user pour prendre sa succession à la tête de l'État. Il entre de suite en concurrence avec Octave, l'autre prétendant.

Il s'ensuit près de quinze ans de guerres civiles supplémentaires que raconte parfaitement Pierre Cosme, jusqu'à la bataille navale d'Actium, modeste bataille d'un point de vue militaire mais capitale d'un point de vue politique car elle met fin à un siècle de guerres civiles et à la République romaine. A celle-ci se substitue une autocratie de fait connue sous le nom d'Empire.

Pierre Cosme s'applique à faire le tri dans les compte-rendus que nous ont laissés des chroniqueurs généralement bienveillants à l'égard du vainqueur, Octave, plus tard connu sous le nom d'Octavien puis sous celui d' Auguste.

Derrière le vernis des flatteurs, l'homme nous apparaît comme un politique habile et sachant bien s'entourer. A son vieil ami Agrippa, dont il fera son gendre, s'ajoute le richissime Mécène (devenu nom commun pour désigner une personne qui protège et entretient les artistes!).

Auguste est aussi un homme porté sur le sexe, qui vole sans scrupules les femmes de ses proches. Pas de chance. Malgré une union de 52 ans avec Livie, une jeune aristocrate de 19 ans qu'il a contrainte à divorcer de son premier mari, il n'aura aucun fils pour lui succéder. Et ses moeurs lui valent quelques sarcasmes quand il édicte la Lex Julia de maritandis ordinibus en vue d'encourager le mariage, la fidélité et la procréation dans les couches supérieures de la société romaine.

L'empereur, que les statues représentent dans une attitude de grande noblesse, se montre dans les faits pleutre à la guerre. Il est arrivé plus d'une fois que les soldats huent le jeune Octavien, notamment après la victoire de Philippes sur Cassius et Brutus, due avant tout au génie et au courage de Marc Antoine. Au sommet de l'État, Auguste y regardera à deux fois avant de lancer des campagnes militaires contre les ennemis (Parthes, Bretons...) et il verra dans l'échec de son général Varrus face aux Germains la preuve du bien-fondé de sa prudence.

D'une santé fragile, toujours à la veille de mourir, l'empereur vivra pas moins de 77 ans dont 44 en maître absolu du monde méditerranéen. Une performance qui justifie l'intérêt qui lui est encore porté.

En un texte limpide de moins de 300 pages, agrémenté d'un beau choix d'illustrations ainsi que de cartes, index, chronologies... Pierre Cosme a réussi le tour de force de nous présenter Auguste et son entourage comme des personnages très proches, à l'égal de nos gouvernants.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net