1095

L'appel du pape Urbain II

Le 27 novembre 1095, le pape Urbain II prononce devant les évêques et les abbés du concile de Clermont (Auvergne) un sermon dans lequel il enjoint ses auditeurs à favoriser la paix et mettre fin aux guerres privées entre seigneurs. Il appelle aussi les guerriers à partir secourir les chrétiens d'Orient menacés par les Turcs et les Arabes musulmans.

Ce sermon à l'origine des croisades nous est connu par le chroniqueur Foulcher de Chartres, qui lui-même assista au concile et participa au premier voyage en qualité de chapelain du futur roi de Jérusalem Baudouin 1er.

Le récit de Foulcher de Chartres a été publié à sa mort, vers 1127, sous le titre Historia Hierosolymitana.

Il passe curieusement sous silence la délivrance de Jérusalem et des Lieux Saints, bien que le pape ait évoqué cet objectif à Clermont d'après divers témoignages... Peut-être Foulcher évite-t-il d'en parler parce que lui-même n'a pas participé à la prise de Jérusalem ?

Voici ci-dessous l'appel de Clermont d'après Foulcher de Chartres (traduit du latin par François Guizot) :

L'appel de Clermont

Vous venez, dit-il, enfans (sic) du Seigneur, de lui jurer de veiller fidèlement, et avec plus de fermeté que vous ne l'avez fait jusqu'ici, au maintien de la paix parmi vous, et à la conservation des droits de l'Église.

Ce n'est pas encore assez ; une oeuvre utile est encore à faire ; maintenant que vous voilà fortifiés par la correction du Seigneur, vous devez consacrer tous les efforts de votre zèle à une autre affaire, qui n'est pas moins la vôtre que celle de Dieu.

Il est urgent, en effet, que vous vous hâtiez de marcher au secours de vos frères qui habitent en Orient, et ont grand besoin de l'aide que vous leur avez, tant de fois déjà, promise hautement.

Les Turcs et les Arabes se sont précipités sur eux, ainsi que plusieurs d'entre vous l'ont certainement entendu raconter, et ont envahi les frontières de la Romanie jusqu'à cet endroit de la mer Méditerranée, qu'on appelle le Bras de Saint-George [le détroit du Bosphore], étendant de plus en plus leurs conquêtes sur les Terres des Chrétiens, sept fois déjà ils ont vaincu ceux-ci dans des batailles, en ont pris ou tué grand nombre, ont renversé de fond en comble les églises, et ravagé tout le pays soumis à la domination chrétienne.

Que si vous souffrez qu'ils commettent quelque temps encore et impunément de pareils excès, ils porteront leurs ravages plus loin et écraseront une foule de fidèles serviteurs de Dieu.

C'est pourquoi, je vous avertis et vous conjure, non en mon nom, mais au nom du Seigneur, vous les hérauts du Christ [les évêques et abbés du concile], d'engager par de fréquentes proclamations les Francs de tout rang, gens de pieds et chevaliers, pauvres et riches, à s'empresser de secourir les adorateurs du Christ, pendant qu'il en est encore temps, et de chasser loin des régions soumises à notre foi la race impie des dévastateurs. Cela, je le dis à ceux de vous qui sont présens (sic) ici, je vais le mander aux absents ; mais c'est le Christ qui l'ordonne.

Quant à ceux qui partiront pour cette guerre sainte, s'ils perdent la vie, soit pendant la route sur terre, soit en traversant les mers, soit en combattant les Idolâtres, tous leurs péchés leur seront remis à l'heure même ; cette faveur si précieuse, je la leur accorde en vertu de l'autorité dont je suis investi par Dieu même.

Quelle honte ne serait-ce pas pour nous si cette race infidèle si justement méprisée, dégénérée de la dignité de l'homme, et vile esclave du démon, l'emportait sur le peuple élu du Dieu tout-puissant, ce peuple qui a reçu la lumière de la vraie foi, et sur qui le nom du Christ répand une si grande splendeur !

Combien de cruels reproches ne nous ferait pas le Seigneur, si vous ne secouriez pas ceux qui, comme nous, ont la gloire de professer la religion du Christ ?

Qu'ils marchent, dit encore le pape en finissant, contre les infidèles, et terminent par la victoire une lutte qui depuis longtemps déjà devrait être commencée, ces hommes qui jusqu'à présent ont eu la criminelle habitude de se livrer à des guerres intérieures contre les fidèles ; qu'ils deviennent de véritables chevaliers, ceux qui si longtemps n'ont été que des pillards ; qu'ils combattent maintenant, comme il est juste, contre les barbares, ceux qui autrefois tournaient leurs armes contre des frères d'un même sang qu'eux ; qu'ils recherchent des récompenses éternelles, ces gens qui pendant tant d'années ont vendu leurs services comme des mercenaires pour une misérable paie ; qu'ils travaillent à acquérir une double gloire, ceux qui naguère bravaient tant de fatigue, au détriment de leur corps et de leur âme.

Qu'ajouterai-je de plus ? D'un côté seront des misérables privés de vrais biens, de l'autre des hommes comblés de vraies richesses ; d'une part combattront les ennemis du Seigneur, de l'autre ses amis. Que rien donc ne retarde le départ de ceux qui marcheront à cette expédition ; qu'ils afferment leurs terres, rassemblent tout l'argent nécessaire à leurs dépenses, et qu'aussitôt que l'hiver aura cessé, pour faire place au printemps, ils se mettent en route sous la conduite du Seigneur. Ainsi parla le pape.

Foulcher de Chartres, Histoire des Croisades, édité par François Guizot, Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France, Paris, J-L-J Brière, 1825, p. 7-9.

Lire l'article

Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 10:50:14

 
Seulement
20€/an!

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net