7 septembre 1812 - Bataille indécise à Borodino - Herodote.net

7 septembre 1812

Bataille indécise à Borodino

Le 7 septembre 1812, sur les bords de la Moskova, près du village de Borodino, à 124 kilomètres de Moscou, la Grande Armée de Napoléon Ier trouve en face d'elle l'armée russe au grand complet.

Sous la pression de l'opinion russe comme de son état-major, le maréchal Mikhaïl Koutouzov (67 ans) décide de défendre autant que faire se peut la vieille capitale russe. Ainsi offre-t-il à l'Empereur des Français l'affrontement frontal que celui-ci attendait depuis son invasion de la Russie, neuf semaines plus tôt.

Il va en résulter une indécise bataille, dont chaque belligérant revendiquera la victoire. C'est le moment fort de la campagne de Russie que les Russes préfèrent qualifier de «Grande guerre patriotique», avec davantage de morts et de blessés qu'aucune autre bataille avant cette date.

Baptisée Borodino par les Russes, elle est plus connue sous le nom de Moskova par les Français, ce nom rappelant la proximité de Moscou, l'ancienne capitale russe.

La Russie, dévoreuse de la Grande Armée

Cliquez pour agrandir
Napoléon et la campagne de Russie (Alain Houot)Quand il franchit le Niemen avec la Grande Armée, Napoléon 1er cherche comme à son habitude le choc frontal avec l'armée ennemie. Mais, tirant parti de l'espace russe, les Russes se dérobent aux attaques et insidieusement, d'étape en étape, entraînent la Grande Armée vers l'Est...

Un choc sans suite

Du fait de ses pertes antérieures et de l'effilochement de la Grande Armée sur plusieurs centaines de kilomètres, Napoléon ne dispose au moment crucial que moins du tiers des 440.000 soldats qui ont traversé le Niemen (non compris les hommes des équipages).  

Face à lui, les Russes, qui comptent également une centaine de milliers d'hommes, se sont positionnés sur cinq ou six kilomètres, entre deux routes qui mènent l'une et l'autre vers Moscou. Au nord est le village de Borodino. Plus au sud, sur une hauteur, les Russes aménagent à la hâte une «Grande redoute» avec des canons en batterie et des fortifcations en terre et, à l'extrême sud, trois petites redoutes également bourrées d'artillerie.

Le 7 septembre, vers 6h30, l'artillerie française ouvre le feu et permet au prince Eugène de Beauharnais, beau-fils de Napoléon, d'occuper le village de Borodino. Il s'agit d'une manoeuvre de diversion destinée à masquer la principale offensive vers les trois petites redoutes.

Louis-Nicolas Davout lance l'attaque avec succès et les conquiert. Au passage, son cheval est fauché par un boulet et lui-même perd connaissance. Mais il se replace quelques minutes plus tard à la tête de ses hommes. Succès éphémère. Les Russes reviennent à la charge et les reprennent. Entre alors en scène, avec succès, le maréchal Michel Ney. Son comportement à la tête du 3e Corps de la Grande Armée lui vaudra plus tard le titre de prince de la Moskova.

Côté russe, le prince Bagration est grièvement blessé à la cuisse. Il mourra quelques jours plus tard de gangrène. C'est un coup dur pour le moral de ses troupes. À dix heures, la victoire semble aux Français à portée de main mais il reste à prendre la grande redoute. L'assaut devient bientôt général.

Face à un ennemi nombreux et bien armé, qui a pris le temps de préparer la bataille, Napoléon est saisi par le doute. Sous le coup de la fatigue ou de l'âge, il commet l'erreur fatale de ne pas engager la Garde impériale malgré les demandes réitérées de ses maréchaux. Il veut la garder intacte pour la suite.

En conséquence de quoi, la nuit venue, après l'interruption des combats, l'armée russe se retire discrètement mais non sans précipitation, abandonnant beaucoup de blessés à leur triste sort. L'armée française reste maîtresse du terrain et peut revendiquer la victoire. La route de Moscou lui est ouverte. Mais elle n'a encore pu détruire l'armée russe.

Les pertes humaines sont très lourdes : 28.000 morts, blessés et disparus du côté français dont 47 généraux, contre 45.000 côté russe, soit le tiers des effectifs. Koutouzov, remis de son erreur stratégique et heureux de s'en tirer à bon compte, reprend à son compte la tactique de la terre brûlée de son prédécesseur à la tête de l'armée russe, Barclay de Tolly, en refusant tout nouvel affrontement.

Le tsar Alexandre 1er lui offre le bâton de feld-maréchal, en récompense de sa «victoire» de Borodino. C'est que l'opinion publique, comme plus tard Léon Tolstoï, auteur de Guerre et paix, tiennent le vieux courtisan pour un grand stratège... Le tsar offre également cinq roubles à chacun des soldats.

Par une satisfaction en trompe-l'oeil, une semaine après la bataille de Borodino, la Grande Armée entre à Moscou. C'est pour s'apercevoir que la ville a été désertée par tous ses habitants...

Publié ou mis à jour le : 2019-06-28 08:33:13

 
Seulement
20€/an!

Des cadeaux
pleins d'Histoire

La boutique d'Herodote.net, ce sont des idées de cadeaux pour tous ceux qui aiment l'Histoire

Voir la boutique

Histoire & multimédia
vidéos, podcasts, animations


L'Antiquité classique
en 36 cartes animées


Galerie d'images
un régal pour les yeux