L'éclipse des dieux

L'Afrique et les Africains

Nous avons lu... L'éclipse des dieux, grandeur et présence des peuples noirs, par Tidiane N'Diaye (Le Serpent à plumes, 2006, 19,90 euros).

Anthropologue et cadre à l'INSEE, en Guadeloupe, Tidiane N'Diaye a déjà écrit plusieurs ouvrages sur l'Afrique, y compris une biographie de Chaka, l'illustre fondateur de la nation zoulou.

<em>L'éclipse des dieux</em>

D'une lecture aisée, L'éclipse des dieux nous amène aux origines du continent africain et des peuples noirs.

Tidiane N'Diaye nous rappelle l'hypothèse de Cheikh Antap Diop sur les origines négroïdes de la civilisation pharaonique.

Les Égyptiens des premiers temps auraient, selon le sociologue sénégalais, davantage ressemblé aux Éthiopiens (nom dérivé d'un mot grec qui signifie visage brûlé) qu'à leurs descendants actuels, fruits de nombreux métissages avec les différentes vagues d'envahisseurs venues de l'Orient et de la mer Méditerranée. Ce peuplement initial de l'Égypte se serait produit avant que la désertification du Sahara ne coupe le monde africain du reste de l'humanité (cette hypothèse est aujourd'hui réfutée par tous les historiens de l'Afrique).

Tidiane N'Diaye survole par ailleurs rapidement l'histoire des royaumes subsahariens des deux derniers millénaires, royaumes éphémères et mal connus par manque de sources écrites ou de vestiges archéologiques.

Il en vient à la traite inaugurée par les Arabes dès après la mort du prophète Mahomet, traite qui a duré jusqu'au XXe siècle et a porté sur des effectifs encore plus importants que la traite occidentale. Il ne craint pas de l'assimiler à un génocide du fait de la castration qui empêchait la reproduction des esclaves.

Mais il s'étend aussi sur la traite occidentale, dont il décrit avec précision la brutalité. Il rappelle que de nombreuses révoltes ont émaillé le commerce et l'exploitation des esclaves dans le Nouveau Monde, révoltes qui ont accéléré la prise de conscience par les Occidentaux de l'inanité de l'esclavage. Il souligne enfin l'inconvenance du parallèle que tissent aujourd'hui certains commentateurs entre l'esclavage domestique pratiqué par les Africains et la traite violente des Arabes et des Occidentaux.

Notons à la fin de l'ouvrage de très utiles repères chronologiques et un lexique détaillé et didactique.

André Larané
Publié ou mis à jour le : 2018-11-27 09:50:14

Voir les 5 commentaires sur cet article

Lucien Foucault (26-05-2006 08:18:13)

Juste quelques mots , BRAVO à Michel Andriot pour tout ce qu'il dit et écrit, déjà approuvé par , Marie,George LEaston , André Del Socorro. Espérons qu'un jour très prochain ces vérités, et d'autres ... Lire la suite

Marie (23-05-2006 14:07:59)

N'ayant pas lu les livres dont il est question, je ne puis me prononcer sur leur valeur, mais je me réjouis de voir qu'enfin on remette les événements et les responsabilités à leur juste place : il es... Lire la suite

George L.Easton (22-05-2006 16:34:51)

Le "politiquement correct" influe trop sur l'interpretation des evenements et des moeurs des epoques revolues. D'ou la necessite d'avoir recours a des points de vue equilibres. Je vous felicite pour c... Lire la suite

Respectez l'orthographe et la bienséance. Les commentaires sont affichés après validation mais n'engagent que leurs auteurs.

Actualités de l'Histoire
Revue de presse et anniversaires

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations

Galerie d'images
un régal pour les yeux

Rétrospectives
2005, 2008, 2011, 2015...

L'Antiquité classique
en 36 cartes animées

Frise des personnages
Une exclusivité Herodote.net